Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Chaque éducateur a un certain degré de tolérance à la transgression. Il réagira plus ou moins vite selon sa conception de ce qu’est un acte grave. Entre la « tolérance zéro » qui ne pardonne rien et sanctionne tout, et le laxisme qui ne voit aucune limite, l’éducateur salésien aime établir avec les jeunes une sorte de contrat de confiance. C’est ensemble qu’ils établissent les règles et les sanctions éventuelles. Ainsi, les jeunes sont invités à la responsabilité. Il n’y a pas de sanction qui leur « tombe dessus » : s’ils n’ont pas respecté le contrat, ils savaient déjà ce qu’ils risquaient, puisqu’ils l’avaient décidé avec l’éducateur. Ce qui est un jeu, ce n’est plus le degré de tolérance de cet éducateur, mais c’est le respect du contrat dont les jeunes sont partenaires.

Chaque éducateur a un certain degré de tolérance à la transgression. Il réagira plus ou moins vite selon sa conception de ce qu’est un acte grave. Entre la « tolérance zéro » qui ne pardonne rien et sanctionne tout, et le laxisme qui ne voit aucune limite, l’éducateur salésien aime établir avec les jeunes une sorte de contrat de confiance. C’est ensemble qu’ils établissent les règles et les sanctions éventuelles. Ainsi, les jeunes sont invités à la responsabilité. Il n’y a pas de sanction qui leur « tombe dessus » : s’ils n’ont pas respecté le contrat, ils savaient déjà ce qu’ils risquaient, puisqu’ils l’avaient décidé avec l’éducateur. Ce qui est un jeu, ce n’est plus le degré de tolérance de cet éducateur, mais c’est le respect du contrat dont les jeunes sont partenaires.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En principe, les jeunes bouillonnent de vie, de projets et d’envies. D’où notre désarroi face à certains d’entre eux qui n’ont le goût à rien, ne rêvent pas, lézardent devant la télé et répondent « Bof » à toute proposition pour se bouger. La vie est une énergie : elle pousse à viser toujours plus et mieux. L’envie est positive et constructive. Elle met en mouvement ; elle oblige à inventer des stratégies, à créer, à imaginer, à s’associer à d’autres…

Un éducateur doit savoir stimuler cette capacité d’avoir envie, cet appétit de découverte, de savoir et d’expérience, car ce sont de formidables leviers pour grandir, pour s’ouvrir, pour s’épanouir et pour communiquer.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En grandissant, l’adolescent apprend à se découvrir. Il met à jour ses talents, ses goûts. Il développe ses potentialités. Peu à peu, avec l’aide de ses parents, de ses éducateurs, il construit son projet de vie.

A partir de ce qu’il découvre de lui, des interpellations qu’on lui adresse, il peut comprendre qu’il porte en lui un appel. Pour lui, c’est un chemin de bonheur, car c’est là qu’il se réalise le mieux en tant qu’homme.

Quand un jeune ne porte pas de projet qui l’enthousiasme, c’est que ses éducateurs et la société où il vit n’ont pas su éveiller en lui les énergies qui l’habitent. Mais s’il découvre sa « vocation », il peut aussi la comprendre comme venant de plus loin que lui.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C’est une chance de pouvoir sortir de son environnement habituel : changer d’air et découvrir d’autres espaces. Les adolescents ont besoin de bouger. Pour cela, chaque année, Don Bosco organisait les « promenades d’automne », des randonnées à travers la campagnes, au son de la clique. Il avait même osé demander au Ministre Ratazzi l’autorisation de sortir les jeunes prisonniers pour une journée !

Sortir, pour un ado, c’est aussi sortir de soi, s’exposer aux autres, à d’autres situations, à d’autres repères. C’est voir le monde avec des yeux neufs. C’est parfois risqué, comme l’aventure, mais ça aide à grandir, y compris dans la confiance des adultes.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Qu’est-ce qui a du prix ? Dans la lecture chrétienne, c’est la personne. Ainsi dans la Bible, Dieu s’adresse à son croyant en ces termes : « Tu as du prix à mes yeux ». L’éducateur chrétien n’oublie pas qu’il est transmetteur de valeurs. Il se fonde lui-même sur un système de valeurs qui justifie son action. S’il fallait identifier les valeurs chrétiennes, on pourrait nommer : l’amour du prochain, l’appel universel au salut, la présence de Dieu en chacun. On comprend aisément que cet ensemble des valeurs change le regard sur les jeunes. Il appelle à voir en chacun l’image de Dieu et, si elle semble défigurée, à travailler pour la restaurer.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Se mesurer, se comparer, expérimenter ses propres forces, c’est comme un jeu. Activité plutôt masculine lorsqu’elle est physique, elle prend des allures de joute verbale quand il s’agit de rivalités entre filles. La bagarre permet de se situer dans le groupe, d’y trouver sa place et son rôle. Décideur ou suiveur, actif ou passif, c’est finalement un apprentissage de vie en société.

Le passage délicat consiste à comprendre que la bagarre ne peut pas être un mode relationnel permanent, ni même habituel, et que la vie sociale sera plus agréable pour tous si elle se fonde sur la négociation plutôt que sur le conflit.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Comprendre, c’est prendre avec soi, ou sur soi, ce que vivent les autres. On pourrait fonder une pédagogie sur le jugement et la sanction : cela crée une ambiance de suspicion et de ressentiment. On peut, au contraire, se fonder sur l’écoute et la compréhension. Sans fausse naïveté, laisser sa chance à l’autre de s’expliquer, de donner ses raisons. Ce n’est pas lui donner raison ; c’est peser avec lui le positif et le négatif, le bénéfice et les conséquences de son action. C’est le rendre responsable, c’est-à-dire capable de répondre de ses actes, et le cas échéant, de réparer la faute.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Grandir, c’est faire des passages, comme on change de rive. On a parfois besoin d’un passeur qui indique le gué où il est plus facile de ne pas tomber. On peut aussi expérimenter son propre chemin. De l’enfance à l’adolescence, puis à l’âge adulte, de nombreux passages se présentent. Certains sont douloureux ; d’autres se vivent comme une victoire. Les parents, les éducateurs, les grands frères, les copains, sont là aussi pour rassurer, pour encourager.

A chaque passage, on meurt à quelque chose, et on naît à autre chose. On est le même, mais on en ressort changé. Et à chaque fois, on accumule de l’expérience, on construit son histoire, on se construit.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite