Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Grandir, c'est passer de l'état d'enfant à l'état d'adulte. C'est passer de l'assistance à l'autonomie. C'est passer d'un certain confort pour retrouver un autre confort.

Dans nos maisons Salésiennes, nous connaissons bien les jeunes et nous aidons à les faire grandir. Finalement, nous aidons au passage d'une vie à une autre...

Dans nos vies d'adultes, le chemin que nous empruntons est souvent synonyme de passage. A la lumière des déménagements, à la lumière de nos enfants que nous voyons grandir, à la lumière de nos réflexions et de nos interrogations, nous changeons, nous grandissons.

La résurrection est le plus fort et le plus beau de tous ces passages. Le passage de la mort à la vie, de l'obscurité à la lumière.
La résurrection représente le plus beau message du Christ : la vie car Il est vivant. En ce jour de Pâques, fêtons tous ces passages !

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C'est l'impressionnant silence du Samedi Saint, le temps mystérieux où nous dit-on « Jésus descend aux enfers » Il vient dans tous les hommes qui l'ont précédé, et aussi en chacun de nous, ramener à la vie ce qui est mort. « Le silence est le cadre qui favorise le mieux le recueillement, l'écoute de Dieu. Goûtons ce silence, laissons-nous, pour ainsi dire, « emplir » par le silence... Dieu parle dans le silence. Le Samedi Saint est chargé d'espérance. Nous savons que Jésus ne restera pas dans le tombeau. Alors éclatera la joie de Pâques.


Vivons ce temps de veille de la résurrection avec Marie qui s'en remet avec confiance à la volonté du Père : « Notre Dame, montre-nous le chemin où ton Fils nous appelle à la vie plus forte que la mort, au rassemblement de l'humanité renouvelée et sauvée. »

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Vendredi saint :
L'agonie de Jésus, une longue nuit de veille, de silence, de solitude et d'angoisse. Où sont-ils les amis ? Ils dorment, ils ne voient pas, ils ne savent pas. Qui sait encore voir la détresse de son frère ?


Calvaire : nos croix sont lourdes sur nos épaules, croix de tous les jours, plantées par la vie dans les coeurs et les corps. Elle est longue, la route pour gravir nos calvaires et accepter la croix. Marchons pas à pas. Posons nos croix sur la croix de Jésus ; elles deviendront aussi un jour un arbre de vie.
Mort de Jésus : trahi, abandonné, livré, Jésus ne renonce jamais à aimer « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. »
Faisons silence. Accueillons dans nos cœurs ce mystère de notre salut.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Aujourd'hui, c'est Jeudi Saint. Avec l'Eucharistie, Jésus nous laisse le commandement de l'Amour concret qui se fait service de tous, spécialement des plus pauvres. Nous devons nous comporter comme lui, aimer comme lui mais d'abord nous laisser aimer par lui. Il lave les pieds de ses disciples, il se met à genoux devant chaque être humain qui veut bien se laisser toucher et aimer par lui. Il se met en quatre pour nous.


« Vous ferez cela en mémoire de moi » : vous aussi vous deviendrez, nourris de moi, pain et vin pour vos frères, vous leur donnerez votre vie pour qu'ils aient la Vie. Joie de la présence du Christ, là vivant, au milieu de nous, dans ce Repas partagé. Donnons de l'amour à nos proches, nos familles, tous ceux que nous rencontrons et en particulier les plus petits.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C'est le prix d'un esclave, 30 pièces d'argent, que recevra Judas en vendant son maître. Jésus a parlé avec des mots qui changent la vie, a rendu la dignité à l'humilié, la vue à l'aveugle, la parole au muet, les oreilles au sourd. Il a touché l'intouchable. Il a bravé la loi. A force d'aimer, Il dérange. L'homme que la foule aimait, acclamait est devenu un gêneur. Même les siens ne l'ont plus reconnu. Ils vendent le maître pour le prix d'un esclave.

Sommes-nous des girouettes qui tournons au gré des opinions et du paraître ou bien sommes-nous décidés à être fidèle à la Vérité quoi qu'il nous en coûte ? A ce prix s'ouvrent les portes de la vie. « Celui qui fait entrer le Christ ne perd rien de ce qui rend la vie libre belle et grande...N'ayez pas peur du Christ ! Il n'enlève rien et il donne tout. »

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Au cours du dernier repas, un dialogue étrange se noue entre Jésus et ses disciples « L'un de vous va me livrer ». – « Serait-ce moi, Seigneur ? » Serait-ce moi qui peux te renier comme Pierre, oublier ton amitié, partir dans la nuit et te vendre pour quelques sous comme Judas ? Jésus sait qu'on veut le mettre à mort, mais ce sera l'occasion pour lui de se donner tout entier et de déverser sur nous le pardon. Oui, nous sommes capables de tomber, mais nous pouvons toujours compter sur sa miséricorde à l'égard de tous, qui nous relève et nous remet debout.

Au moment d'entrer dans les jours saints accueillons le pardon de Dieu et faisons nôtre cette prière de saint Philippe Néri : « Seigneur, tenez-moi bien aujourd'hui, je suis capable de vous lâcher. »

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

« Marie, ayant pris une livre d'un parfum de grand prix, en oignit les pieds de Jésus, et elle les lui essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l'odeur du parfum. » Les cheveux sont la parure d'une femme. Mais Marie essuya les pieds de Jésus avec ses cheveux. C'était la meilleure expression de son humilité, de son respect et de son amour. Elle ne s'inquiéta pas de comment les autres considéreraient son acte, comment elle serait comprise ou critiquée. Avec ce parfum de grand prix, elle aurait pu avoir une maison de rêve, investir.

Beaucoup de gens peinent toute leur vie pour remplir leur flacon de parfum. Mais Marie versa son parfum sur Jésus, qui est la vie et la résurrection. Jésus, par sa passion, renonce à la gloire. Il donne sa vie pour nous. En retour, donnons-lui notre parfum !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La lecture de la Passion nous met face au Christ, vivant dans l'Eglise. Le mystère pascal, que nous allons revivre, est toujours actuel. Nous sommes aujourd'hui les contemporains du Seigneur et, comme les habitants de Jérusalem, comme les disciples et les femmes, nous sommes appelés à décider si nous voulons rester avec Lui ou fuir, ou demeurer de simples spectateurs de sa mort.

La liturgie nous invite à monter vers Jérusalem avec lui. Il ne retient pas « le rang qui l'égale à Dieu » mais « prend la condition de serviteur » Il vit son humanité, comme l'un d'entre nous, sujet à la souffrance et à la mort. Dans la confiance il s'abandonne à Dieu : « Père entre tes mains, je remets mon esprit. » Accepterons-nous de le suivre dans son humilité pour connaître la joie pascale ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le ministre Ratazzi s'étonnait de voir autant de discipline avec autant de garçons sans une armée de surveillants et de nombreux châtiments. Don Bosco répondit qu'il était impossible de brider des jeunes « svegliati della quarta » par des méthodes répressives, mais qu'on pouvait tout obtenir en devenant pour eux un ami ou un père. L'image provient de l'élevage du ver à soie, que Maman Marguerite pratiquait comme revenus complémentaires. Don Bosco comparait ses jeunes au ver à soie sorti de son dernier « sommeil » après quatre mues.


J'aime cette image de gamins éveillés après une série de mues délicates. Ils demandent nos soins avec affection et réflexion, et non des méthodes brutales et expéditives.

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite