Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ce qui fait de nous des perdants, c'est l'oubli des véritables enjeux de notre vie... Craig Davidson fait dire à son héros boxeur : "J'avais perdu parce que j'étais un bleu, c'est sûr, mais aussi parce qu'il n'y avait pas vraiment d'enjeu : ma vie n'en aurait pas été substantiellement meilleure ou pire, que je perde ou que je gagne".

Beaucoup de jeunes enterrent leurs talents faute de savoir quel est leur essentiel. "Il existe beaucoup de liberté, mais les gens ne savent qu'en faire. La société propose à tout moment de combler nos désirs. À cause de ces petits choix que nous posons sans cesse, il ne nous reste plus assez de désir pour les grands." Il faut renoncer à la fatigue de consommer toujours plus et réveiller notre désir d'infini afin de devenir des gagnants.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Cioran est le plus féroce pourfendeur d'optimisme. À la suite de Schopenhauer, il déclare: "N'être pas né, rien que d'y songer, quel bonheur, quelle liberté, quel espace !" Cioran plaît aux adolescents, comme si, débordants de vie et débordés par elle, pleins de franches passions et l'acné au visage, ceux-ci avaient besoin d'opposer à leur soudaine croissance des lectures morbides... Mais ce que Cioran agresse, c'est une caricature de l'optimisme : la "vie en rose". Or, la palette des couleurs de la vie est bien plus ample.

On peut, par exemple, voir la vie en bleu : le bleu de la mer qu'il faut prendre afin de ne pas vivre à moitié ; le bleu que laissent sur la peau les coups de l'existence ; le bleu de travail, qu'on revêt chaque matin pour donner au monde une forme plus humaine ...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Quand on fait une céramique, on prend une terre particulière, on lui donne une forme, on tourne et on fait un vase, par exemple. Puis, on le met dans le four. Quand il est cuit, c'est le même vase, on n'a pas rajouté un gramme de terre, la forme n'a pas été changée, mais il a une autre couleur, il est plus solide, et quand on le frappe, il émet un beau son.
C'est l'expérience de toute amitié : elle nous transforme, mais c'est pour nous permettre d'être enfin nous–mêmes. Tant que nous n'avons pas été vraiment rencontrés, aimés, nous ne sommes pas provoqués à donner le meilleur de nous-mêmes...

La rencontre d'une autre spiritualité ne nous dénature pas, mais elle fait apparaître des potentialités qui, autrement, seraient peut-être restées non développées.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Impossible de connaître Dieu. Nos sens n'y ont pas accès, nos lois scientifiques n'ont aucune efficacité dans ce domaine, notre pensée n'y trouve aucun ancrage. Le mot "divinité" ne dit rien d'autre que ce que nous mettons ... C'est la nuit de la foi, même si nous y promenons la lueur de l'espérance. Le coup de génie du christianisme, dit Jean d'Ormesson, c'est l'Incarnation : "Dieu ne peut pas être connu, mais Jésus peut être aimé".

Seul l'amour peut nous dépétrer de nos incertitudes. En Jésus, nous découvrons la bonté qui pardonne, la loi qui est chemin, la tendresse qui réconforte ... Alors, chacun a le droit de balbutier quelques mots venus du coeur : le Très-Haut, le Très-Bas, l'Infini, l'Ami, l'aubergiste ou le bon berger. Et nous osons dire : Notre Père...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Nous vivons avec l'obsession du temps. Plus vite, plus efficace, rentabiliser les minutes. Mais l'amour prend tout son temps. Regardons les amoureux : ils ont du temps à perdre l'un pour l'autre. Ils savent qu'aucun moment sans amour ne peut être rattrapé !

Don Bosco, qui mettait l'amour sensible à la bas de sa pédagogie, recommandait aux éducateurs de passer du temps au milieu des jeunes. Ce n'est pas la théologie "actualisée" qui les touche et est une Bonne Nouvelle : c'est le témoignage du temps "perdu" avec eux, qui finit par les persuader qu'ils ont du prix à nos yeux et aux yeux de Dieu.

Et si, parfois, nous ne nous aimons pas nous-mêmes, c'est aussi parce que nous ne perdons pas assez de temps avec nous mêmes. Perdre du temps est une grâce et un bonheur !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Notre époque essaie de nous faire croire qu'en multipliant nos besoins, nous augmentons notre joie. En réalité, nous augmentons nos attaches. Le Carême nous invite à ne garder que l'essentiel et le nécessaire, afin de retrouver les sources de notre vitalité et la force de la vérité.

L'ascèse, ce n'est pas, une contrainte, une répression, tourner le dos à la joie : c'est l'art de choisir l'essentiel et de se rendre libre. Comme l'eau et le pain que l'ascète savoure avec délices parce qu'ils sont la vie et que nous n'avons pas besoin d'autre chose.

La visée du Carême, c'est la joie. Et si nous voulons que le corps participe à cette joie, il doit être profondément travaillé : c'est le prix de sa liberté (inspiré de Maurice Béjart).

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Un jeune homme entre en rêve dans un magasin.
Derrière le comptoir se tient un ange.
Le jeune homme lui demande :
« Que vendez-vous ? »
L'ange répond :
« Tout ce que vous désirez. »
Alors, le jeune homme commence à énumérer :
« Si vous vendez tout ce que je désire, alors j'aimerai bien :
la fin des guerres dans le monde,
la fin des bidonvilles en Amérique latine,
l'intégration dans la société de tous les marginaux,
du travail pour tous les chômeurs,
plus d'amour et de vie communautaire dans l'Eglise... »
L'ange lui coupe la parole :
« Excusez-moi, Monsieur, vous m'avez mal compris.
Ici, nous ne vendons pas des fruits, nous ne vendons que les graines ».
(Poème anonyme)

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Xavier Thévenot, dans « Avance en eau profonde » (p 102-103), parle d'une espérance sans déni du tragique. Il y a une cohérence profonde, dit-il, entre la célébration eucharistique et les récits d'apparition du Ressuscité. Et ces récits manient une subtile dialectique de tragique et d'espérance.
De tragique : lorsque Jésus apparait de nouveau vivant devant les disciples, voici que le Ressuscité attire leur attention sur ses plaies.
D'espérance : lorsque les disciples pourraient s'enfoncer dans la culpabilité, voici que l'apparition du Seigneur leur fait comprendre que la fin de l'existence terrestre n'est pas le néant, mais la Vie dans la communion avec Dieu et tous les saints.
Célébrer l'Eucharistie, en être témoin, c'est donc être conduit à assumer une « joyeuse tension » faite de tragique et d'espérance.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

«Donnez-moi un point d'appui et je soulèverai le monde».
Ce point d'appui, je le trouve dans les derniers mots d'un écrit d'un poète polonais, Alexander Watt. Il parle d'un archer et de sa flèche. Tout est tourné vers l'efficacité, la précision, le résultat. Une image de notre monde en quelque sorte. Mais au dernier vers surgit une nouveauté, qui introduit une dimension tout autre.

La main dit à la corde : sois docile
La corde répond à la main : tends-moi hardiment
La corde dit à la flèche : vole comme l'éclair
La flèche répond à la corde : attise mon élan
La flèche dit au but : brille
Le but répond à la flèche : aime-moi !
Voilà comment il me semble que l'amour ouvre l'avenir et engendre l'espérance.

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite