Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

«Ayons la Bible dans une main, et dans l'autre le journal», disait Karl Barth.
Nos paroles d'espérance n'auront d'autorité que si elles se fondent dans une étude sérieuse de la Parole de Dieu et dans une analyse de notre société actuelle. La compassion ne suffit pas. Nous avons besoin de frères et de sœurs formés à l'analyse scientifique, sociale, politique, économique, théologique, pastorale, catéchétique... Aujourd'hui, il n'y a pas qu'un appétit de nourriture, mais de sens. « Le peuple périt faute de vision » (Pr 29, 18).
Soyons des veilleurs attentifs aux signes des temps. Veillons, comme le fait le médecin de garde dans un hôpital, un veilleur sur une tour de garde, une sentinelle qui veille sur le camp des soldats endormis. Une veille active.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Etre sentinelle d'espérance aujourd'hui, mission impossible ?
Et pourtant, sur des panneaux dans une église j'ai relevé les phrases suivantes :
- L'espérance c'est avoir confiance
- L'espérance c'est qu'après les épreuves viendra le soleil
- L'espérance c'est la vie, c'est l'espoir, l'amour, la santé
- L'espérance c'est aimer la vie. C'est pour elle que je me bats.
- L'espérance c'est espérer que la vie soit plus douce pour tout le monde.
- L'espérance de l'Eglise c'est le Christ (Mgr Albert Rouet)
- L'espérance vient de Dieu
Alors ? Etre sentinelle d'espérance aujourd'hui...mission possible !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Tant de gens connaissent la galère, le chômage, la maladie, l'exil, le deuil, la précarité, l'exclusion, le divorce, la violence, les attentats, la guerre, la haine, la solitude, la vieillesse et ses naufrages , la peur de l'avenir, le manque de solidarité, de fraternité, le chacun pour soi, le manque de repères, le dégoût de l'existence, la tentation du suicide, la mort...
Il suffit de regarder chaque soir le Journal télévisé de 20h et son lot de mauvaises nouvelles. Un climat se répand de plus en plus : celui de la désespérance, de l'indifférence, du fatalisme...Parler d'espérance peut sembler déplacé ! Mission impossible ?
Don Bosco disait : « le salésien accueille les valeurs du monde et refuse de gémir sur son temps. Il retient tout ce qui est bon, surtout quand cela plaît aux jeunes ».

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

« Si tous les exemplaires de l'Evangile devaient être détruits dans le monde, il faudrait que l'on garde au moins une page, celle qui relate la parabole de l'enfant prodigue, pour comprendre enfin qui est Dieu : ce Père qui veille, qui attend, ouvre ses bras, pardonne... » écrit Charles Péguy.
Que de jeunes qui s'éloignent de la maison paternelle avec le désir d'affirmer leur autonomie et d'exercer leur liberté. Ils pensent trouver le bonheur dans un ailleurs imaginaire. Le rêve ne correspond pas toujours à la réalité et le retour n'est pas toujours facile.
Cette parabole est l'expression de la plus belle image de Dieu. Un père prodigue, généreux, miséricordieux. « Les vrais regards d'amour sont ceux qui nous espèrent », écrit Paul Baudiquey.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Recteur Majeur, Pascual Chavez, nous rappelle dans sa dernière Etrenne que l'éducation est une affaire de cœur.
«Tâche de te faire aimer...» Les Salésiens et les Salésiennes en ont fait leur devise. Ce n'est pas une formule banale qui irait de soi. «Faire éducation» est un véritable défi. Les jeunes se méfient des adultes : trop de permissivité par peur de s'opposer à leurs désirs; trop de sévérité par peur de perdre son autorité et d'être dépassé...
Seul l'amour vécu avec joie et souffrance pour les petits, par l'éducation à la bonté affectueuse, peut faire grandir et favoriser le bien-être dont la visée ultime est le bonheur.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Aujourd'hui, Journée pour les droits des femmes dans tous les pays.

Chaque année, cette journée est l'occasion de faire le point sur la condition des femmes, l'égalité des sexes, mais aussi de regarder au-delà de nos frontières et d'approfondir notre réflexion concernant les avancées futures.

Pour nous, famille salésienne, c'est un rappel pour vérifier la qualité éducative et pastorale que nous offrons aux garçons et aux filles dans nos écoles, dans nos centres de jeunes. Nous avons le droit de nous réjouir dans la façon dont les femmes remettent en question le machisme des hommes. Evitons de défendre ce principe de suprématie « homme ou femme » avec notre vision unilatérale et avec des clichés qui continuent de circuler.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Terre d'accueil... Terre d'asile... Terre refuge...ici chez nous et ailleurs... La migration des peuples est un phénomène planétaire qui existe depuis que les populations ont cherché des espaces pour planter leur tente et vivre en paix.

Tout près de chez nous, dans notre immeuble, vivent des familles maghrébines, africaines... ! Nous les croisons, nous les saluons, elles nous interpellent... En réponse, nous parlons souvent d'intégration, d'assimilation aux valeurs culturelles et aux modes de vie de la terre d'accueil. Notre difficulté ne serait-elle pas de niveler trop vite les différences sous prétexte de l'union contre la division ?

C'est l'enjeu du « vivre ensemble » avec nos coutumes et nos traditions en recherchant une vie harmonieuse où tout le monde peut trouver sa place.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le temps du Carême est un temps de ressourcement intérieur... Pas besoin de nous retrouver forcément dans un monastère.

Au cœur de nos cités et de nos quartiers, Dieu nous attend. Cherchons la présence de Dieu au cœur de nos labeurs quotidiens et dans le puits de nos désirs intimes. Pour y parvenir faisons des « exercices ». Les moyens varient selon les Maîtres spirituels : St Augustin, Maître Eckhart, St Jean de La Croix, St Ignace de Loyola, Charles de Foucauld, Mère Térésa... Ce n'est pas le moment de se dérober et d'attendre ce qui nous a déjà été donné.

Ecoutons St Augustin : «Tu t'es perdu, il t'a cherché ! Tu as voulu le fuir, il t'a trouvé ! Tu t'es détourné de lui, il t'a ramené à lui ! Reviens donc à toi et va à celui qui t'a créé !».

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

« Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile »(1 Co, 9,16).

Quelle audace de témoigner de sa foi aujourd'hui dans ce monde sécularisé et souvent agnostique ? Nous voulons transmettre ce en quoi nous croyons...

La foi est un appel et un engagement libre. L'évangélisation a son fondement dans l'appel du Christ à poursuivre sa mission en son nom. Aujourd'hui, il nous faut parler, sans craindre d'être ridiculisé, et avoir l'audace de transmettre sa foi, son espérance, ses convictions, son optimisme et sa joie de vivre... Et nous, comment mettre ensemble en priorité « éducation et évangélisation » qui doivent rimer en classe, sur la cour de récréation, en famille ?

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite