Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

7/7-Marc 6, 30-44, les pains partagés.

Prenez un petit groupe de FMA et de SdB ; sept, comme les cinq pains et les deux poissons. Vous les rassemblez quelques heures autour de ce texte. Et vous obtenez un festin de paroles : des découvertes à pleines corbeilles, des étonnements à n'en plus finir, des échos incessants avec le Système Préventif et la mission salésienne. Les mots du jour de cette semaine ? Même pas un amuse-gueule, en comparaison. Prenez un repas de noces, multipliez par cinq mille (un nombre au hasard) : c'était à peu près cela. Rassurez-vous, il nous reste pas mal de morceaux à distribuer à droite et à gauche. Et de mots du jour à écrire. A propos, ce n'est pas réservé aux FMA ou aux SdB : la Parole est pour tous, sans exception. Comme les « mots à l'oreille » de Don Bosco.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

6/7-Marc 6, 30-44, les pains partagés. Je multiplie les mots du jour avec ce récit... Au fait, aviez-vous remarqué l'absence du mot "multiplication" dans ce texte ? Il s'agit plutôt d'une division : Jésus ne multiplie pas les pains, il les partage. Or, lorsqu'un groupe se met à parler, ne dit-on pas de ses membres qu'ils "partagent" ? 

Partager la Parole fait multiplier les heureux. Avec les yeux de la Parole, les textes d'évangiles paraissent soudain extraordinairement logiques : à condition d'en faire notre "pain quotidien". Ceux qui travaillent auprès des jeunes le savent : ils s'offrent sans cesse de belles tranches de parole, de magnifiques mots du jour. La vérité sort de leur bouche, comme des pages d'Evangile, pour qui sait l'entendre. Don Bosco l'avait compris.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

5/7-Marc 6, 30-44, les pains partagés.

Avec Jésus, la parole nourrit... Mais, au fait, comment nourrit-elle ? Exemple : moi. Je ne parle pas, je bavarde. Je me répète, je tourne autour du pot, je me mélange les pinceaux... Alors que parler, c'est infiniment neuf, percutant, ajusté. La vraie parole, c'est-à-dire la parole vraie, est marquée d'infini, elle vient de loin, jaillit soudain et déborde, reflet d'un mystère insondable : "Moi, j'ai pu dire une chose pareille ?"

Jésus connaît ce mystère, il le respire et le transpire. Il lui tend les cinq pains et les deux poissons, qui s'en imprègnent et en deviennent parlants. Puis il les rompt et les donne pour que les disciples les donnent : la Parole devient un fleuve indomptable que rien n'arrête. Par Jésus, le "mot du jour" devient "pain du jour".

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

4/7-Marc 6, 30-44, les pains partagés.

En les envoyant au désert, Jésus invite ses disciples à "être" afin de mieux "faire", en se nourrissant de parole. Car lui sait bien que la nourriture ne manque pas : il baigne constamment dans le monde surabondant de la Parole. Eux, en revanche, peinent à quitter cet autre monde où tout se mesure. Alors il leur montre : "Donnez-leur vous mêmes à manger." Qui, nous ? Ils comptent : cinq pains et deux poissons.

A la table de la parole, cela suffit pour entamer un joyeux partage. Chacun offre ses mots, la parole circule, s'enrichit, déborde. Don Bosco le savait. Manque de bras pour l'aider ? Il appelle ses premiers Salésiens, des jeunes, nourris par ses "mots du jour" : "Donnez-leur vous-mêmes à manger." On connaît la suite.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

3/7-Marc 6, 30-44, les pains partagés.

Les apôtres reviennent de mission. Ils ont fait et enseigné plein de choses. Pourtant Jésus ne les félicite pas mais il les envoie se reposer. Où est l'erreur ? Elle se cache plus haut (Mc 6,8-10) : selon Jésus, il ne s'agissait pas de faire ou d'enseigner plein de choses, mais de partir démunis de tout. Bref, être plutôt que faire. Certes, il y a des choses à faire. Mais que vaut le "faire" sans l'"être" ? Un médecin est-il bon seulement s'il est un parfait technicien ? Or "être" demande à être nourri.

Et où est la nourriture de l'être ? Dans le désert, justement, là où « çà » parle, intérieurement. Autrement dit, la vraie nourriture, c'est la parole. En somme, Jésus les envoie au désert pour se nourrir. C'est son mot du jour, à lui.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

2/7 - Marc 6, 30-44, les pains partagés. Texte étrange. Les apôtres reviennent, tout guillerets : leur mission a marché du tonnerre de feu. Vous croyez que Jésus les félicite ? Pas du tout. Il les invite de suite à aller dans le désert, à l'écart, pour se reposer. Votre môme revient de l'école, vous montre avec fierté ses super notes et vous lui répondez : « Va dans ta chambre te reposer. » Pas sûr qu'il comprenne. Pourtant, le texte se donne la peine d'expliquer à son lecteur : il y avait tant à faire que le temps manquait pour manger. Ce n'est guère plus clair, direz-vous. Certes. Mais cela montre au moins ceci : Jésus prenait soin de ses disciples surbookés. Et si ce mot du jour vous avait nourris de cinq minutes de désert, à l'écart ? N'en ressentiez-vous pas le désir ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

1/7 - Marc 6, 30-44. "Comment, avec cinq pains et deux poissons, nourrir des milliers de personnes ?" Stupéfiant. Un cuisinier me disait récemment qu'il était preneur de la recette. Un défi au bon sens commun. Mais qui a dit que les évangiles fonctionnaient selon le bon sens commun ? Souriez donc aujourd'hui à cinq personnes différentes : combien de personnes souriront à leur tour ? Cinq ? Et que faites-vous de toutes celles qui profiteront du sourire de ceux auxquels vous aurez souri ? Et de toutes les autres qui seront atteintes à leur tour par contagion ? A propos, la stupéfaction aussi est contagieuse. Il suffit que ce mot du jour ait surpris cinq lecteurs...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

« Suis-moi » (Lc 5, 27). Deux mots qui claquent comme un coup de fouet, et voici la vie de Matthieu complètement bouleversée. Deux mots, non pas adressés à l'élite de la société d'alors, mais à un homme de la pire espèce : celle des collaborateurs de l'occupant romain. Deux mots qui invitent à se mettre en marche. Aimer Jésus, c'est le suivre. On ne peut être disciple sans se mettre en marche. Et partir, c'est mourir un peu. Mourir à la peur pour naître à l'aventure, mourir aux certitudes pour naître à la foi. Suivre Jésus, c'est l'accompagner dans cet itinéraire pascal d'un mourir pour vivre.

Jean Bosco invitait les jeunes à cette expérience : sortir du caïdat de la rue pour devenir, selon ses termes, un « bon chrétien et un honnête citoyen. »

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Aujourd'hui, nous fêtons St Claude. Alors permettez-moi de souhaiter une bonne fête à celle qui m'a donné la vie, ma chère maman. Mais je vous parlerai d'un jésuite, le bienheureux Claude de la Colombière. Après avoir étudié à Lyon, il fut envoyé en 1675 à Paray le Monial. C'est là qu'il rencontra à plusieurs reprises Marguerite-Marie Alacoque, qui vit le Christ lui apparaître avec son cœur brûlant d'amour pour tous les hommes. Alors que la plupart des sœurs de sa communauté la raillaient et la traitaient de visionnaire, le Père Claude de la Colombière, qu'elle avait choisi comme directeur spirituel, fut rapidement convaincu de l'équilibre et de la sainteté de cette religieuse, au douloureux passé d'orpheline. Et c'est lui qui permit la propagation du culte du Sacré Cœur.
Et si la première caractéristique d'un saint, c'est de savoir révéler la sainteté de l'autre ... un peu comme Don Bosco le fit pour Dominique Savio.

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite