Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En éducation, peut-être plus que dans d’autres domaines, il convient de ne pas travailler seul. Nul éducateur n’a toutes les compétences.
De plus, il faut parfois savoir se faire relayer pour relancer autrement l’accompagnement, et pour ne pas créer de dépendance entre le jeune et soi-même. Travailler en équipe, c’est savoir qu’on n’est pas tout-puissant, c’est rendre compte de son travail et se faire aider, et c’est enfin apprendre au jeune à se détacher, et à avancer vers une autonomie progressive.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Avec l’Eucharistie, la Réconciliation est, chez Don Bosco, un pilier de la vie de foi. Après la rupture d’Alliance, on peut toujours revenir à Dieu. Dans la vie du groupe, il y a aussi des ruptures dans la confiance. Mais il est toujours possible de renouer les liens. Demander pardon, donner son pardon, c’est la condition pour la survie du groupe. La lecture chrétienne rejoint ici l’expérience humaine : c’est la réconciliation qui brise le cercle de la violence réelle ou symbolique. Et, loin de s’abaisser, l’homme s’humanise.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La relation salésienne s’établit en grande partie par une présence avec les jeunes, effectivement, sur les lieux de vie. La cour de récréation, les foyers, les salles de jeux, la rue, le quartier, le stade représentent des lieux pour se brancher. L’éducateur partage la vie et les intérêts des jeunes. Dans la mesure du possible, il aime ce que les jeunes aiment.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Don Bosco l’appelle « Raison » : c’est le caractère raisonnable de la communication entre le jeune et celui qui l’éduque. L’éducateur brutal dit : « Tu dois faire cela parce que c’est comme ça. Point final. » L’éducateur selon Don Bosco rend raison, s’appuie sur les capacités de l’enfant de comprendre où se trouve son bien véritable. Il ne s’impose pas. C’est le bien et le vrai qui s’imposent...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C’est en groupe qu’un jeune apprend à se connaître : dans la confrontation des idées et le dialogue, la stimulation réciproque. En découvrant qu’il est en accord avec l’un et en désaccord avec l’autre, il affine sa pensée et apprend à argumenter sa position. Le groupe est aussi un lieu d’apprentissage des règles : vivre avec d’autres oblige à prendre conscience des droits et des devoirs qui rendent possible la vie en collectivité. Dans le groupe, on apprend aussi l’enrichissement que peut apporter la différence.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Une des choses les plus compliquées. Il ne suffit pas de se nourrir et d’attendre que ça se passe. Grandir, ça oblige à changer. Et changer, c’est devenir différent, comme un autre qu’on n’aimera peut-être pas.

Et devenir différent, c’est aussi changer le regard des autres sur soi. C’est pourquoi beaucoup aimeraient rester enfant. La tendance des hommes à régresser dès que l’occasion se présente suffit à nous le prouver. Toute la difficulté consiste à accepter que grandir, c’est devenir ce qu’on est appelé à être.

Mais tout de même, quelle affaire !

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Dans un groupe de musique, on entend d’abord la basse. Avec ses notes, elle aide les membres du groupe à se repérer, à jouer ensemble, puis elle se fond dans la masse quand les autres instruments arrivent. De la même façon, Dieu nous aide à nous repérer tout en se fondant dans notre vie quotidienne. 

La batterie, elle, sait se faire entendre quand il le faut. Au son de la grosse caisse, le public tape des mains. Dieu aussi sait se faire entendre et nous aider à savoir comment agir chaque jour.

Le pad (un son long, planant), avec ses nappes de violons, donne de la hauteur mais aussi de la profondeur au chant comme peuvent le faire la méditation ou la prière. 

La guitare électrique est, souvent, discrète. Il faut tendre l’oreille pour entendre ses notes. De même, parfois, il faut savoir tendre l’oreille pour percevoir la présence de Dieu dans nos vies. 

Enfin, la guitare : seule, elle est capable de jouer et d’animer. Dieu, de la même façon, est toujours là avec nous, et même lorsque l’on se sent seul, il continue à jouer.

Et toi ? Ton groupe de musique est-il au complet ? 

Écouter : Give Me Faith

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La musique est entrée dans ma vie assez tôt. Un violoncelle calé entre mes jambes à 4 ans, je ne comprenais pas trop l’objectif de tout ça. Ce n’était que des devoirs en plus pour moi. Et puis j’ai découvert le chant et m’a facilité à sortir les sons qu’il fallait. Je n’ai pas complètement lâché le violoncelle mais le chant s’avère être ce qui me remplit le plus. Oui car quand je chante je suis pleine. Pleine d’amour et de joie. Je souris dès que la voix de mon amie s’élève et que la mienne est prête à l’accompagner. Je souris en pensant à ce jour au Campobosco où on a vécu ce que j’appelle un orgasme musical. Le sourire aux lèvres on avait des frissons partout. La joie nous inondait. Alors je ne sais toujours pas si Dieu existe et s’il veut mon bien. Mais le chant est là pour me rappeler à chaque fois que je suis heureuse.

ÉcouterOceans Acoustic - Hillsong UNITED

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La musique c’est ma vie, c’est mon opium, c’est mon lien privilégié avec Dieu et avec les autres. J’adore chanter et partager des moments musicaux. Je peux être touchée à n’importe quel moment et à chaque fois que cela me conduit vers Dieu. Je peux avoir de l’émotion en interprétant moi-même ou juste en écoutant. Pas plus tard que mardi dernier, j’ai été émue aux larmes en écoutant l’hymne des JMJ 2002 à Toronto ! Je me suis immédiatement sentie en communion avec Dieu, avec tous les jeunes et puis avec le monde entier.

ÉcouterLumière du monde

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p
  • Société

    • Cultures jeunes : Sportifs engagés !

      pixabay Pexels Chaque année, ça recommence. Quoi donc ? Mais Roland Garros, bien sûr. En tant que sportifs, passionnés de tennis, nous souhaitons vivre ce temps d’immenses rencontres autour de nos champions, de nos idoles.

      Lire la suite

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite