Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Mon vieux soulier

Tu en as fait des pas
Pour être ainsi usé !
Ton cuir n’a plus d’éclat
Et il est tout râpé !

Sais-tu encore les monts
Et les vallées franchies,
La chaleur du soleil
Et les intempéries ?

Tu en as pris des routes,
Des sentiers malaisés,
Empierrés, sinueux,
Goudronnés ou boueux !

Souvent, tu as glissé
Sur les pavés mouillés !
Je connais les cailloux
Où tu t’es écorché !

Combien de pas pressés,
T’a-t-il fallu marcher
Pour te rendre au travail
Ou secourir un frère ?

Le pied qui te guidait
Ne te ménagea guère !
Mais tu l’as bien servi
Et il n’a pas souffert !

Te voilà tout tordu !
Ta semelle est trouée !
Ton talon est fendu
Et ton lacet cassé !

Je te mets au rebut !
Mais il me reste au cœur
Les chemins parcourus,
Tous ces gens ou amis
Vers qui tu m’as conduit
Et qui m’ont enrichi
De leurs joies, de leurs peines,
De ce qui fait leur vie,
leur expérience humaine