Francois deSales 220x232Né en 1567 au château de Sales, près de Thorens (Haute Savoie) d'une famille de noblesse rurale, il est citoyen du duché de Savoie. François est envoyé à Paris pour faire ses études de droit. Il en profite pour suivre des cours de théologie. Licencié en droit, il va poursuivre sa formation à Padoue où il passe brillamment son doctorat. Il s'inscrit au barreau de Chambéry comme avocat.


C'est l'époque où l'Église romaine, face au protestantisme et à la doctrine de la prédestination, reprend courage et se lance dans le grand mouvement de la Contre-Réforme. Après une crise religieuse personnelle, François décide de devenir prêtre. Il renonce à tous ses titres de noblesse, et à sa nomination comme sénateur du duché de Savoie.

Patron des journalistes

Mgr Granier, l'évêque de Genève, réfugié à Annecy, lui confie l'évangélisation du Chablais, presque entièrement passé au calvinisme. François se rend à la forteresse des Allinges qui domine Thonon, et se lance avec ardeur dans la prédication. Il parcourt tout le territoire, à cheval, à pied dans la neige, parfois cerné par les loups ...
Il entreprend d'écrire des lettres personnelles aux gens qu'il ne peut atteindre. Puis il fait appel à l'imprimerie pour éditer des textes qu'il placarde dans les endroits publics et distribue sous les portes. Ces publications périodiques imprimées sont considérées comme le premier " journal " catholique du monde, et c'est pourquoi François de Sales est le patron des journalistes. Furent ainsi publiés les "Méditations", les "Épîtres à Messieurs de Thonon", et les "Controverses". Et pour toucher les illettrés, il se met à prêcher sur les places, au milieu des marchés. Après des mois d'insuccès, il peut célébrer Noël 1596 à Thonon. Soutenu enfin par le duc de Savoie, sa mission devient alors un succès et en deux ans le Chablais redevient catholique.

L'évêque de Genève à Annecy

En 1602, à 35 ans, il est nommé coadjuteur de l'évêque de Genève, Mgr Granier, et lui succède rapidement en exil à Annecy. Mettant en pratique toutes les décisions du Concile de Trente, il se consacre totalement à la réforme de son diocèse. Il le visite en entier, allant jusqu'au plus petit village de montagne. Il rétablit la règle et la discipline dans les abbayes et monastères. Il met en place la formation du clergé, et la catéchèse. François remplit également plusieurs missions diplomatiques à Paris et à Rome. Prédicateur recherché, il est demandé dans de nombreuses villes de France.
Il compose divers ouvrages de spiritualité pour les laïcs, dont la célèbre "Introduction à la vie dévote", dédiée à Mme de Charmoisy. Il s'engage pour aider les laïcs à vivre à fond leur vie baptismale.
Il entretient une importante correspondance de direction spirituelle et passe de nombreuses heures à confesser. De son expérience sortira le "Traité de l'Amour de Dieu". La profondeur de ses ouvrages spirituels, l'impact énorme qu'ils eurent sur les chrétiens de son temps et jusqu'à nos jours, ont fait déclarer François " docteur de l'Église. "

La création des Visitandines

Parmi ses dirigées, la Baronne de Chantal est appelée à une mission spéciale. Veuve avec quatre enfants, elle se sent appelée par Dieu. François de Sales lui confiera en 1610, la fondation d'une nouvelle congrégation: l'ordre de la Visitation. François mène de front la direction spirituelle de sa congrégation et celle de nombreuses personnes. Les notes prises par les Visitandines seront publiées après sa mort sous le titre "Entretiens spirituels". Il veille sur son diocèse où il accomplit toutes les fonctions de sa charge.
Fatigué après tous les offices de Noël 1622, qu'il a célébrés à Lyon, il est frappé d'apoplexie le 27 décembre, et meurt le lendemain. Il est proclamé saint en 1665, et docteur de l'Église en 1877. Son corps repose à Annecy, dans le nouveau monastère de la Visitation construit en 1911.

 

Francois de Sales 780

 

 

Pour aller plus loin

Quelques textes de référence sur le site des salésiens


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite