Tracer 1 355x2481Près de trois cents participants étaient présents à la septième opération «Des cinés, la vie», rassemblés à la cinémathèque de Paris le 29 mars dernier. Le trophée 2013 a été remis à l'Amicale du réel pour « la meilleure façon de tracer ». L'ensemble des participants concourrait cette année sur le thème de la rencontre. Cette opération offre la possibilité à un jeune public en réinsertion, accompagné par les professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse(PJJ), d'ouvrir leur centre d'intérêt au 7ème art.

 

 

 

Avant de venir à Paris, les jeunes ont visionné douze courts métrages. L'opération a lieu d'octobre à février dans toute la France. Les jeunes ont rencontré des réalisateurs, venus expliquer comment ils ont réalisé leur film. Les jeunes ont voté pour leur film préféré.

 

 

Regarder le cinéma autrement

Le court-métrage est un support pédagogique intéressant. Il permet le débat autour d'un imaginaire qui peut renvoyer à la réalité, au vécu des jeunes. C'est un bon moyen aussi pour comprendre ce qui se passe autour d'eux. Le fait de voter donne l'occasion de partager ses convictions. Brandon, ancien jeune suivi par la Protection judiciaire de la jeunesse a aujourd'hui réintégré un cursus scolaire classique. Il a participé à l'une des anciennes opérations. Son groupe s'était même lancé dans la réalisation d'une petite fiction. Il témoigne : « J'ai toujours voulu faire du cinéma. Même un tout petit film, même une minute à l'écran. Mais ça restait un rêve. Avec le court-métrage dans lequel j'ai tourné, j'ai eu la joie de me voir sur grand écran. Ma famille aussi m'a vu. Ça m'a donné confiance en moi. J'ai compris que tourner un film était long et difficile. Comme le travail à l'école. Mais j'ai envie de m'accrocher et de faire carrière dans ce milieu ».


Certes, ils ne sont pas nombreux ceux qui suivent le chemin du 7ème art comme Brandon. Ce projet permet aux jeunes de regarder le cinéma autrement. Quelques mois avant cette grande journée qui récompensera le meilleur court-métrage par le vote des jeunes, les structures locales s'organisent... Jean Franchesquin, éducateur spécialisé à la PJJ, témoigne : « Nous devons être innovants pour les jeunes qui ont pris des chemins de traverse. Ils délaissent l'école ? Nous les y ramenons par le cinéma. Le professeur de français travaille au scénario, le professeur de sport prépare les cascades, le professeur de musique écrit et fait jouer la musique, les enseignants de langue participent par le biais des sous-titres... Avec ces jeunes, le succès repose sur notre ténacité et notre inventivité ».

cinelavie 355x355Une participation grandissante

L'opération « Des cinés, la vie ! » est pilotée par l'association Kyrnéa International, coordinatrice du dispositif « Passeurs d'images », en partenariat avec différents ministères*. Avec le concours de l'Agence du court-métrage, les films participant à « Des cinés, la vie ! » sont choisis par un comité de sélection composé de professionnels de la PJJ, de la culture, du cinéma et de l'Acsé en fonction d'une thématique, de critères de qualité et de diversité. Depuis son lancement en 2006, forte de son succès rencontré au niveau national auprès des différents services éducatifs et des référents concernés, « des cinés, la vie ! »a vu le nombre de jeunes participants augmenter progressivement au fil des éditions : de 243 en 2006-2007 à plus de 1.000 en 2012-2013, accompagnés par plus de 300 éducateurs de la PJJ.


Le trophée 2012-2013, réalisé par les jeunes de la Mission d'Insertion d'Alençon, a été remis au lauréat de cette 7ème édition, à l'Amicale du réel pour son film « La meilleure façon de tracer ». Les participants ont pu découvrir différents ateliers où un extrait de film leur était montré, suivi d'une analyse filmique.
Pour la 8ème édition, l'équipe des organisateurs se retrouvent ces jours-ci à l'Agence du court métrage pour sélectionner les films de l'édition 2013-2014.
Tous les renseignements seront communiqués sur le site :
www.passeursdimages.fr

 

Vincent GRODZISKI
4 avril 2013

 

 


Tracer 2 355x248« La meilleure façon de tracer »

par Bartlomiej Woznica
Portrait d'une fin d'adolescence en apesanteur et en recherche d'ancrage, « La meilleure façon de tracer » suit les échappées urbaines d'un groupe de jeunes lillois adeptes du « Parkour ». Pratique urbaine qui a été notamment popularisée au cinéma par les films Yamakazi et Banlieue 13, le « Parkour » cherche à ouvrir dans la ville des chemins inédits en se jouant des obstacles et des vides qui mettent généralement fin à la marche. Proche en cela de certaines pratiques situationnistes, cet art du franchissement est une manière de réinventer l'espace public, d'en souligner les potentialités en dormance. Mais les « traceurs » revendiquent dans leur pratique, bien au-delà d'une simple recherche de la performance ou d'une volonté de puissance, un véritable moyen de connaissance de soi, d'apprentissage de ses propres limites par l'ascèse propre aux arts martiaux.

 

 

 

Il s'agit, moins de supers héros, aux pouvoirs acrobatiques extraordinaires, que de la mise en œuvre d'une humanité fragile qui, pour le dire avec les mots du poète Francis Ponge, « ne sait plus danser, qui ne connaît plus le secret des gestes, et qui n'a plus le courage ni la science de l'expression directe par les mouvements ».
« L'Amicale du réel » rejoint ainsi cette volonté d'éprouver le réel d'une époque où il est devenu possible de jouer au tennis sans raquettes et sans balles.

 

Réactions des jeunes après avoir vu le film

« Je suis plus fort qu'eux, mais ils assurent. »
« Parce qu'ils sont jeunes comme moi et ce film montre aussi qu'on peut s'en sortir. »
« J'ai apprécié ce film parce que les jeunes ne font pas de conneries. Ils font leur vie et ils ont des rêves, des projets. »

 

 

 

Tracer 3 355x248public 355x248 Les participants à cette journée du 29 mars qui a eu lieu à la cinémathèque à Paris


 


 

 

Pour aller plus loin

* les films présentés (PDF)
* leur site : www.passeursdimages.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

Le vendredi, le chrétien reprend les différents instants de la fin de vie de Jésus. Avant d’arriver au calvaire, celui-ci porte une partie de sa croix, sur laquelle il sera crucifié. Cette croix est riche de sens : Jésus porte les maux de ce monde, le mal qui nous taraude, les souffrances qui nous meurtrissent. Face à des situations où nous tombons dans le péché… il se tient présent à nos côtés, discrètement ; il vient délicatement offrir une petite lumière qui vient nous réchauffer.

En nous laissant éclairer par Jésus, exemple de celui qui n’a pas fait le mal, celui-ci nous met sur un chemin de lumière où l’épreuve ne s’effacera pas, mais pourra se vivre autrement.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

I see you - "Clin d'œil à la créativité"
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite