off de prison355Sylvie, officier de prison, a accepté pour DBA de décrire son milieu de travail. Elle est tenue par une obligation de réserve, c'est pourquoi nous ne pourrons en dire plus sur elle ni sur sa prison. Mais sur son métier, elle a beaucoup à nous dire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : En quoi consiste votre travail ?

Sylvie* : Je travaille au quartier des arrivants. La plupart viennent de milieux défavorisés. Dans certaines familles de détenus, il y a presque une culture de la prison : l'oncle, le père, le grand-père, tous y sont passés et repassés. C'est vécu comme une sorte de fatalité ! Certains n'ont pas l'air catastrophé de se retrouver là. Mais ce n'est qu'une apparence. Je dois bien les écouter car je dois savoir qui ils sont, me rendre compte de leur vulnérabilité ou de leur dangerosité, des risques de suicide qu'ils présentent. Je dois m'occuper aussi de l'aspect cigarettes et café. Ces deux éléments ont une place énorme en prison.

 

DBA : Les relations avec les détenus, comment sont-elles ? Peut-on en avoir ?

Sylvie : Chaque fonctionnaire de la prison vient avec sa propre personnalité. Certains d'entre nous mettent de la distance avec les détenus. D'autres sont très à l'écoute. C'est très important de travailler en équipe. On se complète et on s'entraide. Les anciens surveillants comprennent très vite les situations. La pratique, l'expérience leur permettent d'avoir la bonne attitude à mettre en œuvre dans les différentes circonstances.

 

DBA : Il y a plus de violence qu'avant ?

Sylvie : Oui, la violence et l'agressivité augmentent d'année en année. Quand je suis appelée pour intervenir, l'agressivité est déjà montée haut.Avant il y avait une certaine régulation de la vie en prison, entre détenus, lors des promenades. Aujourd'hui, nous devons intervenir beaucoup plus. Et si un détenu insulte un surveillant, celui-ci peut porter plainte. Mais devant des tribunaux débordés, la plainte traîne, puis se perd. Alors le détenu considère qu'il peut continuer en toute impunité.

 

DBA : On dit qu'il y a beaucoup de trafics en prison, est-ce exact ?

Sylvie : Oui, il y a beaucoup de trafics. Par exemple du canabis est projeté, de l'extérieur, par-dessus les murs. On a l'obligation de lutter contre ces trafics. Mais il y a de nouvelles législations pour la fouille au corps (pour le respect de la dignité humaine, ce qui est un bien) qui font qu'on ne peut plus fouiller vraiment les personnes. C'est ainsi que des détenus cachent sur eux de la drogue ou des lames de rasoirs dont ils se servent après pour menacer un surveillant. On nous impose des règles pour le respect de la dignité humaine mais la prison c'est déjà le non-respect de la dignité humaine. Il faudrait prendre cette question de la prison à bras le corps et réfléchir beaucoup plus largement.

 

DBA : Peut-on rester « zen » dans ce milieu de travail ?

off de prison 2 355Sylvie : Mon travail en prison m'a fait toucher la part sombre de ma personnalité. J'ai appris à maîtriser mes colères, mes peurs. La prison respire la violence, le mal. Et moi je suis de ces gens qui absorbent facilement les ambiances. On est impacté par ce milieu. Notre corps prend l'habitude d'être sur la défensive tout le temps, même quand on est dehors.


Ce n'est pas un milieu épanouissant même si le travail y est intéressant et si on peut y vivre de bons moments en équipe. C'est un métier qui use. Les gens autour de moi me disent que j'ai beaucoup changé.

 

DBA : Envisagez-vous de changer de métier ?

Sylvie : Non, pas de métier mais de poste. Il y en a qui sont intéressants et qui permettent de ne pas aller à la confrontation tout le temps. Par exemple, j'aimerais m'occuper du travail et de la formation des détenus.


En prison, on constate que les jeunes ne veulent pas travailler. La valeur « travail » s'est perdue. Ils disent : « pour gagner des clopinettes, ça ne vaut pas la peine » et ils attendent le mandat de la famille pour leur « cantine ». Tous ces jeunes fument du shit. A la moindre contrariété, ils fument. Cela les calme mais quand ils seront dehors, comment réussiront-ils à travailler ? J'aimerais les aider. C'est toute une tranche de la population qui est abandonnée. Il faut leur redonner confiance en eux et espoir.

 

Propos recueillis par Joëlle DROUIN
Sept. 2013

* Le prénom a été changé.

Crédits photos, © xchng-datarec et © xchng-adamci


Mot du jour

La beauté est cette promesse posée là depuis toujours, au plus profond de notre être. « Tard, je t’ai aimée, beauté si ancienne. Tu étais au-dedans de moi-même et moi je te cherchais au-dehors. » St Augustin.

La beauté nous étonne, nous traverse, parce qu’elle révèle notre qualité d’être en perpétuel devenir. Beauté de la nature, selon les saisons. Beauté humaine des visages, du petit enfant jusqu’au vieillard radieux !

« La mission d’éduquer : quelle beauté ! » Ste Marie-Carmen Sallès. Beauté de voir le jeune grandir et s’épanouir dans la vie !

Beauté spirituelle, la vraie beauté ne se fige pas. Elle a des espaces nouveaux, harmonieux, par-delà les côtés difficiles de nos existences. « Si une action pouvait avoir cent visages. Il la faut regarder en celui qui est le plus beau. » St François de Sales.

Restons sur ce regard positif, salésien, de voir toujours le meilleur en chacun de nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Actualités

    • Le transfert du collège Don Bosco de Châtillon-sur-marne à Saint-Dizier

      College Don Bosco vue aerienne A la rentrée prochaine (septembre 2018), le collège Don Bosco et son internat, aujourd’hui situés dans les locaux du Prieuré de Binson, à Châtillon-sur-Marne, vont être transférés dans les locaux de l’ESTIC (Etablissement secondaire et technique de l’Immaculée Conception) à Saint-Dizier. Cet établissement, qui relève lui aussi de la tutelle salésienne, comporte un collège ainsi qu’un lycée général, technologique et professionnel avec un internat.

      Lire la suite

    • « Un jeune à la foi » : 24 jeunes écrivent sur leur foi. Un livre pour tous !

      Un jeune a la foi C’est à partir de la description d’un objet que 24 jeunes du MSJ (Mouvement Salésien des Jeunes) ont souhaitaient exprimer leur foi… Une foi vivante et présente dans le quotidien de chacun… Le credo se vit au détour d’une rose, d’une chemise scoute, d’un abonnement de train, d’un peignoir, d’un diamant ou encore d’une paire de skis. Une invitation à regarder ce qui nous entoure… autrement !Logo video80

      Lire la suite

    • « La refonte du site des Editions Don Bosco est une belle expérience. »

      site EDB Comme l’a voulu Don Bosco, la communication des livres et des ouvrages est un levier essentiel de développement des jeunes. Le site des Éditions Don Bosco, editions-donbosco.fr, permet ainsi de se procurer tous les livres de la bibliothèque par correspondance, de manière simple. La refonte de ce site est une belle aventure menée par plusieurs bénévoles, dont Françoise Quéval, une ancienne élève de l’école la Providence et David Viagulasamy, responsable de projet internet et digitaux.

      Lire la suite

    • 140 ans : « Le système préventif c’est le style de la personne même de Don Bosco »

      140 ans systeme preventif nice 2 07 Don Bosco a-t-il vraiment mis au point une méthode d’éducation ? Le 12 mars 1877 à Nice, Don Bosco intitula son projet : « Traité du système préventif dans l’éducation de la jeunesse ». Jamais auparavant Don Bosco n’avait parlé de prévention. Ces quelques pages sont les seuls où Don Bosco a esquissé une théorie de sa méthode en éducation.Logo video80

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Éduquer à l’esprit critique

      Couverture DBA 993 Assez de préjugés et d’idées toutes faites ! Attention aux gourous, aux vérités « absolues » qui s’habillent d’idéalisme. Mais qui croire dans le foisonnement de propositions et de « vérités » partielles ? Voici le nouveau numéro Don Bosco Aujourd’hui. Son thème ? Eduquer à l’esprit critique.

      Lire la suite

    • VIDÈS : Temps de ressourcement pour les jeunes

      VIDES Temps source 2018 Week–end de ressourcement à Nice et à Saint-Cyr en 2018. Le VIDÈS organise, lors du week-end de l’Ascension, un voyage autour de Nice. Il est ouvert à tous les jeunes qui veulent découvrir la région, les lieux qui ont reçu l’héritage de Don Bosco et de Marie-Dominique Mazzarello. Voici le programme !

      Lire la suite