off de prison355Sylvie, officier de prison, a accepté pour DBA de décrire son milieu de travail. Elle est tenue par une obligation de réserve, c'est pourquoi nous ne pourrons en dire plus sur elle ni sur sa prison. Mais sur son métier, elle a beaucoup à nous dire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : En quoi consiste votre travail ?

Sylvie* : Je travaille au quartier des arrivants. La plupart viennent de milieux défavorisés. Dans certaines familles de détenus, il y a presque une culture de la prison : l'oncle, le père, le grand-père, tous y sont passés et repassés. C'est vécu comme une sorte de fatalité ! Certains n'ont pas l'air catastrophé de se retrouver là. Mais ce n'est qu'une apparence. Je dois bien les écouter car je dois savoir qui ils sont, me rendre compte de leur vulnérabilité ou de leur dangerosité, des risques de suicide qu'ils présentent. Je dois m'occuper aussi de l'aspect cigarettes et café. Ces deux éléments ont une place énorme en prison.

 

DBA : Les relations avec les détenus, comment sont-elles ? Peut-on en avoir ?

Sylvie : Chaque fonctionnaire de la prison vient avec sa propre personnalité. Certains d'entre nous mettent de la distance avec les détenus. D'autres sont très à l'écoute. C'est très important de travailler en équipe. On se complète et on s'entraide. Les anciens surveillants comprennent très vite les situations. La pratique, l'expérience leur permettent d'avoir la bonne attitude à mettre en œuvre dans les différentes circonstances.

 

DBA : Il y a plus de violence qu'avant ?

Sylvie : Oui, la violence et l'agressivité augmentent d'année en année. Quand je suis appelée pour intervenir, l'agressivité est déjà montée haut.Avant il y avait une certaine régulation de la vie en prison, entre détenus, lors des promenades. Aujourd'hui, nous devons intervenir beaucoup plus. Et si un détenu insulte un surveillant, celui-ci peut porter plainte. Mais devant des tribunaux débordés, la plainte traîne, puis se perd. Alors le détenu considère qu'il peut continuer en toute impunité.

 

DBA : On dit qu'il y a beaucoup de trafics en prison, est-ce exact ?

Sylvie : Oui, il y a beaucoup de trafics. Par exemple du canabis est projeté, de l'extérieur, par-dessus les murs. On a l'obligation de lutter contre ces trafics. Mais il y a de nouvelles législations pour la fouille au corps (pour le respect de la dignité humaine, ce qui est un bien) qui font qu'on ne peut plus fouiller vraiment les personnes. C'est ainsi que des détenus cachent sur eux de la drogue ou des lames de rasoirs dont ils se servent après pour menacer un surveillant. On nous impose des règles pour le respect de la dignité humaine mais la prison c'est déjà le non-respect de la dignité humaine. Il faudrait prendre cette question de la prison à bras le corps et réfléchir beaucoup plus largement.

 

DBA : Peut-on rester « zen » dans ce milieu de travail ?

off de prison 2 355Sylvie : Mon travail en prison m'a fait toucher la part sombre de ma personnalité. J'ai appris à maîtriser mes colères, mes peurs. La prison respire la violence, le mal. Et moi je suis de ces gens qui absorbent facilement les ambiances. On est impacté par ce milieu. Notre corps prend l'habitude d'être sur la défensive tout le temps, même quand on est dehors.


Ce n'est pas un milieu épanouissant même si le travail y est intéressant et si on peut y vivre de bons moments en équipe. C'est un métier qui use. Les gens autour de moi me disent que j'ai beaucoup changé.

 

DBA : Envisagez-vous de changer de métier ?

Sylvie : Non, pas de métier mais de poste. Il y en a qui sont intéressants et qui permettent de ne pas aller à la confrontation tout le temps. Par exemple, j'aimerais m'occuper du travail et de la formation des détenus.


En prison, on constate que les jeunes ne veulent pas travailler. La valeur « travail » s'est perdue. Ils disent : « pour gagner des clopinettes, ça ne vaut pas la peine » et ils attendent le mandat de la famille pour leur « cantine ». Tous ces jeunes fument du shit. A la moindre contrariété, ils fument. Cela les calme mais quand ils seront dehors, comment réussiront-ils à travailler ? J'aimerais les aider. C'est toute une tranche de la population qui est abandonnée. Il faut leur redonner confiance en eux et espoir.

 

Propos recueillis par Joëlle DROUIN
Sept. 2013

* Le prénom a été changé.

Crédits photos, © xchng-datarec et © xchng-adamci


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Les salésiens de France et Belgique-Sud en chapitre

      chapitre don bosco 2019 11 Les salésiens religieux de la Province France-Belgique Sud ont célébré leur chapitre à Lyon, du 22 au 26 avril 2019. Tous les trois ans, comme le veulent les constitutions, ils se retrouvent en assemblée constituée par les responsables de la Province et les délégués élus par les confrères. Avec les invités, ils étaient environ 70.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Couleurs salésiennes 2019 : Prêt ?

      don bosco couleurs salesiennes 2019 Chaque région salésienne se prépare à vivre les couleurs salésiennes. Comme l’année dernière, ce sera une beau moment de convivialité : célébration, repas partagé, animation-jeu… chaque lieu s’organise.

      Lire la suite

    • Les paroisses salésiennes en dialogue

      paroisses don bosco 2019 02 Samedi 6 avril, les paroisses salésiennes de la Province de France-Belgique ont envoyé d’Argenteuil, Liège, Lille, Lyon, Nice et Paris des salésiens, des coopérateurs et des paroissiens pour une « Rencontre des paroisses confiées aux salésiens » organisés au pied du sanctuaire de Saint Jean Bosco à Paris.

      Lire la suite

    • Don Bosco Gières / Kenitra : Créer des ponts entre la France et le Maroc

      gieres kenitra don bosco 2019 05 C’est dans cette aventure que se sont lancés les collégiens de Don Bosco Gières avec ceux de Don Bosco Kenitra. Ils se sont préparés durant de longs mois… Et en mars dernier, durant neuf jours, les 29 collégiens ont vécu au rythme de leur interlocuteur marocain. Récit par Clément et Alec.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : un dossier sur les élections européennes

      Don Bosco Aujourd hui 998 Du 23 au 26 mai, auront lieu les élections européennes. L’heure est-elle au repli ou à la poursuite de la construction européenne ? Des personnes engagées dans le réseau Don Bosco ou au Parlement européen osent une parole. Elles révèlent les difficultés rencontrées, leurs insatisfactions, mais aussi leur désir de voir cette Europe grandir. Vers quelles valeurs l’Europe doit-elle évoluer ?

      Lire la suite