off de prison355Sylvie, officier de prison, a accepté pour DBA de décrire son milieu de travail. Elle est tenue par une obligation de réserve, c'est pourquoi nous ne pourrons en dire plus sur elle ni sur sa prison. Mais sur son métier, elle a beaucoup à nous dire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : En quoi consiste votre travail ?

Sylvie* : Je travaille au quartier des arrivants. La plupart viennent de milieux défavorisés. Dans certaines familles de détenus, il y a presque une culture de la prison : l'oncle, le père, le grand-père, tous y sont passés et repassés. C'est vécu comme une sorte de fatalité ! Certains n'ont pas l'air catastrophé de se retrouver là. Mais ce n'est qu'une apparence. Je dois bien les écouter car je dois savoir qui ils sont, me rendre compte de leur vulnérabilité ou de leur dangerosité, des risques de suicide qu'ils présentent. Je dois m'occuper aussi de l'aspect cigarettes et café. Ces deux éléments ont une place énorme en prison.

 

DBA : Les relations avec les détenus, comment sont-elles ? Peut-on en avoir ?

Sylvie : Chaque fonctionnaire de la prison vient avec sa propre personnalité. Certains d'entre nous mettent de la distance avec les détenus. D'autres sont très à l'écoute. C'est très important de travailler en équipe. On se complète et on s'entraide. Les anciens surveillants comprennent très vite les situations. La pratique, l'expérience leur permettent d'avoir la bonne attitude à mettre en œuvre dans les différentes circonstances.

 

DBA : Il y a plus de violence qu'avant ?

Sylvie : Oui, la violence et l'agressivité augmentent d'année en année. Quand je suis appelée pour intervenir, l'agressivité est déjà montée haut.Avant il y avait une certaine régulation de la vie en prison, entre détenus, lors des promenades. Aujourd'hui, nous devons intervenir beaucoup plus. Et si un détenu insulte un surveillant, celui-ci peut porter plainte. Mais devant des tribunaux débordés, la plainte traîne, puis se perd. Alors le détenu considère qu'il peut continuer en toute impunité.

 

DBA : On dit qu'il y a beaucoup de trafics en prison, est-ce exact ?

Sylvie : Oui, il y a beaucoup de trafics. Par exemple du canabis est projeté, de l'extérieur, par-dessus les murs. On a l'obligation de lutter contre ces trafics. Mais il y a de nouvelles législations pour la fouille au corps (pour le respect de la dignité humaine, ce qui est un bien) qui font qu'on ne peut plus fouiller vraiment les personnes. C'est ainsi que des détenus cachent sur eux de la drogue ou des lames de rasoirs dont ils se servent après pour menacer un surveillant. On nous impose des règles pour le respect de la dignité humaine mais la prison c'est déjà le non-respect de la dignité humaine. Il faudrait prendre cette question de la prison à bras le corps et réfléchir beaucoup plus largement.

 

DBA : Peut-on rester « zen » dans ce milieu de travail ?

off de prison 2 355Sylvie : Mon travail en prison m'a fait toucher la part sombre de ma personnalité. J'ai appris à maîtriser mes colères, mes peurs. La prison respire la violence, le mal. Et moi je suis de ces gens qui absorbent facilement les ambiances. On est impacté par ce milieu. Notre corps prend l'habitude d'être sur la défensive tout le temps, même quand on est dehors.


Ce n'est pas un milieu épanouissant même si le travail y est intéressant et si on peut y vivre de bons moments en équipe. C'est un métier qui use. Les gens autour de moi me disent que j'ai beaucoup changé.

 

DBA : Envisagez-vous de changer de métier ?

Sylvie : Non, pas de métier mais de poste. Il y en a qui sont intéressants et qui permettent de ne pas aller à la confrontation tout le temps. Par exemple, j'aimerais m'occuper du travail et de la formation des détenus.


En prison, on constate que les jeunes ne veulent pas travailler. La valeur « travail » s'est perdue. Ils disent : « pour gagner des clopinettes, ça ne vaut pas la peine » et ils attendent le mandat de la famille pour leur « cantine ». Tous ces jeunes fument du shit. A la moindre contrariété, ils fument. Cela les calme mais quand ils seront dehors, comment réussiront-ils à travailler ? J'aimerais les aider. C'est toute une tranche de la population qui est abandonnée. Il faut leur redonner confiance en eux et espoir.

 

Propos recueillis par Joëlle DROUIN
Sept. 2013

* Le prénom a été changé.

Crédits photos, © xchng-datarec et © xchng-adamci


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Adrien

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite