Compagnons 4 355Le compagnonnage a, au fil des siècles, acquis des lettres de noblesse. Autour du concept du Devoir, se sont ainsi cristallisées des notions comme : honnêteté, droiture, soif de découverte, envie d’apprendre au contact des autres, nécessité de transmettre aux plus jeunes, souci d’adapter le métier aux exigences d’une société en constante évolution… Avec le temps, les Compagnons du Devoir et du Tour de France ont su construire une identité qui leur a permis de tenir une place originale dans le monde du travail. Petit tour d’horizon sur cette grande école des hommes de métiers en compagnonnage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils sont aujourd’hui 4000 jeunes à effectuer le tour de France chez les Compagnons du Devoir. Répartis dans 28 métiers, ils sillonnent le pays pour acquérir de nouvelles techniques. Fabien Marchalot, vingt-six ans, maçon et technicien métreur, témoigne : « En fin de troisième, j’ai rejoint les Compagnons du Devoir pour faire mon apprentissage à Lille, chez un maçon. Ensuite, sur le Tour de France, j’ai appris tous les aspects du métier : le gros œuvre, la construction de pavillons, la rénovation, la création d’escaliers… J’ai pu par la suite changer de voie, avec le soutien des Compagnons. J’ai passé un BEP de technicien de l’architecture et de l’habitat, puis un Bac Pro technicien du bâtiment, études et économies. Aujourd’hui, chez Eiffage Construction, à Rouen, mon travail consiste à métrer, chiffrer et préparer les chantiers, pour la maçonnerie bien sûr, mais aussi pour les autres corps d’état. C’est de l’organisation et du suivi de chantiers et ça me convient parfaitement. »

 

Certains compagnons partent à l’étranger. C’est le cas de Camille, aujourd’hui vingt-huit ans, menuisier. Elle travaille au sein d’une entreprise à Bruxelles, où elle réalise avec d’autres personnes des créations de designers : « Après un Bac littéraire, j’ai préparé l’Ecole des beaux-Arts. Très vite, j’ai compris que ça n’était pas assez concret pour moi. Je me suis alors orientée vers un CAP menuisier chez les Compagnons du Devoir. J’aime le voyage, et le compagnonnage me permet justement d’être en mouvement, tout en restant bien dans le réel. Le Tour de France m’a fait voyager en Irlande, dans une entreprise où j’ai appris les règles de l’art de ce métier qui garde aussi une vraie dimension créative. »

 

 

 

 

La vie dans la maison permet de rencontrer des professionnels issus de tous les corps de métiers

Quel que soit le lieu de travail, le compagnon du Tour de France est accueilli dans une maison, qui est sous la responsabilité d’un prévôt. La maison des compagnons de Paris est dirigée depuis plus d’un an par Janny Thomas. Celui-ci est menuisier de formation. À l’issue de son tour de France, il fait un an comme compagnon itinérant, où il encadre les plus jeunes dans leur formation. Aujourd’hui prévôt, il explique sa mission : « Premièrement, c’est veiller au bon fonctionnement de la maison avec ses salariés et son intendance en lien avec la maîtresse de maison (hébergement, entretien…). Deuxièmement, c’est être responsable des deux cents jeunes, du suivi de leur formation et du lien avec l’employeur. Et troisièmement, c’est de voir le placement des jeunes en entreprise et leur prévoir leur accueil au sein de notre maison. Car comme les jeunes voyagent, à chaque fois, je prépare leur arrivée en démarchant les employeurs. »

 

 

Des chiffres

  • 6.000 en formation initiale : CAP, BacPro
  • 4.000 en Tour de France 
  • 50% d'entre eux sortent de la formation initiale
  • Un tour de "France" dans 60 pays
  • 85% reste dans le domaine de travail où il a été formé et la plupart n’ont pas de difficulté pour trouver un emploi. 

Il faut apprendre à cohabiter

Une fois la journée de travail terminée, les jeunes ont des cours en soirée. L’encadrement est assuré par des anciens compagnons. « Au départ : les jeunes voient la formation et la vie en communauté plutôt positivement avec ses règles à respecter, le fait de ne pas être seuls, de pouvoir toujours être soutenus, poursuit Janny Thomas. Mais ce cadre peut être aussi perçu négativement. Quand un métallier et un boulanger se retrouvent dans une chambre avec des horaires de levers différents…, il faut aussi apprendre à cohabiter. » La vie dans la maison permet aussi de rencontrer des professionnels issus de tous les corps de métiers, d’établir des contacts avec d’autres jeunes et de se constituer un véritable réseau personnel. Les anciens mettent un point d’honneur à passer dans les communautés.

 

 

Qui entre chez les Compagnons ?

Aujourd’hui, tout jeune, n’ayant pas forcément de formation, peut être accueilli chez les Compagnons du Devoir. Janny Thomas fait des interventions dans le monde scolaire car cette organisation est peu connue. Il reçoit les jeunes intéressés : « Un premier contact permet déjà de présenter globalement ce qui se fait. À cette occasion, un dossier de candidature est distribué. Après acceptation du dossier, une deuxième rencontre plus individuelle permet de donner plus d’éléments en fonction des souhaits du candidat. »

 

 

Les différentes étapes de la formation : étudiant CAP ou BacPro, aspirant, puis Compagnon

Compagnons 2 355« Très vite, j’ai compris que les Beaux Arts, ça n’était pas assez concret pour moi. Je me suis alors orientée vers un CAP menuisier chez les Compagnons du Devoir. »S’ils n’ont pas de formation, ils intègrent un temps d’apprentissage vers un CAP ou un BacPro. En 2ème et 3ème année, ils peuvent prendre la décision de partir faire le Tour de France, muni de leurs premières compétences, de leur « caisse à outils » qu’ils rempliront au fil du voyage. « Durant cette période, ils sont Aspirants, précise Janny Thomas, c'est-à-dire qu’ils aspirent à devenir Compagnon. Ils ont deux travaux : un petit travail d’ « adoption » au moment de partir. C’est un travail qui est corrigé par des anciens Compagnons, qui est plutôt symbolique. Cela permet avant tout de bien cerner la motivation du jeune sans que celui-ci soit jugé sur sa capacité professionnelle, de voir qu’il a bien adopté les règles. Le jeune réalisera son Tour de France entre quatre et six ans. Il passera d’Aspirant à Compagnon par la réalisation du chef d’œuvre du Compagnon, qu’on appelle « réception » : le jeune est reçu Compagnon du Devoir. Là le travail sera jugé sur le plan du métier, les acquisitions, la motivation et la capacité à bien évoluer au sein des Compagnons et dans les entreprises. »

 

 

 

 

Le Compagnon est fidèle à sa devise : Ni s'asservir, ni se servir, mais servir.

Après le Tour de France, s’ouvre une période de un à trois ans de transmission : les Compagnons deviennent encadrant des plus jeunes, au sein d’une mission appelée « gâche ». Certains deviennent prévôt. Après cette période ils deviennent sédentaires, c’est-à-dire qu’ils s’installent dans la vie. Le réseau repose beaucoup sur le bénévolat et la transmission du savoir faire et du savoir être. Fidèle à sa devise : Ni s'asservir, ni se servir, mais servir.

 

 Vincent Grodziski

13 février 2014

 


 

 

Don Bosco initie les contrats d'apprentissages

 

Au milieu du XIXème, siècle, dans les faubourgs de Turin, le sort des jeunes était peu enviable. L'embauche dans le bâtiment était importante, au vu de l'explosion démographique. Alors, bien des parents, pauvres paysans à la merci de mauvaises récoltes, envoyaient leurs enfants dans la ville. Ils étaient alors à la merci de patrons qui les embauchaient et les débauchaient à leur guise, pour des salaires dérisoires.

 

À partir de 1853, Don Bosco commença à ouvrir des ateliers dans la maison annexe de l'Oratoire, en particulier dans le domaine de la charpente. Il s'agissait bien d'ateliers, et non pas encore d'école professionnelle, car il fallait produire pour ne pas alourdir les difficultés financières de la maison. Charpentiers et menuisiers travaillaient pour le bâtiment ou l'aménagement du mobilier de la ville.  Don Bosco noua un partenariat avec des patrons, appelés a participer au financement de ses ateliers avec en retour l'assurance de pouvoir embaucher des jeunes connaissant le métier. Voilà pourquoi on dit de Don Bosco qu'il fut le créateur des contrats d'apprentissage.

 

 

Compagnons jardiniers 355« Sur le Tour de France, j’ai appris tous les aspects du métier »

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Devenir Compagnon de Jean Mopin chez Flammarion

Site internet : www.compagnons-du-devoir.com

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

« L’ignorance est pourvoyeuse d’étonnement ». C’est par cette phrase que se conclut la remontrance de Don Bertinetti au jeune adolescent qu’est alors Jean Bosco, accusé de faire ses tours de magie. Le brave prêtre vient de récupérer son porte-monnaie et sa montre à gousset qu’il croyait volatilisés par le diable. Jean lui explique : « C’est une affaire d’observation, de dextérité, d’intelligence exercée ou alors quelque chose de préparé. »

Alors moi je plaide pour l’ignorance, celle qui permet de s’émerveiller de ce qui advient. Pour notre jeunesse instruite, augmentée d’une intelligence technicienne, quel émerveillement reste possible ?

Si l’amour est une histoire de chromosomes, si la fraternité est le rapport du « don et contre don »… Comment se laisser surprendre par un lever de soleil ?

Tant mieux si les camps d’été se passent dans une nature non encore disséquée par le savoir, je n’aurais pas la tentation d’aller chercher l’étonnement dans des sensations extrêmes et nuisibles à ma propre vie.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite

    • Venue du P. Angel Artime, 10è successeur de Don Bosco, en février 2019 en France et Belgique-Sud

      SAVE THE DATE* !!! Le 10è successeur de Don Bosco, le Père Angel Artime, rendra visite à notre province salésienne France-Belgique Sud en février 2019. Il sera en région PACA le 21 février, à Lyon le 22 février, à Paris le 23 février et à Bruxelles le 24 février. Quelle joie de l'accueillir parmi nous ! Cela n'arrive pas tous les ans !!! Faisons de cette occasion une fête. Profitons de sa venue pour nous rassembler avec les jeunes en famille salésienne et en réseau Don Bosco. Certes, la date prévue n'est pas sans doute pas idéale, mais nous dépendons de son calendrier bien chargé... Soyons créatifs pour rendre chaque journée inoubliable et refléter fidèlement l'actualité du charisme de notre fondateur bien vivant en France et en Belgique Sud. (* Réservez la date !)

    • 5 lieux de rassemblement pour les premières rencontres des Couleurs Salésiennes

      couleurs salesiennes 2018 04 C’est à Liège et Le Passage (1ère mai), Paris (22 mai) et Lille (30 mai), qu’ont eu lieu les journées régionales des Couleurs Salésiennes. L’objectif est de renforcer l’esprit de famille entre les différentes branches de la Famille Salésienne et d’ouvrir les horizons. Une belle occasion d’inviter les proches, les parents d’élèves… Le pari a été réussie ! Découvrez les témoignages de participants hauts en « Couleurs salésiennes » de Paris et de Liège !

      Lire la suite

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2018 ?

      activites jeunes ete 2018 Vous recherchez un séjour spirituel, éducatif, ou ludique ? La famille salésienne de Don Bosco offre une large palette de propositions. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?... Et si vous avez une question à poser en dehors de tous ces contacts, en voici un, commun à tous : contacter la pastorale des jeunes.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Pari pour la paix : les salésiens et les enfants soldats de Colombie

      paix colombie 02 Les salésiens de Colombie ont joué un rôle important dans les accords de Cessez-le-feu intervenus en janvier 2017 entre les guérilleros de la FARC et le gouvernement : depuis plus de 15 ans, ils accueillent les enfants-soldats pour les réhabiliter, les réintégrer dans leurs familles et dans la société.

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite

    • Une sélection de films pour l’été

      film ete 2018 Alors que nous commençons les vacances d’été, Don Bosco Aujourd’hui vous propose une sélection de films à voir après la plage, en famille. Voici quelques coups de cœur de la rédaction, proposés par Florent Leruste, salésien de Don Bosco.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite