Jean Marie Petitclerc « Liberté, Egalité, Fraternité, telles sont les trois valeurs de notre République ! » ne cesse-t-on de nous rappeler aujourd'hui dans le contexte traumatisant de ce mois de Janvier 2015. Mais ces trois valeurs ne sont pas de même nature. Si la liberté et l'égalité sont de l'ordre du droit, la fraternité, quant à elle, est de l'ordre du devoir. Et ces valeurs doivent se conjuguer. Le droit à la liberté d'expression doit être corrélé au devoir de fraternité, avec l'exigence de respect que cette valeur impose. Tout n'est pas possible au nom de la liberté d'expression : le respect impose des limites.

 

 

La fraternité est différente de l'amitié, car on choisit ses amis alors qu'on ne choisit pas ses frères. Elle est également plus exigeante que la seule solidarité. Car on peut manifester sa solidarité en donnant une piécette à un SDF, sans établir avec lui une relation fraternelle. La fraternité exige le respect de la différence de l'autre, tout en le considérant égal en droit.

 

Serdu humiliation Ce devoir de fraternité va de pair avec le refus de tout ce qui peut conduire à l'humiliation de l'autre. Et l'on sait, - en tout cas l'histoire l'a montré à maintes reprises -, que l'humiliation conduit à la violence. Prévenir la violence du terrorisme, c'est d'abord s'engager à éviter toute pratique humiliante. Combien de jeunes aujourd'hui se sentent humiliés par l'école, quand ils se voient relégués dans des établissements stigmatisés par l'environnement ! Les enseignants se plaignent aujourd'hui du « communautarisme » à l'école : mais n'est-ce pas la carte scolaire qui a conduit à ce communautarisme, quand les enfants d'un même quartier ghettoïsé sont appelés à être scolarisés dans le même établissement ? La culture du quartier envahit alors l'école, et les enseignants, qui n'ont bien souvent aucune connaissance des codes du quartier, se sentent alors dépassés. Combien il est temps de rétablir la mixité sociale à l'école ! On a enterré la mesure du « busing » - qui consistait à répartir les enfants d'un collège sensible dans les différents établissements scolaires de la ville - alors que les premiers résultats paraissaient prometteurs.

 

Et que dire de l'état de nos prisons, véritable honte pour notre République. Là encore, il faut le dire, les foyers de radicalisation islamique, dans notre pays, sont les prisons !

 

La lutte contre le terrorisme passe certes par le développement de nos services de renseignements, mais combien il est temps, pour notre République, de prendre soin de ses deux institutions qui fabriquent l'humiliation : ses écoles et ses prisons ! N'oublions pas en effet que les 3 terroristes abattus le 9 Janvier par les forces de l'ordre sont passés par nos écoles et nos prisons.

 

Jean-Marie PETITCLERC,
salésien de Don Bosco,
22 janvier 2015

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

D'abord, il y a le vert
Qui repose les yeux
Puis surgit le bon air
Qui fait tourner la tête
Et qui sent bon la terre.
Parfois, il y a le cerf.
Vers le mois de septembre,
Avec un peu de chance,
On peut entendre son brame
S’il ne fait pas pluvieux.
En mars et en novembre,
Un concert de trompettes
Semble tomber du ciel.
En pleine migration,
Mesdames les grues claironnent
Pour avertir le monde
Du changement de saison.
Souvent, il y a la pluie
Qui mouille et qui pénètre
Jusqu’au bout de nos os.
Mais au mois de juillet,
Réchauffés de soleil,
Nous cueillerons, merveille,
Un panier de myrtilles.
Il y a le silence
Souligné par la brise
Ou le chant des oiseaux.
Enfin il y a l’arkose,
Grès feldspathique
Aux couleurs brunes et roses
Qui donne à la bâtisse
Un air magnifique.
Avec tant de beauté
Où l’âme se repose
Les gens disent de Farnières :
«quel petit paradis ! »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

The power of words Prix du Public au FestiClip 2017.
Film réalisé par l'Institut Lemonnier de Caen
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Fleur
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Angele
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite