Timbuktu1 355x248Djihad, un mot qui revient en boucle dans les média. Un mot associé au départ de jeunes vers la Syrie. Ne nous voilons pas la face, des maisons du réseau salésien sont directement concernées par ce drame. Alors que faire pour lutter contre cette venimeuse attraction, contre des ailes de moulins à vent dont la fascination pour certains jeunes s'avèrera cruelle voire mortelle ?

 

 

L'état, l'éducation nationale brandissent le bouclier de la laïcité. On peut s'interroger sur la pertinence de la réponse. La publicité des islamistes, excellemment faite et jouant sur les référents culturels des jeunes, s'engouffre précisément dans cette absence de sens, de spirituel, que ressentent plus ou moins consciemment des adolescents. Les multiples gadgets qui leurs sont offerts ne font illusion qu'un temps. On a fait de la religion une chose désuète, critiquable sur le ton de la gaudriole et voilà qu'elle revient comme une gifle cinglante à la figure de la société, sous la forme haïssable d'un intégrisme outrancier et même barbare. Cela est d'autant moins supportable que c'est une part de notre jeunesse en manque d'un supplément d'âme, qui nous inflige ce camouflet en adhérant à un idéal qui n'est en fait qu'une manipulation idéologique.
On se prend à rêver d'un antidote. Hélas, il n'y a pas de solutions miracle, mais nous avons le devoir d'épingler ce qui peut aider. Nous le faisons ici à travers deux récentes actualités.

 

Une belle œuvre, sobre, non moralisante

Le film Timbuktu d'Abderrahmane Sissako vient d'obtenir 7 Césars. L'œuvre est remarquable à bien des points de vue. Dans une ambiance solaire elle a des accents de tragédie grecque. La mort survole comme un aigle noir des liens d'amour lumineux. Dans la ville de Timbuktu, sous la coupe des islamistes, la compassion, la culture n'ont plus droit de cité, l'obscurantisme y est désormais la règle. Le résultat est terrifiant même s'il est amorti par la beauté de l'image. Ce film montre combien les geôliers, les bourreaux y sont médiocres et étrangement ordinaires à l'instar des nazis, il n'y a pas si longtemps. Mais on y découvre heureusement de beaux moments de résistance non dénués d'humour. Une belle œuvre, sobre, non moralisante, à faire découvrir aux jeunes et à en discuter avec eux. Elle dévoile toute l'oppression de systèmes idéologiques poussés à leur paroxysme, avançant masqués sous le couvert de la religion, niant la culture des peuples. Tout ce qui peut ouvrir les cœurs, est à développer contre ce cancer qui ronge l'esprit. À ce sujet, on écoutera avec intérêt la chronique de Nicole Ferroni sur France Inter. Un excellent plaidoyer pour faire de la culture un contre-feu à cette folie.

 

N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à des témoignages

Récemment, une de nos grandes chaînes de télévision a réalisé un reportage sur Mme Latifa ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Mohamed Merah. Cette femme meurtrie qui aurait pu s'enfermer dans sa douleur, bien au contraire a créée une association pour éviter aux jeunes de nos cités de tomber dans le piège de cette violence pseudo religieuse. Elle va dans les collèges pour parler aux jeunes. La vérité de sa parole et son statut de maman pleinement assumé, obtient un silence et une attention, bien au-delà de la fameuse minute de silence imposée. Elle ose, elle de qui on attendrait du ressentiment, une parole d'amour à des jeunes qui trop souvent sont en attente d'affection et de considération. N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à de tels témoignages. En effet, à l'entendre dialoguer avec les jeunes on ne peut que songer à la parole de Don Bosco : « Que les jeunes soient aimés et se sachent aimés. » La médecine n'est pour nous pas nouvelle, mais, surtout, n'oublions pas de l'appliquer. Il y a urgence.

 

Jacques Rey,sdb
Directeur de la communication.
12 mars 2015

 

Timbuktu2 355x248Timbuktu vient de dépasser le million d'entréesTimbuktu3 355x248Il passe actuellement dans plus de 300 salles

Pour aller plus loin

 

La bande annonce du film Timbuktu


Mot du jour

En cette période de vacances, DBA vous propose un mot du jour en image...

mot du jour 25 07 17

(cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Thème : Visite du provincial au Vietnam (voir la page Facebook de la famille salésienne

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Clara et de Medline
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Hugo
Voir l'article

Avis de recherche  - Award du meilleur film
étranger au FestiClip 2017 (Portugal)
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite