Timbuktu1 355x248Djihad, un mot qui revient en boucle dans les média. Un mot associé au départ de jeunes vers la Syrie. Ne nous voilons pas la face, des maisons du réseau salésien sont directement concernées par ce drame. Alors que faire pour lutter contre cette venimeuse attraction, contre des ailes de moulins à vent dont la fascination pour certains jeunes s'avèrera cruelle voire mortelle ?

 

 

L'état, l'éducation nationale brandissent le bouclier de la laïcité. On peut s'interroger sur la pertinence de la réponse. La publicité des islamistes, excellemment faite et jouant sur les référents culturels des jeunes, s'engouffre précisément dans cette absence de sens, de spirituel, que ressentent plus ou moins consciemment des adolescents. Les multiples gadgets qui leurs sont offerts ne font illusion qu'un temps. On a fait de la religion une chose désuète, critiquable sur le ton de la gaudriole et voilà qu'elle revient comme une gifle cinglante à la figure de la société, sous la forme haïssable d'un intégrisme outrancier et même barbare. Cela est d'autant moins supportable que c'est une part de notre jeunesse en manque d'un supplément d'âme, qui nous inflige ce camouflet en adhérant à un idéal qui n'est en fait qu'une manipulation idéologique.
On se prend à rêver d'un antidote. Hélas, il n'y a pas de solutions miracle, mais nous avons le devoir d'épingler ce qui peut aider. Nous le faisons ici à travers deux récentes actualités.

 

Une belle œuvre, sobre, non moralisante

Le film Timbuktu d'Abderrahmane Sissako vient d'obtenir 7 Césars. L'œuvre est remarquable à bien des points de vue. Dans une ambiance solaire elle a des accents de tragédie grecque. La mort survole comme un aigle noir des liens d'amour lumineux. Dans la ville de Timbuktu, sous la coupe des islamistes, la compassion, la culture n'ont plus droit de cité, l'obscurantisme y est désormais la règle. Le résultat est terrifiant même s'il est amorti par la beauté de l'image. Ce film montre combien les geôliers, les bourreaux y sont médiocres et étrangement ordinaires à l'instar des nazis, il n'y a pas si longtemps. Mais on y découvre heureusement de beaux moments de résistance non dénués d'humour. Une belle œuvre, sobre, non moralisante, à faire découvrir aux jeunes et à en discuter avec eux. Elle dévoile toute l'oppression de systèmes idéologiques poussés à leur paroxysme, avançant masqués sous le couvert de la religion, niant la culture des peuples. Tout ce qui peut ouvrir les cœurs, est à développer contre ce cancer qui ronge l'esprit. À ce sujet, on écoutera avec intérêt la chronique de Nicole Ferroni sur France Inter. Un excellent plaidoyer pour faire de la culture un contre-feu à cette folie.

 

N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à des témoignages

Récemment, une de nos grandes chaînes de télévision a réalisé un reportage sur Mme Latifa ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Mohamed Merah. Cette femme meurtrie qui aurait pu s'enfermer dans sa douleur, bien au contraire a créée une association pour éviter aux jeunes de nos cités de tomber dans le piège de cette violence pseudo religieuse. Elle va dans les collèges pour parler aux jeunes. La vérité de sa parole et son statut de maman pleinement assumé, obtient un silence et une attention, bien au-delà de la fameuse minute de silence imposée. Elle ose, elle de qui on attendrait du ressentiment, une parole d'amour à des jeunes qui trop souvent sont en attente d'affection et de considération. N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à de tels témoignages. En effet, à l'entendre dialoguer avec les jeunes on ne peut que songer à la parole de Don Bosco : « Que les jeunes soient aimés et se sachent aimés. » La médecine n'est pour nous pas nouvelle, mais, surtout, n'oublions pas de l'appliquer. Il y a urgence.

 

Jacques Rey,sdb
Directeur de la communication.
12 mars 2015

 

Timbuktu2 355x248Timbuktu vient de dépasser le million d'entréesTimbuktu3 355x248Il passe actuellement dans plus de 300 salles

Pour aller plus loin

 

La bande annonce du film Timbuktu


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Une semaine à Lourdes au service des personnes malades

      Don Bosco Marseille Lourdes 2019 07 C’est cette expérience qu’ont vécu 7 jeunes du lycée Don Bosco Marseille du 27 avril au 3 mai. Ils sont partis dans le cadre du pèlerinage Montfortain, accompagnés par Raphaël Janiec, Adjoint en Pastorale Scolaire. celui-ci a recueilli leur témoignage.

      Lire la suite

    • FestiClip 2019 : l’excellence !

      Don Bosco Festiclip 2019 01 Fondé il y a 15 ans le FestiCLip vient de boucler sa quatorzième édition. Elle est sous le signe de l’excellence. D’année en année, nous constatons une progression dans la qualité des productions. Qualité de la technique, déjà constatée, mais aussi qualité des scénarios et du jeu des acteurs.

      Lire la suite

    • Un week-end de Pentecôte complètement foot !

      Don Bosco Festifoot 2019 11 Après une délocalisation dans l’Ouest de la France l’année passée, le Festifoot retrouvait les terrains et le château de Ressins pour sa 6ème édition. Huit équipes, venues des maisons d’action sociale et des établissements scolaires du réseau Don Bosco de toute la France, se sont rassemblées autour des valeurs du football sur les terrains et pendant les différents ateliers du challenge. Un vent de fraternité a soufflé durant ce week-end de Pentecôte dans ce groupe de 80 participants d’Argenteuil, de Caen, de Giel, de Gradignan, de Lyon et de Nice.

      Lire la suite

    • Tous en vélo pour Mokamo !

      Don Bosco Velo Mokamo 2019 03 C’est le défi que se sont lancés des jeunes et adultes des maisons Don Bosco des établissements scolaires en Belgique Wallone. En trois jours, ils auront parcouru plus de 300 km et récupéré plus de 6000 euros pour le projet Mokamo. Benoit Gochel, directeur adjoint de Don Bosco Liège et chevillle ouvrière du projet pour cette 2ème édition, témoigne de cette belle aventure.

      Lire la suite

    • Don Bosco à Kenitra !

      Don Bosco Kenitra 2019 08 Un mois après la visite du Pape François, le 1 Mai 2019, le Recteur Majeur Père Ángel Fernández Artime, 10è successeur de Don Bosco, a inauguré sa visite de l’Œuvre salésienne de Don Bosco à Kénitra, au Maroc. Une première visite officielle d’un Recteur Majeur au Maroc dans l’histoire de la Congrégation !

      Lire la suite

    • Une journée avec le Père Jean-Marie Petitclerc

      JM Petitclerc Chambery 2019 00 Le lycée Costa de Beauregard a accueilli le 16 mai dernier Jean-Marie Petitclerc. Prêtre salésien, polytechnicien, éducateur spécialisé, expert des questions d'éducation dans les zones sensibles, et écrivain, il a passé la journée avec les jeunes de l’établissement et proposé une conférence sur l’éducation dans la soirée.

      Lire la suite