Timbuktu1 355x248Djihad, un mot qui revient en boucle dans les média. Un mot associé au départ de jeunes vers la Syrie. Ne nous voilons pas la face, des maisons du réseau salésien sont directement concernées par ce drame. Alors que faire pour lutter contre cette venimeuse attraction, contre des ailes de moulins à vent dont la fascination pour certains jeunes s'avèrera cruelle voire mortelle ?

 

 

L'état, l'éducation nationale brandissent le bouclier de la laïcité. On peut s'interroger sur la pertinence de la réponse. La publicité des islamistes, excellemment faite et jouant sur les référents culturels des jeunes, s'engouffre précisément dans cette absence de sens, de spirituel, que ressentent plus ou moins consciemment des adolescents. Les multiples gadgets qui leurs sont offerts ne font illusion qu'un temps. On a fait de la religion une chose désuète, critiquable sur le ton de la gaudriole et voilà qu'elle revient comme une gifle cinglante à la figure de la société, sous la forme haïssable d'un intégrisme outrancier et même barbare. Cela est d'autant moins supportable que c'est une part de notre jeunesse en manque d'un supplément d'âme, qui nous inflige ce camouflet en adhérant à un idéal qui n'est en fait qu'une manipulation idéologique.
On se prend à rêver d'un antidote. Hélas, il n'y a pas de solutions miracle, mais nous avons le devoir d'épingler ce qui peut aider. Nous le faisons ici à travers deux récentes actualités.

 

Une belle œuvre, sobre, non moralisante

Le film Timbuktu d'Abderrahmane Sissako vient d'obtenir 7 Césars. L'œuvre est remarquable à bien des points de vue. Dans une ambiance solaire elle a des accents de tragédie grecque. La mort survole comme un aigle noir des liens d'amour lumineux. Dans la ville de Timbuktu, sous la coupe des islamistes, la compassion, la culture n'ont plus droit de cité, l'obscurantisme y est désormais la règle. Le résultat est terrifiant même s'il est amorti par la beauté de l'image. Ce film montre combien les geôliers, les bourreaux y sont médiocres et étrangement ordinaires à l'instar des nazis, il n'y a pas si longtemps. Mais on y découvre heureusement de beaux moments de résistance non dénués d'humour. Une belle œuvre, sobre, non moralisante, à faire découvrir aux jeunes et à en discuter avec eux. Elle dévoile toute l'oppression de systèmes idéologiques poussés à leur paroxysme, avançant masqués sous le couvert de la religion, niant la culture des peuples. Tout ce qui peut ouvrir les cœurs, est à développer contre ce cancer qui ronge l'esprit. À ce sujet, on écoutera avec intérêt la chronique de Nicole Ferroni sur France Inter. Un excellent plaidoyer pour faire de la culture un contre-feu à cette folie.

 

N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à des témoignages

Récemment, une de nos grandes chaînes de télévision a réalisé un reportage sur Mme Latifa ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Mohamed Merah. Cette femme meurtrie qui aurait pu s'enfermer dans sa douleur, bien au contraire a créée une association pour éviter aux jeunes de nos cités de tomber dans le piège de cette violence pseudo religieuse. Elle va dans les collèges pour parler aux jeunes. La vérité de sa parole et son statut de maman pleinement assumé, obtient un silence et une attention, bien au-delà de la fameuse minute de silence imposée. Elle ose, elle de qui on attendrait du ressentiment, une parole d'amour à des jeunes qui trop souvent sont en attente d'affection et de considération. N'hésitons pas à promouvoir et à avoir recours à de tels témoignages. En effet, à l'entendre dialoguer avec les jeunes on ne peut que songer à la parole de Don Bosco : « Que les jeunes soient aimés et se sachent aimés. » La médecine n'est pour nous pas nouvelle, mais, surtout, n'oublions pas de l'appliquer. Il y a urgence.

 

Jacques Rey,sdb
Directeur de la communication.
12 mars 2015

 

Timbuktu2 355x248Timbuktu vient de dépasser le million d'entréesTimbuktu3 355x248Il passe actuellement dans plus de 300 salles

Pour aller plus loin

 

La bande annonce du film Timbuktu


Mot du jour

La beauté est cette promesse posée là depuis toujours, au plus profond de notre être. « Tard, je t’ai aimée, beauté si ancienne. Tu étais au-dedans de moi-même et moi je te cherchais au-dehors. » St Augustin.

La beauté nous étonne, nous traverse, parce qu’elle révèle notre qualité d’être en perpétuel devenir. Beauté de la nature, selon les saisons. Beauté humaine des visages, du petit enfant jusqu’au vieillard radieux !

« La mission d’éduquer : quelle beauté ! » Ste Marie-Carmen Sallès. Beauté de voir le jeune grandir et s’épanouir dans la vie !

Beauté spirituelle, la vraie beauté ne se fige pas. Elle a des espaces nouveaux, harmonieux, par-delà les côtés difficiles de nos existences. « Si une action pouvait avoir cent visages. Il la faut regarder en celui qui est le plus beau. » St François de Sales.

Restons sur ce regard positif, salésien, de voir toujours le meilleur en chacun de nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Actualités

    • Le transfert du collège Don Bosco de Châtillon-sur-marne à Saint-Dizier

      College Don Bosco vue aerienne A la rentrée prochaine (septembre 2018), le collège Don Bosco et son internat, aujourd’hui situés dans les locaux du Prieuré de Binson, à Châtillon-sur-Marne, vont être transférés dans les locaux de l’ESTIC (Etablissement secondaire et technique de l’Immaculée Conception) à Saint-Dizier. Cet établissement, qui relève lui aussi de la tutelle salésienne, comporte un collège ainsi qu’un lycée général, technologique et professionnel avec un internat.

      Lire la suite

    • « Un jeune à la foi » : 24 jeunes écrivent sur leur foi. Un livre pour tous !

      Un jeune a la foi C’est à partir de la description d’un objet que 24 jeunes du MSJ (Mouvement Salésien des Jeunes) ont souhaitaient exprimer leur foi… Une foi vivante et présente dans le quotidien de chacun… Le credo se vit au détour d’une rose, d’une chemise scoute, d’un abonnement de train, d’un peignoir, d’un diamant ou encore d’une paire de skis. Une invitation à regarder ce qui nous entoure… autrement !Logo video80

      Lire la suite

    • « La refonte du site des Editions Don Bosco est une belle expérience. »

      site EDB Comme l’a voulu Don Bosco, la communication des livres et des ouvrages est un levier essentiel de développement des jeunes. Le site des Éditions Don Bosco, editions-donbosco.fr, permet ainsi de se procurer tous les livres de la bibliothèque par correspondance, de manière simple. La refonte de ce site est une belle aventure menée par plusieurs bénévoles, dont Françoise Quéval, une ancienne élève de l’école la Providence et David Viagulasamy, responsable de projet internet et digitaux.

      Lire la suite

    • 140 ans : « Le système préventif c’est le style de la personne même de Don Bosco »

      140 ans systeme preventif nice 2 07 Don Bosco a-t-il vraiment mis au point une méthode d’éducation ? Le 12 mars 1877 à Nice, Don Bosco intitula son projet : « Traité du système préventif dans l’éducation de la jeunesse ». Jamais auparavant Don Bosco n’avait parlé de prévention. Ces quelques pages sont les seuls où Don Bosco a esquissé une théorie de sa méthode en éducation.Logo video80

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Éduquer à l’esprit critique

      Couverture DBA 993 Assez de préjugés et d’idées toutes faites ! Attention aux gourous, aux vérités « absolues » qui s’habillent d’idéalisme. Mais qui croire dans le foisonnement de propositions et de « vérités » partielles ? Voici le nouveau numéro Don Bosco Aujourd’hui. Son thème ? Eduquer à l’esprit critique.

      Lire la suite

    • VIDÈS : Temps de ressourcement pour les jeunes

      VIDES Temps source 2018 Week–end de ressourcement à Nice et à Saint-Cyr en 2018. Le VIDÈS organise, lors du week-end de l’Ascension, un voyage autour de Nice. Il est ouvert à tous les jeunes qui veulent découvrir la région, les lieux qui ont reçu l’héritage de Don Bosco et de Marie-Dominique Mazzarello. Voici le programme !

      Lire la suite