dba defi citoyen delegation colombienne 001 Arrivée le 16 août dernier à Paris, la délégation colombienne, composée de Jefferson, Juan et Diana de la République des Enfants, est restée 36 jours sur notre continent et elle aura parcouru plus de 6.000 km ! Une expérience forte pour chacun faite de rencontres et de partages. Et au bout de cette distance, quel trésor nous laissent-ils ? Ecoutons Simon-Pierre Escudero, chargé de mission pour ce défi citoyenneté 2025, qui retrace cette aventure colombienne.

 

Le tour de France et de Belgique

Après leur passage remarqué au Campobosco, la délégation colombienne a rencontré les jeunes et les adultes de deux maisons d'action sociale, six lycées, six collèges et une école primaire partenaire, ainsi que les animateurs de groupes de jeunes du réseau MSJ en Belgique. Le 14 à Lyon, le 18 à Bruxelles et le 19 Septembre à Farnières, ils ont lancé le Défi Citoyenneté 2025 en leur présence. Au-delà de ces lancements, petit retour sur le passage de la délégation colombienne dans les maisons Don Bosco.

 

 

Le tour de 6000 km de la délégation colombienne...

 

Un trésor à partager sans modération

Un trésor laissé par les colombiers en 4 étapes...

Dans chacune de leurs interventions, Jefferson, Diana et Juan n'ont cessé d'expliquer le bien-fondé du dispositif mis en place pour les jeunes qui souhaitent entrer à la République des Enfants. Cela ne se fera pas du jour au lendemain mais s'inscrira dans la durée et le jeune passera par 4 étapes.

 

 

 

Des espaces pour prendre des responsabilités

 

Dans une autre interview, Simon-Pierre explique, à partir du contexte dans lequel les jeunes de la République des Enfants prennent des responsabilités, comment cela peut faire écho en France et en Belgique :

 

« La République des Enfants distingue trois moments au quotidien : la vie commune, les ateliers, les salles de classe. Que pouvons-nous mettre en place dans ces différents espaces pour emmener les jeunes à la responsabilité ?
Il y a déjà deux domaines où les jeunes peuvent s'engager, celui des ateliers et celui de la vie commune. Comment peut-on penser ou repenser les temps libres, les temps de repas, le maintien de la propreté des lieux, les besoins que nous avons ? Des jeunes ont des talents. Quels outils et espaces nous leur laissons pour les valoriser et pour qu'ils puissent transmettre leur savoir-faire (sport, arts, jeunes sapeurs-pompiers, ...) ?

 

Dans quelques jours, les élections des délégués de classe auront lieu. Quelle est la mission de ces délégués ? Comment les formons-nous à ce service ? Comment les valoriser ? Comment pensons-nous, et surtout comment peuvent-ils penser (les délégués) les heures de vie scolaire ?
Nos manières d'enseigner peuvent aussi être renouvelées. Comment faire en sorte que les cours que je dispense soient dynamiques ? Comment impliquer les jeunes dans le cours enseigné ? Il ne s'agit pas de modifier les objectifs du cours, mais de remettre en question le chemin, la méthodologie pour parvenir à ces objectifs, afin de former non seulement de bons élèves, mais aussi et surtout de bons êtres humains. »

 

Dernier message avant le départ...

Le défi est maintenant entre les mains des jeunes et des adultes de la famille salésienne de Don Bosco et de son réseau, encouragés par une dernière parole des amis de la Colombie :

 

 

 

Vincent Grodziski, sdb
Rédacteur en Chef,
08 octobre 2015.

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite