xavier de verchere Xavier de Verchère, salésien de Don Bosco, a réalisé un master sur le projet. Selon lui, la clé de la réussite d’un projet, c’est savoir évaluer les risques. Il développe une méthodologie du projet réaliste et résolument optimiste.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Que diriez-vous à un jeune qui veut créer un projet dans un établissement, par exemple un débat, un point écoute ?

Xavier de Verchère : Si un jeune veut créer un point écoute, organiser une fête ou un débat dans un établissement, il doit d'abord montrer que ce projet va apporter quelque chose. C'est l'analyse de la valeur qui va montrer qu'il y a quelque chose qui manque et que le projet va apporter un bénéfice à la fin.

La différence entre un rêve et un projet, c'est qu'un rêve n'apporte pas nécessairement quelque chose. Le projet apporte au contraire une valeur ajoutée, un bénéfice pour tous.

Les clés de la réussite d'un projet

Du temps : le projet a un début et une fin, fixés au départ. Une fois que tout est en place, le projet est fini. Attention : ne pas oublier de fêter la réussite du projet une fois réalisé. Champagne !

Prévoir tous les moyens : pour réussir un projet il faut préciser tous les moyens nécessaires : une salle, des personnes, de l’argent par exemple. Tout cela doit être listé au départ.

Définir la valeur ajoutée : il faut bien définir le bénéfice pour toutes les personnes concernées. Le projet doit apporter quelque chose de nouveau. Quelque chose d'unique.

Toujours communiquer : ne pas oublier de bien communiquer tous les jours avec un vocabulaire précis.

Une équipe avec des profils différents : à chacun sa tâche... avec un leader qui a une vue d'ensemble.

Savoir évaluer tous les risques : on doit prendre le temps d’imaginer tous les risques possibles. Et les solutions pour chacun d’eux !

D.B.A. : Quelles sont les conditions pour qu’un projet réussisse ?

X. d. V. : D'abord le projet doit être réalisé dans une durée limitée. Il a une date de début et une date de fin. Ensuite, il y a des moyens financiers, enfin, il y a un niveau de qualité attendu. C’est un triangle - le coût, le délai, la qualité - à l'intérieur duquel le projet doit se situer. Si je dépasse le délai, les moyens ou les coûts, si je me situe en dessous de la qualité attendue, mon projet est un échec. Pour réussir un projet, il faut réunir toutes ces conditions.

Il faut également une équipe et un chef de projet, dirigeant, comme un pilote, les activités pour atteindre l’objectif prévu.

D.B.A. : Comment juger de la qualité d'un projet et de sa valeur ajoutée ?

X. d. V. : Il faut que les bénéficiaires soient satisfaits. Si je fais un débat et que cela ennuie les jeunes ou s’il n'intéresse personne, les attentes vont être déçues. Le projet n'a pas atteint le degré de qualité escompté. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout abandonner et tout refaire. Cela veut dire qu'il faut changer, modifier ou transformer quelque chose qui n'était pas prévu.

Mais il y a d'autres éléments. Pour que le projet réussisse, il faut aussi que l'équipe soit contente et que les acteurs du projet se soient accomplis. Il arrive parfois que le projet soit trop stressant, trop complexe, trop lourd... Selon moi si l'équipe est « rétamée », ce n'est pas une réussite. Même si les bénéficiaires sont satisfaits.

D.B.A. : Comment gérer tous ces paramètres ?

X. d. V. : Dans toutes les formes de projets il y a un apprentissage. Au fur et à mesure l'équipe gagne en expertise et en confiance. Même en cas d'échec, il faut tirer les leçons. Mais il ne faut pas abandonner trop tôt. Ce n'est pas parce que le projet échoue ou patine que je ne peux pas le redresser. Bien souvent la solution n'est pas compliquée. Il suffit de rappeler les grands principes : durée limitée, communication, moyens, groupe soudé.

D.B.A. : Quelle sont les qualités d’une équipe projet ?

X. d. V. : L'équipe idéale est composée de personnes avec des qualités différentes : une personne avec un regard attaché aux détails, une personne qui a un regard global, une personne qui est plus communicante, une personne plus réaliste... Mais surtout il faut faire équipe. Il faut que chacun connaisse sa partition et ne fasse pas le travail d'un autre.

Don Bosco et le projet

Don Bosco avait cette mentalité. Se projeter pour apporter quelque chose de nouveau. Il avait sans cesse de nouveaux projets en chantier. 

D.B.A. : Quel est le profil du « leader idéal » ?

X. d. V. : Le bon leader est celui qui est capable de détecter tous les grains de sable qui peuvent bloquer la mécanique. Par exemple dans une équipe, il repère une personne qui ne fait pas ce à quoi il s'est engagé ou une personne qui dit qu'il l'a fait alors qu’il ne l'a pas fait. Il faut que le chef d'équipe, comme un chef d'orchestre, connaisse par cœur la partition de chacun. Il faut beaucoup de rigueur. Il est capable d'anticiper les problématiques et d’évaluer les risques.

D.B.A. : Que veut dire « évaluer les risques » ?

X. d. V. : Un projet n'est jamais un long fleuve tranquille. Il y a toujours des problèmes. Il faut être capable d'anticiper tous les risques et d'imaginer les solutions. Il y a des acteurs, comme les chefs d'établissements, qui peuvent soutenir le projet. Il y a des parties prenantes positives, mais aussi des parties prenantes négatives – qui peuvent consciemment ou inconsciemment bloquer le projet.

Des études ont montré que 80% des projets sont des échecs. Le projet, c'est une succession de projets les uns derrière les autres. Réussir un projet c'est très compliqué parce qu'il y a plein de choses qu'on n'avait pas prévues qui interviennent.

D.B.A. : 80% des projets sont des échecs. Ce n'est pas encourageant !

X. d. V. : C'est pourquoi il convient d’analyser les risques. Il faut anticiper les problèmes et imaginer des solutions à des problèmes qui ne sont pas encore arrivés. C’est là, la difficulté.

Imaginons le pire du pire, une loi par exemple, ou une réglementation, qui torpille un projet. Comment faire pour rebondir ? Le risque le plus grand c'est que l'équipe soit fragilisée. Le pire qui puisse arriver est que l'équipe se disloque. La réussite du projet est quelque chose qui s'apparente à la foi. Il convient d’avancer patiemment.

 

Propos recueillis par Hélène BOISSIERE-MABILLE


Mot du jour

J’aime la musique, c’est un peu comme une passion, grâce à elle je vis et proclame ma foi fois deux. 

Il y a une citation de St Augustin que j’aime beaucoup qui dit : « Chanter c’est prier deux fois. » Quand je prie en faisant de la musique, je me sens vibrer et j’arrive mieux à transmettre ce qui m’habite, à m’exprimer quand je n’arrive pas à le faire avec des mots. Pour vivre ma foi, la partager, faire vibrer d’autres, j’anime souvent la messe dans ma paroisse où lors des week-ends MSJ, au Campobosco…, j’organise avec de fabuleux musiciens/chanteurs des soirées louange depuis plus d’un an et c’est magnifique de pouvoir connaître tous ces moments.

Écouter : je te donne mon coeur

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite