pokemon estic equipe Une photo, représentant toute l’équipe de direction de l’Estic jouant au Pokemon Go, fait le buzz sur la nouvelle page Facebook de l’Institut ! En commentaire : « Les Responsables d’unité, à la veille de la rentrée, ont été surpris en train de jouer ». Un tel jeu dans un établissement scolaire, est-ce bien raisonnable ? Oui. Catherine Philippe, chef d’établissement, qui a découvert deux Pokestok dans son établissement, explique sa position.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Deux Pokestop dans votre établissement. Comment avez-vous réagi ?

Pokemon stop ESTIC Catherine Philippe : Je trouve que ce jeu est intéressant. C’est à la fois un jeu de piste ; il faut chercher des Pokemon, et c’est un jeu qui s’appuie sur des ressorts psychologiques intemporels : collecter le plus possible de choses. Cela me rappelle de ce que j’étais capable de faire, lorsque j’étais enfant, pour obtenir le plus de porte-clés possible. Le jeu s’appuie sur des ressorts psychologiques similaires. Ensuite, lorsque l’on a atteint un certain niveau, il faut faire preuve de stratégie pour attraper des Pokemons. Il ne faut pas attaquer tout de suite ! Il faut savoir attendre que le Pokemon arrive à un certain degré de maturité et donc gérer sa frustration. Il faut marcher dix kilomètres parfois pour faire éclore certains œufs. L’image du joueur comme dresseur est également intéressante ; derrière cette image, il y a l’idée de soin à apporter. Le dresseur joueur doit s’occuper du Pokemon pour qu’il soit plus beau, plus efficace.

DBA : Comment vous est venue l’idée de présenter ce jeu lors de la journée de rentrée ?

C.P. : Les professeurs ont tendance à rejeter en bloc le jeu. Or, plutôt que de dire : « On ne veut pas voir cela, ici » ou « ce jeu va nous poser des tas de problème », je voudrais que les professeurs jouent et comprennent ce qui peut intéresser les jeunes.

Le thème d’année à l’Estic est : « Heureux qui donne à chacun la chance de réussir ». La journée de prérentrée m’a permis de faire le lien entre ce thème, que nous avons choisi à l’occasion de l’accueil dans notre établissement d’un élève autiste, et le jeu Pokemon. Il faut comprendre avant de juger.

Lors de la journée de prérentrée, j’ai projeté un power point. Sur une diapositive, il y avait : « il est interdit de jouer à l’intérieur de l’établissement. » Et j’ai lancé la discussion ! Bien sûr, je voulais faire réagir les enseignants. Alors, interdire ou pas ? Je pense que fondamentalement cela ne sert à rien d’interdire. L’interdiction n’est pas éducative. J’ai dit aux profs : « jouez, regardez ! »

Kevin : « Pokemon Go m'a fait redécouvrir la marche » 

J'ai fais plus de 250 kilomètres depuis la sortie du jeu. Il faut dire que pour faire éclore les œufs il faut s'armer de patience et marcher. Grâce à lui, j'ai aussi pu rencontrer des personnes avec qui je n’aurais pas imaginé parler avant. J'ai fais de belles rencontres spontanées et découvert des personnes de tout horizon qui marchaient pour les mêmes raisons que moi : chasser des Pokemon.

Malgré que Pokemon Go soit un jeu virtuel, c'est vraiment une ouverture vers le monde extérieur nous poussant à découvrir ce qu'il nous entoure (Pokestop) et à nous ouvrir vers les autres.

Kevin Morand, 25 ans

D.B.A. : Ne pensez vous pas que avoir deux pokestop qui se trouvent dans votre établissement puisse générer des troubles ?

C.P. : Les Pokestop sont souvent présents sur des points artistiques et culturels. J’ai été flattée de découvrir que l’on a deux Pokestop dans les bâtiments de l’Estic. Ils sont maintenant la cible du regard des élèves soucieux d’attraper des bonbons et des poussières d’étoiles. J’ai d’ailleurs découvert qu’un certain nombre de personnes n’avaient pas remarqué la statue de l’Immaculée Conception dans le creux du mur ; c’est l’occasion de redécouvrir notre établissement et de rappeler l’origine des initiales de l’école.

Dans ce jeu, il y a une option de retrait si nous ne souhaitons pas que figurent des pokemon dans certains lieux, mais je ne vois pas l’utilité d’un tel retrait. Je préfère sensibiliser les professeurs pour qu’ils parlent avec les élèves et les aident à réfléchir

DBA : Vous-même, avez-vous joué avec les élèves ?

C.P. : Oui, le premier jour de la rentrée des internes ! Nous nous sommes retrouvés dans la cour, les jeunes et moi, et nous avons joué ensemble. L’intérêt du jeu, c’est qu’il oblige à sortir dehors ! Il s’agit d’être avec eux dans une posture d’intérêt. Ils sont très sensibles au fait de nous apprendre les stratégies qui permettent d’avancer dans le jeu.

DBA : Pokemon Go ne pose alors aucun problème ?

C.P. : Si. Il y a des risques. Le danger, c’est bien sur le gain : à cause d’un manque de munition le joueur est tenté d’acheter de nouvelles ressources au lieu d’attendre ; ou acheter une montre connectée qui produit une augmentation des forfaits. La société Niantic qui a créé le jeu, cherche à faire de l’argent en générant ces frustrations. L’autre danger c’est d’être pisté, poursuivi, repéré. Et enfin, on a le danger de voir des élèves jouer à Pokemon Go dans des lieux qui ne sont pas faits pour cela.

DBA : C’est la démarche du « aller vers » de Don Bosco...

C.P. : Oui, l’approche est foncièrement salésienne. J’ai le sentiment que derrière la diabolisation du jeu, il y a la recherche d’une distance avec les jeunes. Or quand on interdit, on n’éduque pas. Il faut favoriser une approche bienveillante sur ce que vivent les jeunes, les aider à réfléchir, dialoguer avec eux sur les ressorts psychologiques du jeu, le rôle de la frustration, de la compétition « je veux être à la hauteur des autres », le phénomène d’addiction, la récupération des images par des grandes marques, etc.

L’intérêt de ce jeu est de faire réfléchir la communauté éducative à la question de la réalité augmentée, la question du virtuel. Cela ne sert à rien de rejeter ou de nier, parce qu’on y est déjà. Pour permettre aux jeunes d’être heureux dans le monde d’aujourd’hui, on doit relever ce défi de comprendre le monde dans lequel nous évoluons.

 

Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille


Mot du jour

En ces jours de rentrée, je rêve que les jeunes soient différents de l’année passée : « ah s’ils pouvaient courir pour rejoindre les cours,... pour rejoindre mon cours !!! » … Et je ne me lasse pas de leur exprimer : « arrêter de traîner les pieds ! » … J’oublie que le jeune rêve aussi que je sois différent de l’année passée : « ah si les adultes pouvaient prendre le temps de traverser la cour ». Très attaché à l’importance pour l’adulte de s’approcher des jeunes, de participer à leurs conversations, de s’intéresser à leurs passions, d’écouter leurs interrogations, Don Bosco lui-même a pleuré amèrement en constatant que ses éducateurs avaient tout simplement zappé cette posture éducative essentielle. Oser un bonjour. Tendre une main. Lâcher un sourire. Accueillir une question. Proposer un dialogue. Prendre le temps de traverser la cour de récré, ce lieu qui n’a pour seule frontière que le Ciel … et le cœur du jeune… Tout à l’heure, quand mon collègue m’invitera à me réfugier derrière un café dans la salle des profs, je lui répondrai simplement : « j’peux pas, j’ai cour ! ».

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite

    • Don Bosco et l’abbé Rosmini

      Antonio Rosmini et Don Bosco Don Bosco a vécu entouré de saints et d’hommes de grande qualité. Parmi eux l’abbé Rosmini, brillant intellectuel de son siècle, et curieusement peu connu hors d’Italie. Don Bosco et lui se rejoignaient dans le but assigné à l’éducation : le salut des âmes, par la morale et la religion catholique.

      Lire la suite