mediation scolaire et sanction La mise en place d’un dispositif de médiation dans une institution éducative constitue un excellent moyen d’apaisement des tensions et de régulation des conflits. Mais la médiation est-elle une réponse à tout ? Regard de Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco.

 

La médiation permet d’apporter un regard neuf et apaisé sur la situation, par l’expression calme et franche des différents points de vue et la prise en compte des intérêts différents des uns et des autres. Elle débouche sur un apaisement des tensions et la restauration d’un climat plus serein.

A quoi sert un médiateur ?

Souvent un conflit se déroule en deux phases. Il y a d’abord conflit d’objet, qui détermine le motif du conflit. Mais, très vite, ce conflit d’objet vire au conflit de personnes. Celles-ci s’invectivent et modifient le sens du conflit.

C’est ce que j’observe la plupart du temps sur une cour de récréation, au sein des collèges. Un jeune a reçu malencontreusement un ballon (conflit d’objet), mais très vite les insultes fusent et les jeunes en viennent aux mains, non à cause de l’objet du conflit, mais à cause de la portée des insultes. L’intervention du médiateur, qui favorise l’expression du ressenti de chacun, tout en respectant le point de vue de l’un et l’autre, permet de revenir au conflit d’objet.

« La médiation n’est pas un dispositif alternatif à la sanction. »

La sanction en plus

La médiation permet la régulation du conflit de personnes, mais ne dispense pas de mettre en place une sanction appelée à réguler le conflit d’objet. La sanction fonctionne comme outil de responsabilisation de l’auteur. Quand il y a uniquement transgression de la règle, la médiation n’a pas lieu d’être, et seule la pratique juste de la sanction constitue la réponse adéquate.

La pratique de la médiation et celle de la sanction doivent se compléter au sein de l’institution éducative. Contrairement à ce qui peut être dit ici ou là, la médiation n’est pas un dispositif alternatif à la sanction. Au contraire, il est important de savoir conjuguer médiation et sanction dans une perspective éducative.

Jean-Marie Petitclerc,
Salésien de Don Bosco.

 

 De la sanction selon l’esprit de Don Bosco :

 

Système répressif Système préventif
  • Sanctionne des transgressions
  • Sanction pour dresser les comportements du jeune
  • Sanction nie la raison du jeune
  • Relation basée sur la méfiance
  • Sanction inscrite dans une relation de distance
  • Sanctionne des progressions
  • Sanction dans laquelle on s’adresse à un sujet
  • Sanction qui s’appuie sur la raison du jeune
  • Relation basée sur la confiance
  • Sanction inscrite dans une relation de proximité
 

Le regard est important et parfois ne suffit pas. Dans sa pratique éducative, Don Bosco veillait à faire la différence entre l'acte commis et la personne, entre les mots « sanction » et « punition». Son système préventif veillait à remettre le jeune debout.

Le regard de Don Bosco 

Don Bosco avait une mauvaise vue. A la fin de sa vie, il avait perdu complètement l’œil droit, et le gauche était si faible et fatigué qu’il resta des mois sans pouvoir lire. Et pourtant, de nombreux témoins parlent de son regard pénétrant. Un regard vif et lumineux qui captait le regard d’un jeune sur la cour. Un regard plein de douceur, qui allait droit au cœur et qui remuait celui qui était ainsi regardé avec attention et affection. Un regard qui manifestait une connaissance profonde du jeune. Le regard d’amitié de Don Bosco était une récompense, une source de joie, comme une explosion de bonheur. Tandis que le regard triste et désapprobateur était ressenti douloureusement, par celui qui prenait conscience de sa faute. Certains évitaient ce regard, mais étaient travaillés par le remord. Beaucoup l’ont ressenti comme une invitation à se confier et à se réconcilier par le sacrement de la confession.

Le regard de l’éducateur sanctionne sans paroles. Il approuve et fait exister, il exprime la désapprobation, la déception et fait baisser les yeux. Il invite à renouer le contrat d’amitié si important pour les jeunes et les moins jeunes. Pouvoir se regarder dans les yeux face à face, dans la transparence, est un bonheur. La plus belle bénédiction dans la Bible ne dit-elle pas : « Qu’Il fasse pour toi rayonner son visage, que le Seigneur te découvre sa face … ! »

 

Jean-François Meurs, sdb

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Actualités

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • Des films par les jeunes et pour les jeunes : une positive attitude

      FestiClip 2017 30 Le FestiClip 2018 aura lieu au Centre Jean Bosco de Lyon le samedi 2 juin 2018. N’hésitez pas à vous inscrire aujourd’hui ! Quelle est la particularité de ce Festival ? De permettre à des jeunes d'adresser un message à d'autres jeunes, et de traiter une problématique qui vraiment les concerne.

      Lire la suite

    • Pierre Favre, ex-Garçons Bouchers, se livre au week-end Don Bosco

      pierre favre don bosco Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers devenu depuis quinze ans bénévole au Secours Catholique dans le Var, c'est d'abord une gueule. Une carrure, une grande barbe grise et des tatouages. Mais c'est aussi une voix. Une voix douce, chaleureuse qui emmène son interlocuteur dans l'incroyable parcours de cet homme d'une grande profondeur spirituelle. Il était l'invité du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 ". Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Campobosco 2017, les jeunes aux commandes !

      campobosco 2017 001 Pour cette 13e édition du Campobosco (20 - 24 août 2017) à Ressins (à côté de Roanne), l'équipe d'organisation a choisi un thème audacieux : « Abba où t'es ? ». Le sujet a permis aux jeunes de s'exprimer sur leur foi et leurs doutes, sur leur questions et leurs convictions sur Dieu. Ce thème a tissé les temps de témoignage, de jeu, de veillée, d'échanges dans une ambiance de joie, de fraternité et d'enthousiasme.Logo video80

      Lire la suite

    • Au week-end Don Bosco, Martha Kayser témoigne de l’amour immense vécu avec Philippe, son mari handicapé.

      Martha Kayser Maman de cinq enfants, Martha Kayser avait ému les participants du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 " avec son magnifique témoignage d'amour et de famille, ancrée dans la foi, qu'elle a conté dans son livre "Toujours plus d'amour". Le mari de Martha, Philippe Kayser, décédé en 2010, formidable époux et papa, était en effet infirme moteur cérébral (IMC). Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite