mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

 

« Apprendre le français, c’est leur priorité »

Depuis plus d’un an, l’Institut Don Bosco de Tournai accueille cinq jeunes. Flore Dubois, professeur est à l’initiative de l’ouverture d’une classe FLE (Français Langue Etrangère) : « Ils suivent des cours dans toutes les matières : français, math et sciences, anglais, religion, gymnastique et mécanique, dessin et musique. Il y a un esprit d’entraide entre eux. Si quelqu’un n’a pas compris l’exercice, un autre vient l’aider. Les plus âgés sont motivés pour avoir un métier. C’est leur priorité, dans l’espérance de pouvoir demeurer en Belgique, une fois majeur. »

« Il n’est pas facile de gérer leurs comportements entre eux et avec nous »

A 200 km à l’Est, à Remouchamps, la directrice du Centre scolaire Don Bosco, Annie Michel, pointe un problème rencontré : « Nos deux classes sont surtout composées d’Afghans et de Syriens, peu de l’Est. Il n’est pas facile de gérer leurs comportements entre eux et avec nous. Nos règles sont difficiles à intégrer. Notre cadre leur fait violence. J’ai appris que dans leur pays, les enfants obéissaient aux règles de l’école mais, dans la période de 12 à 18 ans, les enseignants n’ont plus rien à leur dire. Il n’est pas facile alors pour ces jeunes d’intégrer nos règles. Ils les trouvent infantilisantes. Ils ont du mal à accepter l’autorité. Il est important que nous nous formions davantage pour intégrer leurs codes et éviter les malentendus. Malgré les difficultés rencontrées, ces jeunes ont une soif d’apprendre étonnante. »

« Il est important que nous nous formions
davantage pour intégrer leurs codes »

« J'ai décidé de m'installer. Maintenant, c'est ma maison. »

Le parcours de Saïdi, 14 ans, arrivé à l’Institut Don Bosco à Hornu il y a 6 mois pour fuir les talibans à Kaboul, illustre bien ces difficultés. Comment gérer les visites, respecter les consignes et les horaires quand la communication n’est pas facile ? Lors d’une rencontre, l'interprète lui dit : « Je suis très étonné. Aujourd'hui, tu as l'air apaisé. La dernière fois, tu étais en révolte. Que s'est-il passé ? » Et Saïdi de répondre : « Lors de la visite de ma tutrice, je lui ai demandé de changer de lieu d'accueil. Elle m'a répondu qu'elle ne changerait pas. Alors, j'ai décidé de m'installer. Maintenant, c'est ma maison. »

A 16 ans, Saïdi devra quitter le Centre Don Bosco de Hornu comme tant d’autres pour une autre destination. Il devra trouver « sa maison » ailleurs. Et qu’adviendra-t-il de lui quand sera prise la décision concernant son statut de réfugié ? Où posera-t-il ses valises ?

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

  • le 12 mai : L'accueil des mineurs migrants en France
  • le 12 mai : Témoignage de Randy

Mot du jour

« […] Marche. Tes pas seront tes mots. Le chemin, ta chanson. La fatigue, ta prière. Et ton silence, enfin, te parlera. Marche, seul, avec d'autres. Mais sors de chez toi. Tu te fabriquais des rivaux, Tu trouveras des compagnons. Tu te voyais des ennemis, tu te feras des frères. Marche, ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton coeur. Marche, tu es né pour la route, celle du pèlerinage. Un autre marche vers toi et te cherche. Pour que tu puisses le trouver au sanctuaire du fond de ton coeur. Il est ta paix, Il est ta joie. Va, déjà, Dieu marche avec toi ! » Saint Jean-Paul II

N’hésitons pas à prendre la route des vacances ou du travail, sûrement pleine de rencontres et d’échanges et à nous laisser toucher par la présence du Christ qui prend cette route avec nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Clara et de Medline
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Hugo
Voir l'article

Avis de recherche  - Award du meilleur film
étranger au FestiClip 2017 (Portugal)
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite