migrants mineurs isoles cije 001 Randy vient de la République Démocratique du Congo (RDC). Il a été invité à participer au Camp InterJeunes où il a rencontré des salésiens de Don Bosco. Ses blessures étaient encore vives. Aujourd’hui, grâce aux Camps InterJeunes, il a découvert le métier d’animateur. Une étape importante dans son parcours.

 

Pourquoi es-tu parti du Congo ?

J’ai perdu mes parents à l’âge de 14 ans. Suite à leur décès, ma famille, côté paternel, m’a accusé de la mort de mes parents et m’a abandonné afin d’accaparer les biens de ma famille. Suite à cela, ma tante, du côté maternel, m’a pris pour habiter avec elle et vendre au marché. Mais, n’étant encore qu’un enfant, je ne pouvais pas vendre autant qu’elle n’espérait. Pendant cette période, nos relations se sont dégradées. Elle nourrissait de la haine vis-à-vis de moi et me battait jour et nuit. C’est pour cela que je me suis retrouvé dans la rue, pour échapper à ses agressions verbales et physiques.

J’ai fait la rencontre d’un ami de mon père qui était étonné de me voir vivre à la rue. Il s’est permis d’organiser mon voyage en Europe. Il m’a confié à un passeur qui m’a accompagné en France en vue d’habiter chez mon oncle. Arrivé en France, le passeur m’a abandonné dans la ville d’Annemasse. Un homme, qui m’a aperçu en train de me lamenter, m’a accompagné au conseil départemental. A partir de là, j’ai été placé dans un foyer pour mineurs isolé.

Quels sont tes liens avec la famille salésienne de Don Bosco ?

L’an dernier, j’ai participé aux Camps InterJeunes, le camp Créaction. J'ai découvert un groupe de jeunes ouverts d’esprit et accueillants. J’ai fait aussi la connaissance des salésiens de Don Bosco. Ce camp m’a permis de changer mes idées et de me sentir entouré de bonnes personnes qui se soucient de moi et de mon avenir. Là-bas, l’atmosphère générale du camp était géniale. J’ai participé à la préparation des activités du camp.

Durant le camp, les blessures que ma tante m’avait infligées se sont réveillées et m’ont empêché de participer à toutes les activités physiques du camp. Mais, malgré tout, cela m’a aidé à garder le moral. Nous avons monté un orchestre et pris des chants aussi bien européens qu’africains.

La participation aux CampsInterjeunes a été un tournant dans ta vie ?

J’ai découvert le rôle d’animateur auprès des jeunes, depuis je suis attiré, et motivé pour passer à mon tour le BAFA.


migrants mineurs isoles cije 002
 

Ton avenir te semble-t-il plus clair aujourd’hui ?

Je suis en lien avec une famille qui m’aide à reconstruire ma vie en France et m’accompagne à la préparation de mon baptême. Je me suis fait des amis qui participent à la réussite de ma vie en France. J’ai pu être scolarisé au lycée professionnel CECAM en CAP menuisier fabricant. C’est une formation que je n’ai pas choisie mais qui me permet de découvrir un métier manuel. Pour le moment, ma scolarité se passe très bien. Mon projet est d’atteindre mes objectifs scolaires afin de faciliter mon insertion dans le monde du travail en France.

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

« Aujourd’hui, émerveille-toi ! » Qu’est-ce à dire ? “ Pierre Bourdieu dit : « Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles.” 

Notre société nous propose tant de choses comme indispensables à notre bonheur, tant de ces « faux enchantements » que nous tombons souvent dans le panneau. Equipements technologiques dernier cri, voyages à l’autre bout du monde … Et si nous essayions de nous émerveiller « des vrais miracles » : un jeune en échec scolaire qui trouve sa voie et se lance avec enthousiasme dans une formation, un pardon accordé, la générosité d’adolescents révoltés qui font des maraudes auprès des SDF ou du soutien scolaire auprès de migrants, les exploits des sportifs du handisport…

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite