migrants mineurs isoles 3 001 Théophile, vient du Cameroun. Il s’est retrouvé seul, sans être scolarisé, à 15 ans. Aujourd’hui il est à Lyon, il aide les jeunes dans la rue… « j’essaie de leur apporter des solutions pour qu’ils puissent bénéficier d’un lieu pour être hébergé ». Son parcours est exemplaire.

 

D’où viens-tu Théophile ?

Je suis originaire du Cameroun, j’aurai 20 ans en mars. Le départ de mon pays est lié à plusieurs raisons : problème de misère mais surtout je suis parti à cause d’un conflit familial avant et après la mort de mon père. Suite à ces conflits je me suis retrouvé seul et abandonné.

J’ai pris la décision de partir pour ma sécurité, espérer d’avoir une vie meilleure et apporter de l’aide à ma mère restée seule avec mes frères, car nous n’avions plus rien et j’étais en danger de mort.

Comment s’est passé ton voyage ?

Cela a été très dur. Je suis passé par le Nigéria, puis le Niger, l’Algérie, le Maroc, l’Espagne et enfin la France. Il m’a fallu 4 ans pour arriver en France. J’ai dû travailler tout au long de ce voyage. J’ai gardé de nombreux souvenirs de mon passage au Niger J’y suis resté deux mois au Niger où j’étais bloqué. Je revois les situations avec le trafic des émigrés, une sœur camerounaise à qui on imposait un prix qu’elle ne pouvait pas payer ; elle a été ainsi forcée de se marier avec un trafiquant.

Le voyage pour Tamanrasset a été très dur. Au Maroc, ma vie a été  comme dans un film… je suis resté pendant un an et demi dans la forêt ; des amis ont été violés, d’autres sont morts…. J’ai tenté plusieurs fois de traverser la frontière par Melilla, Ceuta, deux enclaves espagnoles en terre marocaine, sans succès. Enfin, je suis parvenu par entrer. J’ai été accueilli par la Croix Rouge, dans un camp de réfugiés. Puis on m’a amené en Espagne. J’ai été recueilli par une ONG. Le voyage s’est poursuivi par le bus, vers Lyon.

Comment s’est passé ton accueil en France ?

Arrivé comme mineur non accompagné, j’ai été pris en charge – j’ai été hébergé à l’hôtel. J’ai eu des rendez-vous avec une assistante sociale. Je lui ai posé la question : comment je peux être utile ? Comment rendre service ?

Comme je suis très croyant, je suis allé à Fourvière. Grâce à des adultes, j’ai été dirigé vers l’église sainte Blandine où j’ai rencontré un prêtre le P. Arnaud, assomptionniste. J’ai rencontré également Pierre-Jean et les salésiens de Don Bosco. Je suis actuellement en apprentissage logistique dans un centre de formation en alternance, dans le laboratoire Boiron – à Ste Foy en vue de préparer le Bac Pro logistique sur deux ans.

As-tu le temps d’avoir d’autres activités ?

J’ai fait partie de différents groupes : j’ai été accompagnateur des confirmands de sainte Blandine à Lourde ; je fais aujourd’hui partie d’un groupe du réseau RESF, (Réseau éducation sans frontière) qui s’occupe des jeunes étrangers. J’apporte aussi de l’aide aux personnes sans-abris que je rencontre dans la rue… j’essaie de leur apporter des solutions pour qu’ils puissent bénéficier d’un lieu pour être hébergé.

Dernièrement, j’ai rencontré une étudiante en science politique qui se bat pour le droit des réfugiés. Nous avons échangé sur les solutions à apporter aux immigrés. Pour moi, il s’agit de ne pas voir les immigrés comme un danger mais nous avons à leur donner une chance. Avant d’avoir une identité, on est une personne, un être humain.

Quelle est la question que tu te poses en ce moment ?

La question que je me pose : qu’est-ce que je peux faire pour moi et pour les autres ? Je veux être utile. Un jour ou l’autre, je vais mourir. Qu’est-ce que j’aurais fait, qu’est-ce que j’aurais apporté au monde, aux autres ?

Que souhaites-tu apporter aux autres ?

Il faut que je sois là où il y a des pauvres, là où je peux apporter de l’aide. On m’a proposé d’aider dans la maison des sans abri. J’ai rencontré des musulmans, des Sdf ; comme dans une famille – on s’entendait bien grâce au partage. Je veux faire les choses par étape, les choses se feront dans le temps de Dieu. Maintenant, je suis là pour passer mon Bac et être au service. J’ai besoin d’aider pour construire un monde pacifique.

Il m’est très difficile de voir la méchanceté du monde. Comment détruire la création que Dieu a pris le temps de faire… Il m’est difficile d’accuser les gens. Chacun doit être conscient de ce qu’il fait. Chacun doit être gardien de son frère. On y gagnerait tous.

Pierre-Jean ALLARD, sdb

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

Une des choses les plus compliquées. Il ne suffit pas de se nourrir et d’attendre que ça se passe. Grandir, ça oblige à changer. Et changer, c’est devenir différent, comme un autre qu’on n’aimera peut-être pas.

Et devenir différent, c’est aussi changer le regard des autres sur soi. C’est pourquoi beaucoup aimeraient rester enfant. La tendance des hommes à régresser dès que l’occasion se présente suffit à nous le prouver. Toute la difficulté consiste à accepter que grandir, c’est devenir ce qu’on est appelé à être.

Mais tout de même, quelle affaire !

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite