Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

 

Pourquoi es-tu parti de ton pays ?

J’ai quitté mon pays car je suis issu d’une famille très pauvre. Très jeune, il était devenu évident que je devais partir dans la rue pour aider la famille. J’ai passé ainsi quatre années entre la rue et la maison pour trouver des petits boulots. Mais, dans la rue, c’est dur ; on peut se faire tuer ou menacer pour un rien ; on est considéré comme des criminels, et pourtant je ne l’étais pas. Un jour j'ai décidé d'arrêter avec cette vie et de quitter le Ghana.

Comment s’est passé ton voyage du Ghana à l’Allemagne ?

Mon voyage était trop dur. Rien que d’y penser j’en ai mal à la tête. J’ai voyagé durant cinq années. Dans chaque endroit où j’ai séjourné, j’ai vécu dans des conditions très dures. Parfois je n’avais pas de travail, et donc rien à manger. Je suis parti du Ghana pour la Libye en passant par le Burkina Faso, puis le Niger, puis le Tchad par le désert. Je suis resté quatre années en Libye où je travaillais sur les chantiers. Après je suis allé au Maroc durant neuf mois. Du Maroc, j'ai traversé en Zodiac avec des marocains. Je suis resté en Espagne sept mois, puis je suis arrivé en Allemagne.

Comment as-tu vécu l’accueil des salésiens et des structures d'accueil ?

J’étais tout seul en Espagne. J’ai été accompagné par les salésiens dont Pépélu et Pierre-Jean mais aussi par des éducateurs professionnels. Certains étaient coopérateurs salésiens ; ils m’ont remonté le moral. Je ne peux pas oublier ce qu’ont fait les chrétiens pour moi qui suis musulman. Être ensemble pour moi était une joie, je sentais que nous avions le même Dieu, et la même force dans nos convictions de fraternité. J’ai ainsi été bien accueilli en Espagne à la fondation don Bosco, mais aussi par les jeunes de la paroisse, filles et garçons. J’étais vraiment surpris de voir cet accueil… Cela m’a remis debout véritablement après toutes les souffrances que j’ai vécues sur le trajet. Je retiens vraiment ce grand cœur qui m’a été ouvert dans la famille salésienne.  

Tu es aujourd’hui en Allemagne en attente de tes papiers. Que fais-tu ?

Mon intégration en Allemagne est très difficile car ici il y a beaucoup d’autres étrangers. C’est vrai, on nous donne des tickets de métro, et un peu d’argent chaque mois, mais je n’ai toujours pas eu de papiers depuis mes cinq années de résidence en Allemagne… J’ai pourtant suivi des formations en allemand, et une formation professionnelle en charpenterie. Mais, depuis ma majorité, rien n’a pu être fait pour que je poursuive ma formation. Là, je me retrouve sans rien, en attente que mes papiers soient régularisés. C’est très dur, car j’ai encore beaucoup de souvenirs de « la route » qui me restent en tête. Mes amis qui sont morts durant le trajet, les violences qui m’ont été faites… Je n’arrive pas à dormir le soir.

Que voudrais-tu vivre ? Qu’est qui est important pour toi ?

En repensant à cette solidarité que j’ai reçue, je voudrais lancer un appel à la fraternité. Je voudrais revivre cette fraternité vécue en Espagne, ici je me sens seul et inutile. A partir de ce que j’ai vécu en Espagne avec mes frères et sœurs chrétiens de la paroisse St Jean Bosco, j’ai vu que c’était possible de vivre ensemble, de se connaître et de s’apprécier… Je voudrais aussi dire qu’il faut penser à nous les jeunes, qui ont été mineurs non accompagnés, car rester à ne rien faire avec toutes les difficultés que nous avons en tête, c’est une mauvaise chose. Les mauvaises pensées peuvent venir très vite. Nous avons besoin de nous occuper, d’apprendre et de travailler, sinon nous gaspillons notre vie, nous nous sentons très vulnérables.

Propos recueillis par Pierre-Jean Allard, sdb

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

La musique est entrée dans ma vie assez tôt. Un violoncelle calé entre mes jambes à 4 ans, je ne comprenais pas trop l’objectif de tout ça. Ce n’était que des devoirs en plus pour moi. Et puis j’ai découvert le chant et m’a facilité à sortir les sons qu’il fallait. Je n’ai pas complètement lâché le violoncelle mais le chant s’avère être ce qui me remplit le plus. Oui car quand je chante je suis pleine. Pleine d’amour et de joie. Je souris dès que la voix de mon amie s’élève et que la mienne est prête à l’accompagner. Je souris en pensant à ce jour au Campobosco où on a vécu ce que j’appelle un orgasme musical. Le sourire aux lèvres on avait des frissons partout. La joie nous inondait. Alors je ne sais toujours pas si Dieu existe et s’il veut mon bien. Mais le chant est là pour me rappeler à chaque fois que je suis heureuse.

ÉcouterOceans Acoustic - Hillsong UNITED

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite