Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

 

Pourquoi es-tu parti de ton pays ?

J’ai quitté mon pays car je suis issu d’une famille très pauvre. Très jeune, il était devenu évident que je devais partir dans la rue pour aider la famille. J’ai passé ainsi quatre années entre la rue et la maison pour trouver des petits boulots. Mais, dans la rue, c’est dur ; on peut se faire tuer ou menacer pour un rien ; on est considéré comme des criminels, et pourtant je ne l’étais pas. Un jour j'ai décidé d'arrêter avec cette vie et de quitter le Ghana.

Comment s’est passé ton voyage du Ghana à l’Allemagne ?

Mon voyage était trop dur. Rien que d’y penser j’en ai mal à la tête. J’ai voyagé durant cinq années. Dans chaque endroit où j’ai séjourné, j’ai vécu dans des conditions très dures. Parfois je n’avais pas de travail, et donc rien à manger. Je suis parti du Ghana pour la Libye en passant par le Burkina Faso, puis le Niger, puis le Tchad par le désert. Je suis resté quatre années en Libye où je travaillais sur les chantiers. Après je suis allé au Maroc durant neuf mois. Du Maroc, j'ai traversé en Zodiac avec des marocains. Je suis resté en Espagne sept mois, puis je suis arrivé en Allemagne.

Comment as-tu vécu l’accueil des salésiens et des structures d'accueil ?

J’étais tout seul en Espagne. J’ai été accompagné par les salésiens dont Pépélu et Pierre-Jean mais aussi par des éducateurs professionnels. Certains étaient coopérateurs salésiens ; ils m’ont remonté le moral. Je ne peux pas oublier ce qu’ont fait les chrétiens pour moi qui suis musulman. Être ensemble pour moi était une joie, je sentais que nous avions le même Dieu, et la même force dans nos convictions de fraternité. J’ai ainsi été bien accueilli en Espagne à la fondation don Bosco, mais aussi par les jeunes de la paroisse, filles et garçons. J’étais vraiment surpris de voir cet accueil… Cela m’a remis debout véritablement après toutes les souffrances que j’ai vécues sur le trajet. Je retiens vraiment ce grand cœur qui m’a été ouvert dans la famille salésienne.  

Tu es aujourd’hui en Allemagne en attente de tes papiers. Que fais-tu ?

Mon intégration en Allemagne est très difficile car ici il y a beaucoup d’autres étrangers. C’est vrai, on nous donne des tickets de métro, et un peu d’argent chaque mois, mais je n’ai toujours pas eu de papiers depuis mes cinq années de résidence en Allemagne… J’ai pourtant suivi des formations en allemand, et une formation professionnelle en charpenterie. Mais, depuis ma majorité, rien n’a pu être fait pour que je poursuive ma formation. Là, je me retrouve sans rien, en attente que mes papiers soient régularisés. C’est très dur, car j’ai encore beaucoup de souvenirs de « la route » qui me restent en tête. Mes amis qui sont morts durant le trajet, les violences qui m’ont été faites… Je n’arrive pas à dormir le soir.

Que voudrais-tu vivre ? Qu’est qui est important pour toi ?

En repensant à cette solidarité que j’ai reçue, je voudrais lancer un appel à la fraternité. Je voudrais revivre cette fraternité vécue en Espagne, ici je me sens seul et inutile. A partir de ce que j’ai vécu en Espagne avec mes frères et sœurs chrétiens de la paroisse St Jean Bosco, j’ai vu que c’était possible de vivre ensemble, de se connaître et de s’apprécier… Je voudrais aussi dire qu’il faut penser à nous les jeunes, qui ont été mineurs non accompagnés, car rester à ne rien faire avec toutes les difficultés que nous avons en tête, c’est une mauvaise chose. Les mauvaises pensées peuvent venir très vite. Nous avons besoin de nous occuper, d’apprendre et de travailler, sinon nous gaspillons notre vie, nous nous sentons très vulnérables.

Propos recueillis par Pierre-Jean Allard, sdb

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

mdj 24 01 2018

« Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Jacques Brel

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...