radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

 

Ce que ces jeunes cherchent dans la voie de la radicalisation ressemble davantage à une quête existentielle : ils veulent donner un sens à leur vie, en rupture avec leur milieu d’appartenance, manifestant pour beaucoup une sensibilité humanitaire - partir sauver les enfants martyrisés par le régime de Hassad. Les adolescentes sont parfois attirées par l’idée romantique d’épouser un combattant considéré comme un héros.

La puissance d’attraction de Daech, auprès de ces jeunes, est souvent liée à la maîtrise de l’utilisation des techniques modernes de communication : internet, réseaux sociaux…

 

Cinq étapes vers la radicalisation

Le parcours qui conduit à la radicalisation se déroule bien souvent en cinq étapes. Il s’agit d’abord de créer un « nous » à partir de rencontres réelles ou virtuelles, puis de définir un « eux » en opposition à ce « nous » : ce sont tous ceux qui sont alors qualifiés de mécréants. La troisième étape, qui conduit à la violence, consiste alors à disqualifier l’altérité, en en faisant une chose méprisable, en la déshumanisant. Voici que sont qualifiés de « porcs » ceux qui mangent du porc, de « putains » celles qui ne se couvrent pas la tête et le corps. C’est avec la quatrième étape que tout bascule, lorsque l’on se convainc que l’autre représente un danger réel pour soi et pour les siens… Vient alors la cinquième étape où l’on se persuade de la nécessité de passer à l’action pour se défendre de la menace constituée par ce qui apparaît alors comme un grand complot.

« Le jeune commence par être happé par
un groupe, qui lui apporte une sécurité affective. »

L’estime de soi en question

On le voit, l’embrigadement relationnel précède l’endoctrinement idéologique. Le jeune commence par être happé par un groupe, qui lui apporte sécurité affective, contribue à la construction de son estime de soi et l’isole de ceux, membres de sa famille et amis, qui sont prétendus ne pouvoir les comprendre. Survient alors l’endoctrinement idéologique, où on lui fait découvrir que ses besoins et son idéal peuvent être comblés par son adhésion à l’idéologie salafiste.1

Identifier les signes lorsque l’on est parent

Prévenir la radicalisation, lorsque l’on est parent, nécessite d’être attentif, sans vouloir se montrer intrusif, aux relations nouées par son adolescent. Il s’agit surtout d’être vigilant lorsque l’établissement de nouvelles relations va de pair avec l’éloignement de relations anciennes, amicales (en particulier les amis avec lesquels il participait auparavant à des activités) ou familiales (cousins, cousines …). Il s’agit également de maintenir coûte que coûte le dialogue avec le jeune, en accueillant ses propos, mais en l’aidant à conserver une distance critique par rapport à la dérive idéologique.

C’est ainsi que l’on peut prévenir, de manière salésienne, l’embrigadement relationnel de son enfant, en étant attentif à son réseau relationnel, et l’endoctrinement idéologique, par le maintien d’un dialogue lui permettant de développer son esprit critique.

 

Jean-Marie Petitclerc
Salésien de Don Bosco
Coordinateur du réseau Don Bosco Action Sociale
Auteur des « La pédagogie de Don Bosco en douze mots-clés ».

1 : Le salafisme est un mouvement religieux de l’islam sunnite, adoptant une lecture littérale du Coran, et prônant un retour aux pratiques en vigueur dans la communauté musulmane au temps de Mahomet. <revenir à la source>


Mot du jour

Lire un texte à haute voix, c’est transformer des signes tracés sur le papier ou sur un écran en sons audibles et compréhensibles. Plus profondément, c’est proposer à l’auditoire la pensée de celui qui, plusieurs dizaines ou centaines d’années plus tôt, a couché sur une feuille le résultat de sa réflexion. C’est extraordinaire ! En musique, il en est de même : des points posés sur une portée sont transformés en une suite de sons émis par la voix ou l’instrument. De là naissent la mélodie (succession de sons dans le temps) ou l’harmonie (plusieurs sons entendus simultanément). Et, plus profondément, les vibrations émises, reçues par l’oreille, déclenchent, chez l’auditeur, des émotions qui le font communier aux propres émotions du compositeur ou en font naître de nouvelles.

C’est un peu comme la Bonne Nouvelle, l’Evangile, qui suscite au cœur de chacun des réactions diverses et toujours nouvelles.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...