culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

 

culture jeunes rencontres 01 Nassim : « En avril 2016, durant les vacances je suis parti avec un groupe de jeunes en Normandie, pour un temps de voile et de découverte organisé par l’association Diamond. Mais surtout je suis parti avec un de mes professeurs. Partir en vacances avec son prof ! Dur ! Mais c’était vraiment sympa, différent de l’école. Durant ce séjour, on sentait qu’on sortait du domaine de la classe, qu’on était entre nous. Cela a permis de vivre une plus grande complicité entre nous tous et d’apprendre à mieux connaître notre prof.

J’ai pu inviter mon professeur, de confession catholique, à partager le jeûne du Ramadan avec ma famille. C’était bien de l’avoir à dîner, car on n’invite pas souvent de gens à la maison. C’était une bonne soirée mais un peu étrange au moment de la prière. C’était la première fois qu’un non-musulman me voyait prier ».

 

culture jeunes rencontres 03 Côme : « L’an dernier, au mois de juin, je suis allé à Turin avec tous les élèves de sixième. On était avec les profs et des élèves de seconde. C’était bien la relation entre nous tous. C’était cool. Car les adultes venaient parler avec nous dans le car. Mais cela dépend vraiment des adultes. C’était vraiment de bons moments car ils n’étaient pas tout le temps avec nous. On avait aussi des moments entre nous, avec nos copains. Le moment que j’ai préféré c’est le soir, au Colle Don Bosco, où on était libre de faire un foot, du ping-pong ou du baby-foot avec les profs et le directeur du collège. A travers ces activités, on les découvre autrement ».

Charles : « Chaque fin d’année scolaire, les secondes peuvent participer au pèlerinage diocésain à Lourdes. C’est un moment important : on aide les personnes âgées. Cela les a surpris de voir des jeunes s’occuper d’elles. C’est un moment fort car on leur redonne, parfois, une présence et des sourires apparaissent, même une certaine complicité ».

 

 

Nassim Tadjer, Côme Millet et Charles Plault-Perrier
du Collège Notre Dame des Minimes,
accompagné de Florent Leruste, sdb