cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

 

Sébastien Robert, salésien, animateur, responsable du site Don Bosco Aujourd’hui :

Autrefois, à la sortie l’école, on jouait dans la rue. Aujourd’hui, les médias sociaux sont les nouvelles cours de récréation. D’une cour à une autre, il n’y a pas d’espace physique, pas de distance qui sépare les personnes et les différents types de médias. Dans ces nouvelles cours, certains accueillent les adultes comme dans la vie réelle. Et les adultes doivent aussi interagir comme dans la vie réelle. Personnellement quand je sens que les échanges se font entre pairs, je me tais plutôt que d’entrer dans leur intimité. Avec le numérique, il n’y a pas une culture des jeunes unique, mais des cultures en fonction des expériences de chacun. Tant que ces cours virtuelles sont le reflet des cours réelles, le jeune ne risque pas de se perdre. 

Xavier Ernst, salésien, responsable de la pastorale pour la province France Belgique-sud :

J’utilise volontiers les réseaux sociaux pour oser dire aux jeunes un « mot à l’oreille » face à certaines situations. Récemment, je me suis permis d’interpeller une jeune animatrice concernant une photo où elle s’exposait dans une posture compromettante. Je l’ai discrètement questionnée sur le message qu’elle désirait transmettre et sur l’interprétation que les jeunes pourraient en faire. Étonnamment, ces « mots à l’oreille » sont toujours bien accueillis. Suit souvent un message de remerciement. 

 

Anne Méjat, salésienne, éducatrice à l’Internat Don Bosco de Ganshoren (Bruxelles) :

Un tiers des jeunes que je connais sont sur Facebook. J’agis comme sur une cour de récré : je prends des nouvelles, j’en donne, je propose des conseils, je corrige, j’encourage. Mais j'ai moins d'amis virtuels Facebook que de vraies personnes dans une cour réelle. Il est plus facile de s’y perdre : le temps de la récréation y est illimité, si je ne prends pas la décision de l'arrêter. D’ailleurs, je crois que nous devons aussi en être absents par moment pour montrer que nous en sommes libres.

 

Anne-Sophie Malesys, Animatrice de Pastorale Scolaire (APS) au lycée professionnel Sainte Marie de Bailleul :

Je suis sur facebook depuis 9 ans… je reste en contact avec mes amis, dont 400 anciens élèves : j’accepte leur demande d’amis dès que je ne les ai plus en cours… Je ne fais pas de demande, c’est le jeune qui fait la démarche, c’est primordial. Je peux grâce à cela leur mettre un petit mot pour leur anniversaire, leur demander ce qu’ils deviennent et ils savent aussi ce que je deviens… Certains m’ont demandé d’animer la célébration de leur mariage, et c’est une grande joie ! 

Anne-Flore Magnan, salésienne, éducatrice à Lille-sud :

Ce qu’il y a de beau dans une cour de récré à l’école c’est la capacité des uns et des autres à se croiser. D’abord chacun joue avec ses copains puis il y a un moment où les jeux se rencontrent et on élargit son cercle. On se découvre, on se mélange, il y a les petits et les grands. Ce qui est beau dans une vraie cour de récré c’est ce mélange. Je crois que les réseaux sociaux c’est un peu ça pour moi, il y a un grand mélange de beaucoup de choses, de style. Et je crois que du coup le salésien, la salésienne y a sa place parce que l’assistance de Don Bosco était dans la cour de récré quelle que soit la forme.

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Les salésiens de France et Belgique-Sud en chapitre

      chapitre don bosco 2019 11 Les salésiens religieux de la Province France-Belgique Sud ont célébré leur chapitre à Lyon, du 22 au 26 avril 2019. Tous les trois ans, comme le veulent les constitutions, ils se retrouvent en assemblée constituée par les responsables de la Province et les délégués élus par les confrères. Avec les invités, ils étaient environ 70.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Couleurs salésiennes 2019 : Prêt ?

      don bosco couleurs salesiennes 2019 Chaque région salésienne se prépare à vivre les couleurs salésiennes. Comme l’année dernière, ce sera une beau moment de convivialité : célébration, repas partagé, animation-jeu… chaque lieu s’organise.

      Lire la suite

    • Les paroisses salésiennes en dialogue

      paroisses don bosco 2019 02 Samedi 6 avril, les paroisses salésiennes de la Province de France-Belgique ont envoyé d’Argenteuil, Liège, Lille, Lyon, Nice et Paris des salésiens, des coopérateurs et des paroissiens pour une « Rencontre des paroisses confiées aux salésiens » organisés au pied du sanctuaire de Saint Jean Bosco à Paris.

      Lire la suite

    • Don Bosco Gières / Kenitra : Créer des ponts entre la France et le Maroc

      gieres kenitra don bosco 2019 05 C’est dans cette aventure que se sont lancés les collégiens de Don Bosco Gières avec ceux de Don Bosco Kenitra. Ils se sont préparés durant de longs mois… Et en mars dernier, durant neuf jours, les 29 collégiens ont vécu au rythme de leur interlocuteur marocain. Récit par Clément et Alec.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : un dossier sur les élections européennes

      Don Bosco Aujourd hui 998 Du 23 au 26 mai, auront lieu les élections européennes. L’heure est-elle au repli ou à la poursuite de la construction européenne ? Des personnes engagées dans le réseau Don Bosco ou au Parlement européen osent une parole. Elles révèlent les difficultés rencontrées, leurs insatisfactions, mais aussi leur désir de voir cette Europe grandir. Vers quelles valeurs l’Europe doit-elle évoluer ?

      Lire la suite