college sans portable Depuis deux ans, le téléphone portable est interdit, en France, dans les collèges. Une mesure dont la mise en place a donné beaucoup de fil à tordre aux équipes de direction : comment en faire comprendre l’aspect éducatif aux élèves et à leurs parents ? Hubert Gueelen, Salésien de Don Bosco et directeur au collège Giel Don Bosco, partage la mise en place de cet interdit.

 

« Quand je suis arrivé, en 2016, nouveau directeur au collège, je me suis étonné : sur la cour, les élèves ne jouaient pas ensemble, ils étaient tous sur leurs écrans, se parlaient par portables interposés, sans même se regarder !
J’ai alors pensé qu’il fallait interdire le portable.

On a réfléchi en équipe de Direction. Mais j’ai rencontré beaucoup de perplexité : comment va-t-on faire, mais c’est impossible… ils sont tellement accrocs…»

Nous avons prévenu les parents et commencé par changer le règlement intérieur.

Les élèves ne doivent pas avoir de portable avec eux pendant les heures de classe, ni pendant les récréations. Parce que s’ils les ont sur eux, la tentation est trop grande.

Puis nous avons établi une sanction : tout portable visible sera mis en quarantaine. J’ai expliqué le lien entre Carême qui dure quarante jours et cette quarantaine : se priver pour avoir plus de liberté, passer de l’esclavage à la liberté.

Comment vivre sans portable ?

Quand on est amené à leur enlever leur portable, les jeunes sont « à la masse », ne savent plus comment vivre. Pour les guérir de cette dépendance, nous voulons leur faire découvrir le plaisir d’une récréation où l’on se rencontre, d’un jeu de ballon en équipe, la joie de communiquer après une vraie séparation !

Nous avons mis au point une organisation : tous les matins, les élèves mettent leur portable dans une enveloppe à leur nom qu’ils déposent dans un casier. Je ne surveille pas, je leur fais confiance.

A l’internat, après la récréation et l’étude, ils peuvent récupérer leurs portables pour appeler leur famille, des copains… A 21 h 30, ils nous le remettent et nous leur rendons le service de les charger pendant la nuit.

Je leur prête mon portable volontiers.

Ils savent qu’à tout moment ils peuvent venir me le demander pour une raison importante ou pour appeler un copain malade. Notamment les délégués sont invités à le faire.

Les élèves savent que nous ne sommes pas contre le progrès. Nous avons instauré une plateforme numérique. Ils peuvent y aller pour travailler certaines matières. S’ils n’ont pas d’ordinateur, ils peuvent demander leurs portables, mais il faut savoir que j’ai accès à la plateforme et les profs aussi, donc on voit quand ils en profitent pour invectiver un camarade ou se parler.

Pour les cours de sport, ils font parfois de la gymnastique avec de la musique et ont besoin de leur portable. Dans ce cas, on le leur rend pour le temps du cours.

Cette nouvelle discipline est lourde à porter pour le responsable et les éducateurs, mais aujourd’hui c’est rentré dans les mœurs.

Ce sont les parents qui ont été les plus difficiles à convaincre.

Ils connaissent la règle, ont signé la charte mais quand on a confisqué le portable de leur fils, certains disent par exemple : « On a besoin de le joindre s’il est à l’autre bout du champ à faire des semis… » Moi je dis aux parents : il y a 10 ans, il n’y avait pas de portable ! Depuis que nous avons mis ce règlement en vigueur, les jeunes rejouent au ping-pong, au foot, ils reprennent le ballon.

Finalement, cet interdit du portable devient un instrument d’éducation à l’autonomie, la responsabilité, la confiance. Mais quel boulot à mettre en place et à gérer !

Propos recueillis par Joëlle Drouin


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p