service-civiqueLe service civique a permis à une centaine de jeunes de s'engager au sein du réseau Don Bosco où 25 structures emploient des jeunes volontaires pour 6 mois à un an. Que font ces jeunes ? A quoi sont-ils employés ? Comment sont-ils accompagnés ? Trouvent-ils leur place à Don Bosco ? Etude de cas.

 

 

25 structures accueillent des services civiques

Elles sont situées principalement dans la région Rhône Alpes (Lyon, Saint Etienne), la Cote d'Azure (Nice, Marseille, Toulon), le Nord et l'Alsace. Les secteurs d'activités des salésiens sont tous représentés : primaire, collège, lycée général et professionnel, social. La mission des jeunes, en revanche, est partout identique : il s'agit d'assurer une mission d'éducation pour tous. Sous cette même appellation, la réalité est plurielle. Quelques exemples témoignent de cette diversité.

 

 

Que font les jeunes ? A quoi sont-ils employés ?

  • Au collège La Navarre, près de Toulon, la présence d'un volontaire a permis de lancer des projets « Jeux de rôles et pédagogies » et « Grande Nature » des projets innovants dans la pédagogie.
  • A l'école Don Bosco de Lille, grâce à Amandine, le centre aéré a pu s'ouvrir pendant certains congés, ce que les familles réclamaient depuis longtemps
  • Au Lycée Don Bosco de Nice, grâce aux jeunes volontaires, des jeunes « décrocheurs » de la classe relais ont bénéficié d'un suivi individualisé.

A Nice, les volontaires assurent un accompagnement scolaire individualisé

 «Sur l'année scolaire, la participation des volontaires a permis d'accompagner dix-neuf jeunes décrocheurs. Grâce à cet accompagnement, la plupart d'entre eux ont ainsi pu préparer dans de bonnes conditions l'examen du Brevet des collèges et ne pas être exclus sans solution d'inscription scolaire pérenne explique Emmanuel Besnard, prêtre salésien, éducateur spécialisé et tuteur d'un volontaire sur le terrain. En effet, les volontaires ont un lien différent avec les jeunes. Ils peuvent faire passer des messages éducatifs autrement. Ils apportent aussi leur fraîcheur et leur dynamisme, l'envie de faire des projets. Ce n'est pas de tout confort, mais c'est dynamisant pour une équipe ! »

 

Le service civique au Valdocco

 

Le Valdocco accueille 8 jeunes en service civique , 3 sur le site d’Argenteuil , 5 sur le site de Lyon.
Bientôt, 2 jeunes seront accueillis sur le site de Nice .
Leur profil est varié. Il s’agit :

  • d’étudiants, effectuant une pause dans leurs études pour consacrer une année à la jeunesse défavorisée.
  • de jeunes désireux de passer le concours d’entrée en formation de travailleurs sociaux et choisissent de vivre une première expérience.
  • de jeunes issus des quartiers, au chômage, et effectuant une première expérience dans la cadre professionnel
Cette mixité sociale est très intéressante.

En ce qui concerne leur fonction, ils sont intégrés dans les équipes de prévention et travaillent dans le domaine
  • De l’animation (animation de rue, animation d’ateliers éducatifs, encadrement de sorties et de camps)
  • De l’accompagnement éducatif et scolaire (aide aux devoirs, soutien scolaire individualisé et collectif, prévention du décrochage scolaire)

Les volontaires prennent place dans un travail d'équipe 

 

Le terme « éducation pour tous » désigne des missions support dans le domaine de l'animation, de l'éducation (accompagnement individualisé et semi collectif) et du périscolaire (ateliers, sorties, séjours). Elles ont été choisies car elles ciblent des enfants et des jeunes en fragilité dans leur parcours scolaires. Les volontaires prennent place a coté de l'équipe d'éducateurs pour assurer ces missions puis développent leurs propres initiatives.
« L'expérience des deux précédentes années montre que c'est bien à partir de ces premiers lieux d'inscription que les volontaires développent ensuite des propositions, des actions qui sont plus liées à leur sensibilité et leur créativité », estime Alain Beylot, responsable de l'Association des Maison Don Bosco, principal employeur des services civiques.

 

Définition de la mission. Tout se joue au départ

 Le premier mois de la mission est pensé comme un temps d'immersion et d'observation. C'est à l'issue de cette période qu'est définie avec précision, la mission confiée au volontaire.
Pour Sr Valentine Delafon, salésienne de Don Bosco et éducatrice spécialisée à Lille tout se joue dans l'accueil du jeune et la clarté de la définition du poste en début de recrutement. Si les attentes du jeune rejoignent celles de la structure, c'est une occasion unique et très profitable aux deux parties.

 

La formation des volontaires : un axe prioritaire à Don Bosco

 

Sœur Valentine Delafon insiste sur ce point : « il nous semble que la moindre des choses, lorsque nous payons si peu un jeune, c'est que nous lui donnions une formation et un accompagnement de qualité. Ainsi, nous lui faisons comprendre que nous sommes conscients de sa situation précaire et que pour chacun ce sera du donnant/donnant. »
Le réseau Don Bosco dispose de nombreuses ressources dans ce domaine : Ainsi à Nice, les volontaires ont reçu une formation de huit heures sur l'adolescence, la relation éducative, la gestion des conflits et les pratiques de médiation.

 

Grâce au Centre Jean Bosco de Lyon et l' IFMV du Valdocco à Argenteuil le réseau propose des formations de qualité sur des thématiques spécifiques ou liées à la formation citoyenne. Cette session sur l'engagement valorise l'engagement volontaire. Une tutrice d'une jeune volontaire constate : « Nous l'avons sentie changer au retour d'une session de formation. La confrontation en formation avec d'autres jeunes dans la même situation qu'elle, semble lui avoir appris beaucoup de choses positives. »

 

 

 

 

Ce qu'en dit Clément après son service civique au Valdocco d'Argenteuil

 

Pour en savoir plus :

  • 5 questions à François Le Clère, à découvrir la semaine prochaine sur notre site Don Bosco.net, le 31 janvier 2013.

Mot du jour

Le nom est la dernière chose qui nous reste quand les parents ne sont plus là. C’est un lien qui atteste de notre humanité engendrée. Le nom nous inscrit dans une histoire, dans une filiation, dans une famille. Le nom ne nous appartient pas vraiment : il se transmet. Il constitue aussi une part de notre identité sociale : avec lui, nous sommes d’un peuple. L’engouement actuel pour la généalogie nous prouve l’importance vitale du nom et de ce qu’il représente.

Etre appelé par son nom, c’est être reconnu et rejoint dans son humanité. Quand Dieu appelle, il le fait à l’aide du nom, car chacun est unique. En nommant leurs enfants, les parents prennent soin de choisir un prénom qui ait du sens. On voit bien quelles difficultés personnelles peut vivre un enfant ou un adolescent qui n’aurait plus la possibilité de se référer à une filiation pour tisser les liens de son histoire. Pour aller de l’avant, chacun a besoin de savoir d’où il vient. Le nom est une pièce essentielle de cette origine.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite