953 Laurent2 180De toutes les branches de la famille salésienne, celle des anciens est la plus nombreuse. Être ancien de Don Bosco, qu'est-ce que cela signifie ? Rencontre avec Laurent, 28 ans, ancien élève et maintenant professeur au lycée Don Bosco de Nice.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après y avoir été élève, Laurent est maintenant enseignant au lycée de Nice

Les élèves arrivent dans l'atelier du lycée Don Bosco de Nice. Ils ont entre 15 et 17 ans. Des garçons, uniquement : « C'est un petit groupe et je les ai une dizaine d'heures par semaine. Du coup, on les connaît très vite et très bien. La relation prof-élèves est très particulière », explique Laurent.

 

« Ca marche un peu comme une entreprise. Un ordre de fabrication est lancé avec un certain nombre de pièces à fabriquer. Ensuite, ils vont travailler deux fois deux heures par groupe de six ». Laurent, comme ses élèves, a revêtu la blouse grise brodée au logo de la fondation Don Bosco. Et les machines, tours à commandes numériques et centres d'usinage, vont bientôt se mettre en branle. « En fait, je me comporte un peu comme un chef d'atelier dans une entreprise ».

"Je n'ai jamais perdu le contact avec le lycée"

« Si on m'avait dit en 1996, quand je suis entré à Don Bosco Nice, que je finirai prof dans la classe où je venais de rentrer, je ne l'aurais jamais cru ! »


C'est que Laurent est arrivé ici dans une situation d'échec scolaire : « A la sortie de la troisième, j'étais un mauvais élève qui n'avait pas envie de travailler. Ma famille était proche de l'établissement, alors ils m'ont inscrit ici. Comme il n'y avait plus de place en électrotechnique, je me suis retrouvé en BEP productique. Les deux premiers trimestres ont été difficiles ». La suite, en revanche, est parfaite. Au point que Laurent poursuit jusqu'au bac pro, mais doit quitter Don Bosco pour le BTS. « Un lycée public où, à la sortie, ils me proposent un poste sur place ». Laurent refuse, tente une licence professionnelle à Marseille, mais commence à se demander si, effectivement, l'enseignement ne lui irait pas. À Don Bosco ?

 

« Je n'avais jamais perdu contact avec le lycée. Je passais régulièrement, notamment pour voir le chef des travaux, Monsieur Vigliecca. C'est lui qui, un jour, m'a dit qu'une place allait peut-être se libérer ». Le 5 juillet 2003, Laurent obtient sa licence professionnelle « Maintenance des Equipements de Production ». Le 7, il est à Don Bosco. « J'ai bien vite compris qu'être ancien élève d'un établissement salésien, c'est une sorte de 'carte de visite' que l'on a toute sa vie ».

L'esprit de famille à travers les anciens élèves

953 Laurent1 355Laurent expliquant le tour de commande numérique«Moi, ce qui me plaît, c'est de perpétuer l'esprit de Don Bosco à travers les anciens. Les Salésiens, j'ai pris conscience que c'était une immense famille». C'est l'esprit de famille qui a poussé le jeune enseignant à travailler dans la maison où il avait été formé mais aussi à s'investir, après le travail, dans l'amicale des anciens élèves. Aux réunions, autour du président, Victor Gallo, et du délégué salésien, le père Pierre Gernez, on évoque les prochaines actions, le bulletin de liaison. « Les gens ne connaissent pas forcément l'association, y compris dans l'établissement, mais on est présent, on donne chaque année entre trois et quatre mille euros de dons pour financer des sorties d'élèves, des voyages, des projets, etc. »

 

La maison salésienne, «ce ne sont pas des murs sans vie», conclut Laurent. Une vie qui passe aussi par les ADB.

 

 

Benoît DESEURE

20 juin 2013

 

 LES ADB ET LES ADBS, QUI SONT-ILS ?

 

Mouvement International, les anciens élèves de Don Bosco sont le groupe le plus nombreux de la famille salésienne. Les chiffres officiels donnent 130 000 anciennes et anciens pour les Sœurs salésiennes à travers le monde et 97 300 pour les salésiens. Soit près de 230 000 personnes qui se reconnaissent comme membres de la Famille Salésienne... en vertu de l'éducation qu'ils ont reçue et de leur fidélité à Don Bosco. Leur objectif est notamment de développer la formation permanente de ses membres et de favoriser l'éducation des jeunes, notamment de ceux qui sont les plus pauvres, selon la méthode éducative de Don Bosco.


Les ADB (et ADBS, sigle choisi pour les anciens des maisons des Sœurs salésiennes) s'engagent pour construire un monde meilleur. Et cela commence dans leur famille, dans leur quartier, dans leur métier, là où ils vivent ! Ils sont aussi là pour soutenir et diffuser l'action éducatrice des héritiers de Don Bosco. En France, environ 4 000 anciens et anciennes élèves cotisent dans les associations locales. Ils se rencontrent chaque année pendant les vacances de la Toussaint lors d'un Week-end Jeunes et famille.

 

 

Pour aller plus loin


 


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite