953 Laurent2 180De toutes les branches de la famille salésienne, celle des anciens est la plus nombreuse. Être ancien de Don Bosco, qu'est-ce que cela signifie ? Rencontre avec Laurent, 28 ans, ancien élève et maintenant professeur au lycée Don Bosco de Nice.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après y avoir été élève, Laurent est maintenant enseignant au lycée de Nice

Les élèves arrivent dans l'atelier du lycée Don Bosco de Nice. Ils ont entre 15 et 17 ans. Des garçons, uniquement : « C'est un petit groupe et je les ai une dizaine d'heures par semaine. Du coup, on les connaît très vite et très bien. La relation prof-élèves est très particulière », explique Laurent.

 

« Ca marche un peu comme une entreprise. Un ordre de fabrication est lancé avec un certain nombre de pièces à fabriquer. Ensuite, ils vont travailler deux fois deux heures par groupe de six ». Laurent, comme ses élèves, a revêtu la blouse grise brodée au logo de la fondation Don Bosco. Et les machines, tours à commandes numériques et centres d'usinage, vont bientôt se mettre en branle. « En fait, je me comporte un peu comme un chef d'atelier dans une entreprise ».

"Je n'ai jamais perdu le contact avec le lycée"

« Si on m'avait dit en 1996, quand je suis entré à Don Bosco Nice, que je finirai prof dans la classe où je venais de rentrer, je ne l'aurais jamais cru ! »


C'est que Laurent est arrivé ici dans une situation d'échec scolaire : « A la sortie de la troisième, j'étais un mauvais élève qui n'avait pas envie de travailler. Ma famille était proche de l'établissement, alors ils m'ont inscrit ici. Comme il n'y avait plus de place en électrotechnique, je me suis retrouvé en BEP productique. Les deux premiers trimestres ont été difficiles ». La suite, en revanche, est parfaite. Au point que Laurent poursuit jusqu'au bac pro, mais doit quitter Don Bosco pour le BTS. « Un lycée public où, à la sortie, ils me proposent un poste sur place ». Laurent refuse, tente une licence professionnelle à Marseille, mais commence à se demander si, effectivement, l'enseignement ne lui irait pas. À Don Bosco ?

 

« Je n'avais jamais perdu contact avec le lycée. Je passais régulièrement, notamment pour voir le chef des travaux, Monsieur Vigliecca. C'est lui qui, un jour, m'a dit qu'une place allait peut-être se libérer ». Le 5 juillet 2003, Laurent obtient sa licence professionnelle « Maintenance des Equipements de Production ». Le 7, il est à Don Bosco. « J'ai bien vite compris qu'être ancien élève d'un établissement salésien, c'est une sorte de 'carte de visite' que l'on a toute sa vie ».

L'esprit de famille à travers les anciens élèves

953 Laurent1 355Laurent expliquant le tour de commande numérique«Moi, ce qui me plaît, c'est de perpétuer l'esprit de Don Bosco à travers les anciens. Les Salésiens, j'ai pris conscience que c'était une immense famille». C'est l'esprit de famille qui a poussé le jeune enseignant à travailler dans la maison où il avait été formé mais aussi à s'investir, après le travail, dans l'amicale des anciens élèves. Aux réunions, autour du président, Victor Gallo, et du délégué salésien, le père Pierre Gernez, on évoque les prochaines actions, le bulletin de liaison. « Les gens ne connaissent pas forcément l'association, y compris dans l'établissement, mais on est présent, on donne chaque année entre trois et quatre mille euros de dons pour financer des sorties d'élèves, des voyages, des projets, etc. »

 

La maison salésienne, «ce ne sont pas des murs sans vie», conclut Laurent. Une vie qui passe aussi par les ADB.

 

 

Benoît DESEURE

20 juin 2013

 

 LES ADB ET LES ADBS, QUI SONT-ILS ?

 

Mouvement International, les anciens élèves de Don Bosco sont le groupe le plus nombreux de la famille salésienne. Les chiffres officiels donnent 130 000 anciennes et anciens pour les Sœurs salésiennes à travers le monde et 97 300 pour les salésiens. Soit près de 230 000 personnes qui se reconnaissent comme membres de la Famille Salésienne... en vertu de l'éducation qu'ils ont reçue et de leur fidélité à Don Bosco. Leur objectif est notamment de développer la formation permanente de ses membres et de favoriser l'éducation des jeunes, notamment de ceux qui sont les plus pauvres, selon la méthode éducative de Don Bosco.


Les ADB (et ADBS, sigle choisi pour les anciens des maisons des Sœurs salésiennes) s'engagent pour construire un monde meilleur. Et cela commence dans leur famille, dans leur quartier, dans leur métier, là où ils vivent ! Ils sont aussi là pour soutenir et diffuser l'action éducatrice des héritiers de Don Bosco. En France, environ 4 000 anciens et anciennes élèves cotisent dans les associations locales. Ils se rencontrent chaque année pendant les vacances de la Toussaint lors d'un Week-end Jeunes et famille.

 

 

Pour aller plus loin


 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite