interview marie 180Louvain-la-Neuve est une ville universitaire belge connue pour sa vie associative particulière : plus de quatre-vingt « kots à projet » (foyers) s'y côtoient. Celui des Sœurs Salésiennes s'appelle le « Don Boskot ». L'objectif est de vivre dans l'esprit de Don Bosco le don de soi aux enfants, des temps de prière et de fraternité, étudiants et sœurs ensemble. Rencontre avec Marie, une habitante de ce Kot.

 

DBA : Comment s'organise votre vie dans ce "Don Boskot" ?

Marie : Nous sommes dix sur dix-huit à partager une vie commune avec les soeurs salésiennes. Cela paraît, aux yeux de certains, arriérée ! Mais nous faisons des tas de choses ! Nous apportons un soutien à l'école à côté, nous avons une prière communautaire chaque semaine, nous nous impliquons dans la paroisse étudiante de Louvain. (Lire le Le Bonheur dans la vie communautaire)

 

DBA : Quelles sont les réactions des étudiants par rappport à ton choix de vie ?

Marie : En général, la vie avec les sœurs est la première chose qui les interpelle. Elle entraîne parfois de vives réactions de moqueries et suscite régulièrement un mouvement de recul ou de questionnement sans fin. En tous cas elle ne laisse pas indifférent, car la question de la foi ainsi que de la vie consacrée fait réagir. Le plus souvent la présence des sœurs est perçue de l'extérieur comme une surveillance, un frein à la liberté encore toute nouvelle d'étudiant. Mais pour nous le partage de notre vie étudiante avec la vie religieuse se passe très bien et nous nous enrichissons mutuellement.

 

En Belgique : du neuf !

 

Un foyer Don Bosco à Ganshoren (Bruxelles). Pourquoi pas vous !

 
Sur le site Don Bosco de Ganshoren (une des communes de Bruxelles), les sœurs salésiennes ont aménagé deux grandes maisons en « foyers pour étudiantes ». Des étudiantes y vivent déjà, mais pourront être plus nombreuses dès la rentrée de septembre.

 

Ce projet s'adresse surtout à des jeunes filles (sans exclure quelques jeunes gens) qui désirent réussir des études supérieures ou universitaires y compris des stages et qui, pour cela, souhaitent trouver un lieu calme propice à l'étude dans un esprit de famille tout en ayant une certaine autonomie.

 

Un service aux enfants de l'internat et des temps de prière, de partage et de détente font partie du projet !

 

Le site des sœurs www.donboscoganshoren.be

 

Une nouvelle possibilité de « kot* » à Bruxelles !

 

Un Clip de 34 secondes présente nos foyers à Bruxelles.

 

 

DBA : Peux-tu préciser les aspects de cet enrichissement mutuel ?

Marie : Il se fait naturellement à travers les échanges de la vie de tous les jours. En fait, nous vivons très simplement cette vie commune. Nous avons la même cuisine et la même salle à manger. Nous prenons les repas ensemble, partageons quelques soirées, nous rigolons ensemble, etc... Et il n'est pas nécessaire de chercher plus loin ! Le climat est familial et sympa et on ne s'ennuie pas. Je suis vraiment très heureuse de vivre dans ce kot !

 

DBA : Votre engagement pour l'aide aux devoirs n'est-il pas trop lourd ?

Marie : Il s'agit d'accompagner une fois tous les quinze jours des enfants du primaire et du secondaire dans leurs études. Si pour certains étudiants, cela demande plus d'efforts que pour d'autres, je pense que tous nous en retirons quelque chose : patience, persévérance, autorité bienveillante, etc...

 

DBA : En quoi consiste votre engagement dans la paroisse ?

Marie : Il s'agit d'animer une messe par semestre et de préparer le repas qui suit la messe des étudiants. Parmi les kots de Louvain-la-Neuve, plusieurs ont pour finalité de faire découvrir la foi dans le milieu étudiant (par exemple des kots branchés sur Taizé ou sur l'Arche de Jean Vanier...) Ces kots sont, comme le nôtre, reliés à la paroisse étudiante et s'y investissent comme nous. Cette collaboration nous permet d'échanger et de nous soutenir les uns les autres dans la foi. Avec eux, nous organisons aussi des activités à plus grande portée telles que le Festival de la Lumière au moment de la Chandeleur et le « repas de simplicité volontaire » pour le Mercredi des Cendres. Notre engagement permet à la paroisse étudiante d'être dynamique.

Joëlle DROUIN
16 mai 2013

 


* Un kot en Belgique désigne soit une chambre d'étudiants soit un ensemble de chambres d'étudiants. A côté des kots ordinaires, il y a des « kots à projet » : des jeunes choisissent de mener, en même temps que leurs études, un projet commun : écologique, culturel, sportif, chrétien...



Mot du jour

mdj 24 01 2018

« Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Jacques Brel

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite