Pilar horizon 180«La radicalité de la vie religieuse, je la trouve en France !» Pilar Alonso est une sœur salésienne mexicaine. Suite à sa demande de partir « en mission », elle était destinée à un pays d'Afrique francophone. Il y a quatre ans, elle est arrivée en France pour y apprendre le français ... et y est toujours ! Auparavant elle a vécu au Mexique bien sûr, et aussi à Cuba ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Sœur Pilar, quelle a été votre expérience missionnaire ?

Sœur Pilar : Cuba a été ma première expérience missionnaire. J'y ai partagé la vie de sœurs et de frères salésiens d'au moins neuf nationalités différentes. Le gouvernement de Fidel Castro à l'époque était fort hostile envers l'Eglise catholique. J'animais une paroisse qui n'avait plus de curé, et il y avait souvent qu'une personne qui écoutait ce que je prêchais : il fallait maquiller les idées et parler surtout de fraternité, de solidarité... Il n'était pas question de dénoncer les injustices et ce qui n'allait pas dans la société cubaine !

Ce dépouillement m'a fait beaucoup grandir dans ma relation à Dieu. Il m'arrivait de pleurer de joie en me disant : « Ici, il n'y a rien que toi, Seigneur. » Il n'y avait pas de musique, c'était interdit ; et le silence de l'île, la mer des Caraïbes, les amitiés sincères et chaleureuses, tout me parlait de Dieu. Cuba reste un point de référence dans ma vie.

DBA : Et la vie salésienne au Mexique, après Cuba. C'était très différent ?

Sr Pilar : Oui ! Au Mexique, nous sommes une province assez jeune. Nous sommes cinq sœurs, une puissance ! Nous avons au moins vingt établissements scolaires tous dirigés par des sœurs. Nous avons quatre ou cinq maisons pour des enfants vraiment en difficultés, sans famille. Mais l'Etat ne paie pas le salaire des professeurs de l'enseignement catholique; ce sont les parents qui doivent le faire. Alors, soit nous n'avons que les élèves de familles aisées, soit nous devons nous bouger beaucoup pour trouver des aides et pouvoir recevoir les enfants pauvres.
Et comme en chaque pays, la vie est tissée avec les fils de la culture. Chez nous, le sens de la famille, de l'autorité, de l'obéissance et de l'appartenance à la communauté est très fort. C'est la communauté qui compte et le développement de la conscience personnelle, de la liberté ou de l'autonomie adulte peut être un peu atrophié !


La foi imprègne toute la culture. La dévotion est exprimée, partagée ; il y a de la ferveur dans le langage, les fêtes, les traditions... Tout tourne autour de l'Eglise, et les religieuses ont une place privilégiée dans la société. Ceci dit, le Mexique m'a fait cadeau d'une certitude qui est toujours pour moi une source de courage et de joie : c'est la conscience de la présence de Marie, la mère de Jésus. C'est quelque chose que j'ai reçu avec le lait maternel si je puis dire et qui s'est purifié et fortifié dans la culture française si cartésienne dans laquelle je baigne maintenant !

DBA : Vous avez été envoyée en France, et vous y êtes restée. Pourquoi ?

Pilar internat dba 355Ce sont les filles de l'internat qui m'ont permis de devenir ce que je suis. (Lycée Don Bosco de Lyon).Sr Pilar : Je suis tombée amoureuse de la manière de vivre la vie religieuse en France. J'ai trouvé une province âgée qui avait traversé les grandes révolutions de Vatican II et de mai 68. Les sœurs sont restées fidèles à leur vocation. J'ai trouvé des plus jeunes qui ont osé s'engager dans la vie religieuse dans des communautés âgées mais rayonnantes. Quel courage !

J'ai trouvé en France une Eglise insérée dans une société anticléricale où être catholique demande une foi courageuse. Les sœurs sont vraiment des citoyennes comme les autres. J'ai trouvé dans les communautés en France que ce qui compte c'est la personne, et qu'elle est accueillie telle qu'elle est.

 

Pas besoin de masques, pas besoin d'entretenir une image idéale de « bonne religieuse ». Au contraire, je ressens une continuelle recherche d'authenticité. Il n'est pas nécessaire d'être parfaite pour vivre la vie religieuse dans la joie ! Ici j'ai trouvé des sœurs capables de se dire la vérité tout en restant fraternelles. Nous vivons dans le respect de chacune, dans une grande simplicité de vie, et parfois même peu de moyens. Il y a une autonomie de chaque sœur dans son travail apostolique, dans la prise des décisions. Cette maturité adulte dans la vie religieuse, cette radicalité dont je rêvais, je l'ai trouvée en France.


En arrivant ici, j'ai perdu tous mes repères... Il y a eu une époque où j'avais l'impression de toujours marcher sur la corde raide en train de chercher l'équilibre dans une société quelque part opposée à la mienne. Ce sont les filles de l'internat qui m'ont permis de devenir ce que je suis. Les initiations « culturelles » qu'elles m'ont fait vivre ont permis un très beau rapprochement entre nous. J'ai été dépouillée de tout mais une sœur salésienne peut toujours, dans n'importe quelle circonstance, entrer en contact avec les jeunes. C'est notre vocation, cela nous est donné par le Christ.


Aujourd'hui après presque quatre ans de vie en France, je me sens partie prenante de ma province, et même s'il y a pas mal de compétences à développer dans ma personnalité mexicaine, je vois chaque jour l'œuvre que l'Esprit-Saint entreprend « courageusement » en moi, pour me faire devenir une sœur salésienne qui a Dieu pour unique pays et l'amour pour langue maternelle !

 

Propos recueillis par Joëlle Drouin et Bénédicte Pitti
30 mai 2013

 

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus sur la vie en communauté, chez les salésiennes de Don Bosco. http://www.soeurs-salesiennes.fr/

« Il n'est pas nécessaire d'être parfaite pour vivre la vie religieuse dans la joie ! »

 
 
 

 


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Marie

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Les adultes dans le Défi Citoyenneté : quelle est leur place ?

      Defit citoyente adultes 03 Quel doit être l’accompagnement des adultes dans les projets des jeunes ? Aujourd'hui, grâce aux rencontres entre établissements dans les régions et grâce aux relectures, les chefs d'établissement, les éducateurs comprennent mieux leur rôle dans les projets des jeunes. Même si les projets sont menés par les jeunes, l’accompagnement des adultes est un ressort central de la réussite des projets Défi Citoyenneté.

      Lire la suite

    • De nouveaux établissements entrent dans le réseau Don Bosco

      Don Bosco Nouveau Etablissements 00 Le réseau Don Bosco compte 55 établissements en France, 6 en Belgique Sud, un au Maroc et un en Tunisie. Il y a également les établissements et réseaux associés ou invités. Certains établissements ont récemment rejoint le réseau Don Bosco ou sont en demande d’y entrer. Qui sont ces établissements qui entrent dans le réseau ?

      Lire la suite

    • Yahia Adane : « Le travail social n’est pas quantifiable »

      Yahia AEPCR Social 00 Qu’est ce qui donne du sens au travail social dans les quartiers ? Yahia Adane, directeur de l’association d’éducation populaire de Paris 20è et du réseau Don Bosco Action Sociale, témoigne de son approche du travail social. Fin aout, il rassemble tous les éducateurs de la structure et durant une journée il leur propose de réfléchir ensemble à cette question du sens du travail social.

      Lire la suite

    • Livre d’or de l’année scolaire au lycée Don Bosco à Marseille : « Don Bosco m’a redonné foi en mon avenir »

      don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

      Lire la suite

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite