Pilar horizon 180«La radicalité de la vie religieuse, je la trouve en France !» Pilar Alonso est une sœur salésienne mexicaine. Suite à sa demande de partir « en mission », elle était destinée à un pays d'Afrique francophone. Il y a quatre ans, elle est arrivée en France pour y apprendre le français ... et y est toujours ! Auparavant elle a vécu au Mexique bien sûr, et aussi à Cuba ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Sœur Pilar, quelle a été votre expérience missionnaire ?

Sœur Pilar : Cuba a été ma première expérience missionnaire. J'y ai partagé la vie de sœurs et de frères salésiens d'au moins neuf nationalités différentes. Le gouvernement de Fidel Castro à l'époque était fort hostile envers l'Eglise catholique. J'animais une paroisse qui n'avait plus de curé, et il y avait souvent qu'une personne qui écoutait ce que je prêchais : il fallait maquiller les idées et parler surtout de fraternité, de solidarité... Il n'était pas question de dénoncer les injustices et ce qui n'allait pas dans la société cubaine !

Ce dépouillement m'a fait beaucoup grandir dans ma relation à Dieu. Il m'arrivait de pleurer de joie en me disant : « Ici, il n'y a rien que toi, Seigneur. » Il n'y avait pas de musique, c'était interdit ; et le silence de l'île, la mer des Caraïbes, les amitiés sincères et chaleureuses, tout me parlait de Dieu. Cuba reste un point de référence dans ma vie.

DBA : Et la vie salésienne au Mexique, après Cuba. C'était très différent ?

Sr Pilar : Oui ! Au Mexique, nous sommes une province assez jeune. Nous sommes cinq sœurs, une puissance ! Nous avons au moins vingt établissements scolaires tous dirigés par des sœurs. Nous avons quatre ou cinq maisons pour des enfants vraiment en difficultés, sans famille. Mais l'Etat ne paie pas le salaire des professeurs de l'enseignement catholique; ce sont les parents qui doivent le faire. Alors, soit nous n'avons que les élèves de familles aisées, soit nous devons nous bouger beaucoup pour trouver des aides et pouvoir recevoir les enfants pauvres.
Et comme en chaque pays, la vie est tissée avec les fils de la culture. Chez nous, le sens de la famille, de l'autorité, de l'obéissance et de l'appartenance à la communauté est très fort. C'est la communauté qui compte et le développement de la conscience personnelle, de la liberté ou de l'autonomie adulte peut être un peu atrophié !


La foi imprègne toute la culture. La dévotion est exprimée, partagée ; il y a de la ferveur dans le langage, les fêtes, les traditions... Tout tourne autour de l'Eglise, et les religieuses ont une place privilégiée dans la société. Ceci dit, le Mexique m'a fait cadeau d'une certitude qui est toujours pour moi une source de courage et de joie : c'est la conscience de la présence de Marie, la mère de Jésus. C'est quelque chose que j'ai reçu avec le lait maternel si je puis dire et qui s'est purifié et fortifié dans la culture française si cartésienne dans laquelle je baigne maintenant !

DBA : Vous avez été envoyée en France, et vous y êtes restée. Pourquoi ?

Pilar internat dba 355Ce sont les filles de l'internat qui m'ont permis de devenir ce que je suis. (Lycée Don Bosco de Lyon).Sr Pilar : Je suis tombée amoureuse de la manière de vivre la vie religieuse en France. J'ai trouvé une province âgée qui avait traversé les grandes révolutions de Vatican II et de mai 68. Les sœurs sont restées fidèles à leur vocation. J'ai trouvé des plus jeunes qui ont osé s'engager dans la vie religieuse dans des communautés âgées mais rayonnantes. Quel courage !

J'ai trouvé en France une Eglise insérée dans une société anticléricale où être catholique demande une foi courageuse. Les sœurs sont vraiment des citoyennes comme les autres. J'ai trouvé dans les communautés en France que ce qui compte c'est la personne, et qu'elle est accueillie telle qu'elle est.

 

Pas besoin de masques, pas besoin d'entretenir une image idéale de « bonne religieuse ». Au contraire, je ressens une continuelle recherche d'authenticité. Il n'est pas nécessaire d'être parfaite pour vivre la vie religieuse dans la joie ! Ici j'ai trouvé des sœurs capables de se dire la vérité tout en restant fraternelles. Nous vivons dans le respect de chacune, dans une grande simplicité de vie, et parfois même peu de moyens. Il y a une autonomie de chaque sœur dans son travail apostolique, dans la prise des décisions. Cette maturité adulte dans la vie religieuse, cette radicalité dont je rêvais, je l'ai trouvée en France.


En arrivant ici, j'ai perdu tous mes repères... Il y a eu une époque où j'avais l'impression de toujours marcher sur la corde raide en train de chercher l'équilibre dans une société quelque part opposée à la mienne. Ce sont les filles de l'internat qui m'ont permis de devenir ce que je suis. Les initiations « culturelles » qu'elles m'ont fait vivre ont permis un très beau rapprochement entre nous. J'ai été dépouillée de tout mais une sœur salésienne peut toujours, dans n'importe quelle circonstance, entrer en contact avec les jeunes. C'est notre vocation, cela nous est donné par le Christ.


Aujourd'hui après presque quatre ans de vie en France, je me sens partie prenante de ma province, et même s'il y a pas mal de compétences à développer dans ma personnalité mexicaine, je vois chaque jour l'œuvre que l'Esprit-Saint entreprend « courageusement » en moi, pour me faire devenir une sœur salésienne qui a Dieu pour unique pays et l'amour pour langue maternelle !

 

Propos recueillis par Joëlle Drouin et Bénédicte Pitti
30 mai 2013

 

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus sur la vie en communauté, chez les salésiennes de Don Bosco. http://www.soeurs-salesiennes.fr/

« Il n'est pas nécessaire d'être parfaite pour vivre la vie religieuse dans la joie ! »

 
 
 

 


Mot du jour

J’aime la musique, c’est un peu comme une passion, grâce à elle je vis et proclame ma foi fois deux. 

Il y a une citation de St Augustin que j’aime beaucoup qui dit : « Chanter c’est prier deux fois. » Quand je prie en faisant de la musique, je me sens vibrer et j’arrive mieux à transmettre ce qui m’habite, à m’exprimer quand je n’arrive pas à le faire avec des mots. Pour vivre ma foi, la partager, faire vibrer d’autres, j’anime souvent la messe dans ma paroisse où lors des week-ends MSJ, au Campobosco…, j’organise avec de fabuleux musiciens/chanteurs des soirées louange depuis plus d’un an et c’est magnifique de pouvoir connaître tous ces moments.

Écouter : je te donne mon coeur

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite