couple 180Pierre et Isabelle de Mahieu ont fait six mois de volontariat V.I.D.È.S (ONG gérée par les soeurs salésiennes de Don Bosco) au Cameroun, à Bafia, une petite ville rurale à cent-vingt kms au nord de Yaoundé. Ils sont partis alors qu'ils venaient de terminer leurs études et de se marier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : Pourquoi avez-vous souhaité faire du volontariat ?


Pierre : Nous estimions qu'une vie donnée est une vie réalisée, réussie. Nous souhaitions découvrir une façon d'aborder la vie qui nous permettrait par la suite de garder en mémoire nos idéaux. Nous ne regrettons vraiment pas d'avoir donné de notre temps !

 

DBA : Quelle était votre mission au Cameroun ?


Isabelle : Nos missions ont été variées. Le matin, nous donnions cours de mathématiques et de lecture aux enfants de l'école primaire Gondon. L'après-midi, nous donnions des cours d'informatique aux élèves de CM2 pour qu'ils puissent s'initier aux différents logiciels comme word, excel, power-point... et nous proposions une aide personnalisée pour des jeunes en difficultés. Je m'occupais davantage de matières telles que le français, mais je donnais aussi des cours de mathématiques, physique et chimie. Pierre, lui, donnait des explications en mathématiques et en philosophie. Le dimanche après-midi, nous nous occupions d'une activité théâtre avec les enfants du Patro.

 

DBA : Quel est votre plus beau souvenir ?

 

Isabelle : Pour la fête de Don Bosco, nous avons eu l'occasion de rejouer la scène de la rencontre entre Don Bosco et Barthélémy Garelli. Inoubliable souvenir avec un superbe costume de Don Bosco confectionné par sœur Brigitte Bonnerave et une barrette et son pompon que j'ai confectionnés ! C'est avec beaucoup de bonheur que nous prenions aussi le temps de prier, de découvrir un peu les environs et d'aller jouer au footballavec les enfants.

 

« Nous avons vraiment appris à vivre dans un état de pauvreté habité par une paix intérieure qui s'est installée en nous. »

 

DBA : Quelles ont été vos relations avec les enfants ?


Isabelle : Après les premiers mois, j'apercevais déjà de petits changements qui m'ont encouragée à continuer mon travail. Les élèves de primaire savaient de mieux en mieux lire. Un élève de 3ème à qui je donnais des cours de math a réussi son examen alors qu'on disait de lui qu'il était un bon à rien et qu'il ne voulait faire aucun effort ! Les enfants nous souriaient et nous disaient bonjour dans la rue, me prenaient parfois par la main. Quand on leur explique ce qu'on est venu faire, ils adoptent une autre attitude que celle de considérer le blanc comme un « cochon payeur » et ils nous parlent du Cameroun et de ses coutumes avec gentillesse.


Pierre : Ce qui procure le plus de joie au Cameroun, c'est la gentillesse amicale et fière de sa population. Ils ont un courage et un bonheur de vivre qui tranchent avec beaucoup de clichés européens. Notre aide a été bien appréciée et leur intérêt pour ce que nous venions apporter me donnait le courage de travailler chaque jour de mon mieux. Les progrès étaient perceptibles même s'il fallait s'armer de patience. L'expérience de volontariat est vraiment édifiante humainement et dans la foi. Le rythme de vie partagé entre l'aide aux jeunes et la prière offre un bien-être sans nul autre pareil. L'humain est ici au cœur des préoccupations.

 

3 SALESIENNES A BIAFA

 

Trois sœurs salésiennes – Sœurs Brigitte, Lorenza et Lucie – travaillent à la paroisse, au Secrétariat à l'éducation et au Centre pastoral diocésain.

Elles animent les centres de jeunes  Marie Auxiliatrice où des activités sont proposées aux jeunes tous les jours : soutien scolaire à tous les niveaux, sport, musique, informatique...

Leur souci de répondre aux besoins des jeunes est permanent. Des volontaires motivés sont toujours les bienvenus : pour leur aide et le témoignage du don de leur vie !

 

DBA : Il y a eu également des difficultés ?


Isabelle : Nous avons senti l'absence de nos proches, familles et amis. Nous avons pris pleinement conscience de l'importance vitale de nos relations sociales. Nous avons aussi senti le changement des habitudes de vie. D'un caractère très libre et individualiste, nous devons, en communauté, nous plier à quelques règles et à un rythme de vie respectueux de chacun. Les différences de caractères sont grandes entre un jeune couple fraîchement débarqué et des sœurs ayant déjà plusieurs années d'expériences africaines. Nous avons vraiment appris à vivre dans un état de pauvreté vraie habitée par la présence du Christ et par une paix intérieure qui s'est installée en nous. Pour nous aider, il suffisait d'ouvrir les yeux sur la réalité de la majorité des enfants camerounais que nous côtoyions.

 

 

Propos recueillis par Bénédicte PITTI

14 aout 2013

 


 

 


foot 355«L'humain est ici au cœur des préoccupations.»pierre dr355«Ce qui procure le plus de joie au Cameroun, c'est la gentillesse amicale et fière de sa population.»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Pour aller plus loin

 

 

 

 


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Anthony

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Jeunesse(s) d’aujourd’hui

      Une DBA 996 La jeunesse est une étape de la vie parfois un peu floue. C’est une étape de construction importante de l’adolescent vers l’adulte. C’est une étape rythmée par de nombreux mouvements et passages : changement d’école, de lycée, d’université, de mode de vie, déménagement, expérience à l’étranger, premier stage, premier travail mais aussi toutes les autres découvertes qui suivront. Qu’est-ce que la (les) jeunesse(s) ? Les jeunes du MSJ se sont attelés à la question. Le résultat ? Un dossier magnifique dans la revue Don Bosco Aujourd’hui de novembre.

      Lire la suite

    • Découverte de l’Afrique francophone de l’Ouest avec le Recteur Majeur

      Don Bosco RM en Afrique 03 En février 2018, le Recteur Majeur, le père Ángel Fernández Artime, supérieur mondial des salésiens de Don Bosco, visitait les pays de l'Afrique  Francophone Occidentale (AFO) - le Sénégal, le Mali, le Togo, la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Bénin. Occasion de vous faire découvrir, avant son arrivée en France en février 2019, cette partie du continent africain.

      Lire la suite

    • Le Recteur Majeur des Salésiens nous rend visite

      Successeur Don Bosco en France 04 Le 10e successeur de Don Bosco, le Père Angel Fernandez Artime, viendra en France et en Belgique, du 21 au 24 février 2019. Le Père Daniel Federspiel, provincial, explique les enjeux de sa venue.

      Lire la suite

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

  • Société

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Peser sur la politique de la ville »

      Animation de rue 2 Les Salésiens de Don Bosco viennent de fédérer toutes leurs oeuvres d'action sociale au sein du réseau DBAS. Don Bosco Action Sociale compte 60 établissements et est coordonné par Jean-Marie Petitclerc.  Ce spécialiste des questions d'éducation et des banlieues, fondateur du Valdocco, connait bien les différents rouages de la politique de la ville menée, en France, depuis dix ans. Sœur Joëlle Drouin l’a interrogé.

      Lire la suite