Papi1 180x180Qui est le nouveau provincial ? Entré dans la congrégation à l'âge de 21 ans, le père Daniel Federspiel, 53 ans, est devenu officiellement le 27 août le nouveau provincial des salésiens de Don Bosco de France-Belgique, pour un mandat de 6 ans. Un prêtre au double visage : curé de paroisse à Argenteuil et... clown-magicien surnommé Papi. C'est lui qui succède au père Joseph Enger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«J'ai appris la nouvelle le 23 janvier mais l'entrée en fonction fut programmée le 27 août. C'est un temps exceptionnellement long, mais c'est une chance inouïe, glisse-t-il. J'ai pu purifier mon cœur, avoir le temps de prier, de me convertir encore davantage. Et je suis très attentif à la figure du pape François, qui incarne une sensibilité ecclésiale et théologique que je partage totalement».

 

Une expérience d'humilité

 

Né à Mulhouse en 1960, le père Daniel est un véritable fils de Don Bosco. D'ailleurs, joli symbole, il a appris sa nomination un soir... alors qu'il était au milieu des jeunes : «C'était le recteur majeur au téléphone, j'ai dû sortir de la salle, il y avait trop de bruit ! » La veille, le père Pascual Chavez avait passé un premier coup de fil, depuis Rome : «Daniel, avec le conseil, nous devons prendre une décision. Si jamais c'était toi, est-ce que tu accepterais ?» «C'est une expérience d'humilité que de répondre oui à une telle question», explique le père Daniel. C'est d'abord reconnaître « que les frères ont pensé à vous, des frères souvent très expérimentés». «Puis, on se dit : 'Si c'est ça, il faut relever le défi, ne pas accepter du bout des lèvres.C'est le Seigneur qui va conduire !»

 

La vie religieuse ne fonctionne pas avec des plans


Le successeur du père Joseph Enger connaît très bien la province salésienne et «ses» frères : natif d'Alsace, il a beaucoup voyagé depuis son entrée dans la congrégation. Il fut notamment responsable de communauté à Ressins (Loire), puis maître des novices à Lyon, entre 2005 et 2009, période durant laquelle «j'ai essayé d'harmoniser une vie religieuse avec une vie d'aujourd'hui».

 

« Les Salésiens ont besoin de quelqu'un
qui parle d'une manière claire et libre »


«Je suis membre du conseil provincial, ajoute le jeune quinqua. J'ai une vision assez large de la province. Et une trentaine d'années de vie religieuse tout de même...» S'attendait-il à ce nouveau service, alors ? «Non, la vie religieuse ne fonctionne pas avec des plans... Je n'ai pas de programme ! La vie religieuse fonctionne à l'écoute de l'Esprit saint et l'Esprit agit souvent de manière inattendue.»

 

A l'horizon 2015

 

Sa première mission est de « visiter les frères dans les lieux de communautés, pour écouter ce qui se vit. Une mission qu'il compte accomplir avec les membres du nouveau conseil provincial (les frères Alain Beylot, Jean-Noël Charmoille, Vincent Grodziski, Rudy Hainaux, Jean-Marie Petitclerc, Olivier Robin et Dominik Salm).


A l'horizon, le bicentenaire de la naissance de Jean Bosco en 2015: «Ce n'est pas une commémoration de date, c'est le début d'une espérance, cette volonté de porter le Christ auprès des autres à la manière de Jean Bosco. L'occasion de poser une question à chaque frère : et toi, maintenant, que donnes-tu aux jeunes ?»


«Les Salésiens n'ont pas besoin d'un chef d'entreprise, mais de quelqu'un qui parle d'une manière suffisamment claire et libre, claire pour que chacun puisse s'y accrocher, et libre pour que chacun puisse y adhérer avec l'expression de sa personnalité propre.»

 

 


Benoit DESEURE

29 aout 2013

 

 

 CELEBRATION D'ACCUEIL
DU NOUVEAU PROVINCIAL

27 AOUT 2013
LYON

 

La passation entre le P. Joseph Enger et le Père Daniel Federspiel, nouveau provincial, a eu lieu au cours d'une célébration eucharistique présidée par Mgr Pican. Etaient également présents de nombreux confrères, dont l'ancien et le nouveau conseil du provincial, les provinciales FMA de France et de Belgique-Sud et leurs sœurs, des Salésiens Coopérateurs dont la coordinatrice nationale Hélène Buschenrieder, des Volontaires de Don Bosco, de nombreux laïcs associés dont les chefs d'établissement...

Papi2 355x248Le père Daniel, nouveau provincial et le père Joseph, ancien provincialPapi3 355x248Le père José Miguel Nunez, délégué mondial pour la région Ouest 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Père José Miguel Nunez, délégué mondial pour la région Ouest, venu pour la célébration, a transmis au Père Federspiel, « l'affection et la proximité » du Recteur Majeur, le Père Pascual Chavez. Dans son homélie, il a dit au nouveau provincial : « sois toujours un homme de Dieu pour qu´en son nom, tu puisses réconforter ceux qui hésitent, encourager ceux qui courent le risque de perdre l´espérance, soutenir les plus faibles et raviver la foi de ceux qui partagent le chemin avec toi. »

 

Téléchargez l'homélie du Père José Miguel Nunez.

 Papi4 355x248Papi5 355x248

 

 

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite