Alain Thiebaud180 "Je considère avec Nadine, mon épouse, avoir donné notre vie au monde salésien" dit Alain Thiébaut qui dirige aujourd'hui l'école de Veyrier, en Suisse.  Quel regard porte-t-il sur sa mission ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis issu d'une famille athée


Je suis issu d'une famille athée. Papa, maman travaillaient à la fonderie. Dans mon quartier, il y avait deux bandes. C'était comme la guerre des boutons : la bande à Thiébaud et la bande à Rogno. Ça castagnait... j'ai été recousu douze fois... je me rappelle d'un instituteur qui me foutait des baffes, qui m'avait dit que j'étais une graine de prison. Et à un moment donné, j'ai croisé Maurice qui m'a dit : « Écoute, j'ai besoin d'un coup de main pour la mécanique, et puis on mangera ensemble ». Comme j'avais fait le c..., et qu'il n'y avait pas toujours de quoi manger à la maison, j'y suis allé. Et puis Maurice a commencé à me parler de Jésus. J'ai suivi le caté et, à douze ans, j'ai demandé à recevoir le baptême. Papa m'a dit : « T'as le droit. » Et je me suis aperçu que je m'étais forgé une image faussée de mon père. Dès ce jour-là, ça a tout changé à la maison ; ma sœur a été baptisée après moi. Mon père est venu à mon baptême, à mon mariage aussi ; ... et là, tout doucement, il a cheminé.

 

Alain T 3 355Ma vie donnée au monde salésien


Je considère avec Nadine, mon épouse, avoir donné notre vie au monde salésien. Je ne pourrais plus être un éducateur qui ne soit pas salésien. Mes amis me disent : « T'es notre Don Bosco ! ». Pour moi, c'est d'être joyeux, attentif... Et mon souci c'est la transmission du charisme salésien à toute l'équipe.

 

La place de la prière dans ma vie

 

J'aime prier la Genèse. C'est une leçon d'éducation dans le domaine de la création ; il ne faut pas bousculer les choses ; ça alimente chez moi une affirmation. Je ne crois pas au hasard. C'est un monde organisé, pas n'importe comment, organisé sur l'amour de Dieu pour les hommes.

 

 

« Ce qui m'accroche dans le système préventif de Don Bosco :
l'affection maîtrisée »

 

Il y a « l'amorevolezza ». Dans ce terme, il y a une question d'équilibre à tenir, c'est-à-dire d'affection maîtrisée. Ça ouvre sur la liberté et la fraternité. Ma vie a été marquée par Jean Vanier, un ami avec qui j'ai travaillé 3-4 ans. Je peux prendre, dans mes bras, une femme de ménage, un enfant ou un vieillard, comme Jean Vanier le fait, avec cette affection, mais mesurée. Quand on écoute le récit de Don Bosco, on le sent ça ; il essaie de tenir l'équilibre sur une corde ; c'est l'équilibre dans une animation d'une maison.


J'ai été aussi marqué par la confiance et l'écoute que Don Bosco manifestait au contact des jeunes. Et je passe un temps fou à écouter les enfants. Ceux-ci libèrent ainsi une parole dans la confiance.

 

Ma pratique de la pédagogie salésienne : l'accueil, le mot du jour, la mise en valeur des jeunes


La notion d'accueil est importante. J'apprends à être patient face à la provocation. Il y a une citation que j'aime beaucoup et que je médite souvent : « L'essentiel n'est pas ce que l'on est, mais ce que l'on devient » C'est l'illustration de toute espérance.


Le mot du matin existe tous les matins. Dans chaque classe, l'enseignant pose un regard chrétien sur l'actualité du monde, comme l'actualité de la cour de récréation. Il arrive aussi que des élèves de CM2 viennent dire un mot du matin aux plus petits.


Le midi durant le repas, les enfants passent à tour de rôle sur la scène. Là, ils sont heureux de chanter devant les autres. Les timides osent aussi. Ils prennent confiance en eux et trouvent leur place dans le groupe.

 

Ce que j'aimerais transmettre : les sens de la fête


Alain T 1 355Même si l'avenir semble incertain, qu'il est difficile aujourd'hui de se repérer dans les valeurs humaines, il y a un outil formidable que Don Bosco avait découvert et qu'on utilise dans nos maisons salésiennes, c'est la fête.

 

C'est vrai que ce n'est pas toujours évident. Je me rappelle quand j'ai fait le clown lors d'une fête de l'école et que je venais d'apprendre que Nadine était atteinte du cancer du pancréas, on a quand même fait la fête. La fête, elle te décape, te déshabille, et ça te permet de communier. Elle te permet de surmonter les angoisses ; s'il nous est donné de faire la fête, c'est qu'il y a une graine d'espérance quelque part.

 

 

 

Propos recueillis par Vincent GRODZISKI

26 Septembre 2013

 

 

 


Mot du jour

Et Dieu dit : « Voici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous et tous les êtres vivants qui sont avec vous pour les générations à venir. Je place mon arc dans la nuée pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre. »

Je regarde l'arc-en-ciel et j'imagine ces rayons de lumière qui traversent les gouttes d'eau des nuages et libèrent leur couleur !

Je prends conscience du don de Dieu qui traverse les tempêtes de nos vies et transforme en lumière la grisaille qui nous emprisonne.

La lumière de Dieu est un fuseau qui sans cesse jaillit de son cœur d'amour et qui se répand sur nous.

Entrer dans son alliance, c'est ouvrir une brèche pour que cet arc lumineux vienne transformer nos vies ! Notre cœur chante alors, joyeux, comme les oiseaux pépient lorsque l'orage est enfin passé.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite