Daniel Federspiel 180Jeune, Daniel était très timide, mais il prit goût au théâtre. Des rencontres, des circonstances lui ont permis de faire le clown très tôt... Avant de rentrer au noviciat, il a pensé qu'on ne pouvait pas être religieux et clown et il a tout brûlé : la magie, l'humour, l'illusionnisme. Qui est Daniel Federspiel, provincial ? Alors, prêtre ou clown ? Ces deux facettes sont-elles réconciliées aujourd'hui ?

 

 

Comment suis-je resté clown après le noviciat ?

Au noviciat, j'ai mis de côté le clown. Un jour, je tombe par hasard sur un livre où il était écrit : « Les illusionnistes ont un saint patron qui s'appelle saint Jean Bosco. » J'en parle au Maître des novices qui me dit : « C'est dommage d'avoir tout brûlé, tu aurais pu continuer. » J'ai alors recommencé à être clown mais en tant que religieux, souvent  pour les grands rassemblements. Un an plus tard, je vais voir le cardinal Decourtray pour mon ordination : « Vous continuerez à faire le clown, une fois ordonné » me dit-il ? Je réponds : « Je ne sais pas. Dites-moi ». Il répond : « Préparons la célébration ». A la célébration, à la grande surprise de tous, il dit : « je t'envoie comme clown parmi les prêtres et comme prêtre parmi les clowns. »

 

Mon initiation de clown a duré 6 ans

A cette époque, je faisais le clown mais je ne l'étais pas. Je me suis dit alors : Il faut que j'apprenne. Mais comment ? Je suis envoyé à la communauté de Nice. Un salésien m'invite à un cercle de magie. Guido Giacomelli, clown de la Piste aux Etoiles, 74 ans, sans enfants, avait perdu son partenaire mort d'un cancer. Il me propose de m'apprendre à être clown. Pendant 6 ans, j'ai été initié.Il m'a appris à regarder le monde comme un clown. On ne fait pas le clown, on devient le clown. Le clown est une figure de l'Evangile. Etre clown, c'est une manière d'absorber ce qui est dans le monde, de l'assimiler et de le transformer en joie. Il y a quelque chose du Christ là, quelque chose un peu comme porter la souffrance des autres pour la transformer peu à peu en résurrection, en joie.

 

« Etre clown, c'est une manière d'absorber ce qui est dans le monde
et de le transformer en joie. »

 

 

On fait de ce qui est faible, délicat, pauvre, une poésie, quelque chose de beau. Là où d'autres se sentent en difficultés, en échec... le clown voit une espérance : il prend le petit détail qui passe inaperçu et qui peut être traduit en espérance.

Le clown, c'est d'abord un homme ou une femme qui a vécu quelque chose de dramatique et qui le transforme en joie. Jean Bosco a vécu cela. Il n'y a pas de distance entre un prêtre et la posture du clown. Un vrai clown : c'est une prière.

 

C'est la maladresse du clown qui produit l'effet comique

Le clown a des habits mal-ajustés et cela a un effet comique. Un clown, c'est quelqu'un de mal ajusté à ce qui lui arrive ! La tenue est liée à une harmonie du personnage : un clown ne mettra jamais l'habit d'un autre. Le maquillage doit être fait par le clown lui-même. C'est un vitrail : ce sont les couleurs qui font jaillir la personnalité. C'est donc tout le contraire d'un masque.

On regarde Dieu quand on prie, découvrant sa faiblesse, si bonne et si profonde qu'on qualifie d'amour. L'Autre est en train de m'aimer se dit-on. Et bien le clown essaye de faire comme Dieu.

 

Et la magie. La foi est-elle magique ?

La magie : NON ! Car la magie fait croire que le magicien a un pouvoir. Vous voyez le magicien couper une femme en deux !Par contre l'Illusion s'approche peut être de la foi en Dieu en ce qu'elle fait voir ce qui paraît vrai et en même temps la vérité ne se dévoile pas comme ça. Elle reste cachée.L'illusion se rapproche de la foi dans le sens que quand on croit avoir découvert qui est Dieu, Il est toujours au-delà de ce qu'on a compris, différent encore... On n'enferme pas Dieu dans des démonstrations.L'illusionniste arrive à identifier ce qui est mis en place pour faire illusion chez l'autre. Ainsi le fait d'étudier les illusionnistes a permis à Don Bosco de bien connaître ses jeunes, leurs stratégies de protection ou de défense.

 

Apprends-moi à lire et à écrire, à moi qui ne sais rien

C'est le père Xavier Thévenot qui m'a dit un jour : « Daniel, cette position du clown pour moi, elle est très christique. » J'ai inventé un spectacle que je joue seul dans la classe d'un établissement scolaire. Je ne sais ni lire ni écrire et je demande à être scolarisé dans une école. J'écris une lettre au directeur de l'école qui va la lire à une classe. Et il demande : « Peut-on accueillir ce clown ? » Sous-entendu : peut-on accueillir quelqu'un qui est différent ? Une fois dans la classe, j'absorbe ce que les enfants m'apprennent, je valorise celui qui a des difficultés. Il me propose de m'apprendre à lire car lui aussi a du mal et lit encore avec son doigt. L'enfant est convaincu qu'il m'apprend quelque chose.

 

Propos recueillis par Joëlle Drouin
27 février 2014

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite