aurelie 180Je m'appelle Aurélie, j'ai 21 ans et j'ai découvert le MSJ par le Campobosco, quand j'étais au lycée. La joie de vivre, et l'ambiance fraternelle que j'y ai découverte ont été pour moi un élément déclencheur, qui m'a donné envie de découvrir davantage Don Bosco.

 

 

J'ai beaucoup appris sur le regard que Don Bosco portait sur les jeunes

Je suis partie au Maroc au sein de l'établissement Don Bosco Kenitra faire de l'animation au centre aéré. C'est là que j'ai compris à quel point il est répandu dans le monde, et que les valeurs qui habitent le mouvement salésien ont une résonnance importante ! J'ai animé avec des jeunes marocains, pour des enfants qui pour beaucoup ne parlaient pas français. Cela a été très enrichissant, j'ai découvert une autre manière de communiquer, dans une culture différente, et nous avons partagé des moments forts tous ensemble. Je garderai toujours en mémoire la sortie à la plage avec les cent enfants du centre aéré, et les fêtes marocaines autour des rythmes des tambours, des chants et des danses... Pendant trois semaines, j'ai beaucoup appris sur le regard que Don Bosco portait sur les jeunes, un regard bienveillant, qui donne confiance en soi.

 

Du Campobosco au MSJ : c'est direct !

J'ai connu le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) par le Campobosco. J'ai participé à différents temps et évènements du MSJ. « Ensemble on va plus loin... » Cette maxime a parfaitement résonné en moi, nous avons été un grand groupe du MSJ France/Belgique, à monter des projets, et à nous unir pour les mener à bien. Pour les JMJ, nous avons ensemble vécu des moments festifs. Nous étions soudés, en petits groupes d'amigos, pour traverser la foule et vivre les moments forts. J'ai fait de nombreuses rencontres, qui m'ont permis de nouer des amitiés solides. La dimension spirituelle, avec des jeunes du monde entier m'a donné comme une petite étincelle, une envie de partager le dynamisme et la joie de Don Bosco !

 

Avec mes études en psychologie, je m'y retrouve bien

Je me sens proche des valeurs du mouvement salésien. Avec mes études de psychologie, je m'y retrouve, dans la manière d'appréhender les relations humaines. Dans mes autres engagements, notamment sur ma paroisse, où je fais partie d'une équipe d'animation liturgique des jeunes, le dynamisme de Don Bosco me donne de l'élan ! »

 

 

 

8 mai 2014
Don Bosco Aujourd'hui

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite