IR 1 Isabelle Rizzo est animatrice en pastorale scolaire à Marseilles« Annoncer l'évangile, quelle joie ! » Après avoir fait des études de commerce et décroché un bon job, Isabelle Rizzo lâche tout pour devenir Animatrice en pastorale scolaire au collège Sévigné, un établissement des sœurs salésiennes de Don Bosco de Marseille. Retour sur un chemin de foi.

 

 

DBA : Qu'est-ce qui vous a conduit à être animatrice en pastorale scolaire ?

Isabelle Rizzo : Il faut remonter loin dans mon enfance pour trouver les racines de cette décision J'avais sept ans, j'étais en vacances en Italie dans ma famille. Mon arrière-grand-mère m'emmenait à l'Eglise tous les après-midi. Elle était très croyante. C'est mon premier contact avec Jésus. Puis j'ai fait du catéchisme. J'accueille Jésus comme « mon ami ». Telle est ma foi à dix ans.
A dix-neuf ans, le curé de ma paroisse me dit : « J'ai besoin de toi pour les jeunes de l'aumônerie ». Je n'avais jamais fait d'aumônerie. J'ai décidé de faire confiance. Je suis devenue animatrice. J'ai adoré les rencontres et puis cette joie d'annoncer l'Evangile, de parler de Jésus. J'ai eu la chance de rencontrer mon mari qui était également animateur de cette aumônerie. Pendant ces années, j'ai fait la découverte du visage de Dieu, non seulement « ami », mais « Père » de tous et donc, mon Père à moi aussi.
C'était aussi le début de ma vie professionnelle. C'était difficile : le week-end je donnais tout pour les jeunes. J'étais dans la joie et la bonne humeur mais quand j'étais à mon travail, c'était autre chose. Je me demandais ce que je faisais là. J'avais envie de donner du sens à ma vie autrement. J'ai essayé de mettre de la qualité humaine dans mon travail, dans mes relations avec mes clients. Mais cela ne suffisait pas et je demandais au Seigneur de venir me chercher. Il a dû entendre mes prières. Il y a cinq ans, à l'occasion d'un réveillon, j'ai recroisé Valérie, une amie d'enfance qui me dit : « Viens à Sévigné, ils cherchent quelqu'un, on travaillera ensemble ».

 

DBA : Connaissiez-vous Don Bosco ?

I.R : Non, pas du tout. A ce moment, j'ai prié le Seigneur d'éclairer ma décision. J'ai dit : « Oui ». Et je suis tombée dans les bras de Don Bosco : le coup de cœur !
Don Bosco est pétri de l'Evangile. Quand il regarde un enfant, il le regarde avec les yeux d'un ami, d'un père, les yeux de la confiance, de la compassion, un père qui n'enferme pas dans les actes, qui donne au jeune une autre chance. Le Seigneur fait bien les choses pour moi. Juste avant Sévigné, j'avais vécu une expérience d'aumônerie de prison. C'est là que le Seigneur a préparé mon regard pour ma future mission au collège Don Bosco Sévigné à Marseille.
Annoncer le Christ, l'Evangile, rencontrer des enfants, des petits, quelle joie ! Cela fait quatre ans et j'ai l'impression que c'était hier. Pour moi, c'est la Résurrection. Je ne me lasse pas.

 

DBA : Pouvez-vous nous raconter votre expérience en prison ?

I.R : C'était une prison pour des jeunes. Un jour, un prêtre m'a demandé de venir travailler dans son équipe à l'aumônerie de cette prison.
Cet appel m'a beaucoup fait réfléchir. Je me suis dit : « Au jour d'aujourd'hui qui peut vraiment t'affirmer que tes enfants n'auront pas un problème dans quelques années. Ils peuvent manquer de discernement un jour et se retrouver en prison. Et que vas-tu faire : tu vas enfermer ton enfant dans son acte ou continuer à l'aimer ? »
C'est en tant que mère que j'ai répondu à cet appel : ces jeunes en prison, ce sont d'abord des enfants qui sont aimés, je l'espère, par une mère, un père. J'ai aussi pensé : celui qui me fait confiance c'est le Christ et si le Christ me fait confiance alors je peux tout. En prison, j'ai découvert « le Dieu compassion. » Cette mission a changé complètement mon regard. Je disais aux prisonniers : « Dieu croit en toi. Il t'aime et il te dit : « Aujourd'hui je suis avec toi, ici en prison, et tu peux repartir autrement dans ta vie. »

 

DBA : Que dites vous aux jeunes auprès desquels vous travaillez aujourd'hui ?

I.R : Quand ça ne va pas, il faut dire aux jeunes que rien n'est fini et qu'il faut faire confiance au Seigneur. Il y a beaucoup d'élèves stressés par les notes, leur avenir « qu'est-ce que je vais devenir... » Je leur dis : « Vous valez plus qu'une note. A chaque âge, vous allez faire autre chose parce que vous grandirez, vous murirez. Accordez-vous du temps. La vie se construit avec du temps, pas tout, tout de suite. »
Les jeunes ont besoin d'être accompagnés. Je suis heureuse aujourd'hui parce que le Seigneur a mis sur mon chemin et dans ma famille des personnes qui m'ont écoutée, tendu la main, façonnée. A mon tour, je peux le faire pour les jeunes. Et chacun peut en faire autant. La catéchèse, c'est un travail d'équipe, je ne suis pas seule. Et puis, je ne me mets pas en quatre. Dieu se révèle en chacun de nous. Il est là. Si ça n'a pas marché, je me dis que cela ne m'appartient pas. Je dis : « C'est à toi Seigneur ».

 

Propos recueillis par Joëlle Drouin
26 septembre 2014

 

 

 

ANIMATEURS EN PASTORALE SCOLAIRE - QUI SONT-ILS ?


Animatrice pastorale scolaire Isabelle Rizzo 355Les Animateurs en Pastorale Scolaire (APS) sont au nombre de 52 dans le réseau des établissements Don Bosco.

Leur mission est de mettre en œuvre, avec toute l'équipe éducative, la pastorale dans un établissement scolaire.

  • culture religieuse pour tous,
  • catéchisme pour les plus jeunes,
  • préparation aux sacrements,
  • accueil permanent, écoute et disponibilité pour tous,
  • invitation à des temps de prière.

 Ils préparent des temps forts : témoignages, célébrations, grandes fêtes liturgiques, pèlerinages. Ils s'investissent pour les fêtes de l'établissement ou les journées d'intégration. Leur rôle principal est de participer à créer un climat chrétien dans l'ensemble de la maison.

 

Les APS suivent des formations au Centre Jean Bosco (CJB) sur des thèmes variés : l'affectivité des jeunes, faire de nos crises une chance, l'écriture du projet pastoral, etc. Certains s'engagent dans le parcours complet dont les Fondements de la Salésianité.


Les APS se retrouvent en région. Ils s'entraident, se soutiennent et forment entre eux un corps très solidaire.


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite