soeur genevieve pelsser Il y a bientôt cinq mois, Geneviève Pelsser a été nommée Provinciale des sœurs salésiennes de Don Bosco pour la nouvelle province, Notre Dame des Nations, qui regroupe la France, la Belgique et la Tunisie. C'est l'occasion de revisiter son parcours.

 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Sr Geneviève, vous voici à la tête de la nouvelle Province. Mais avant d'en arriver là, quel a été votre parcours ?

Sr Geneviève Pelsser : À seize ans, j'ai fait une retraite où la question de la vie religieuse m'a effleurée. Ce qui ne m'a pas empêchée de continuer une vie normale d'ado ; j'avais un petit copain, j'aimais danser, j'en faisais voir de toutes les couleurs aux religieuses de l'internat mais je sentais qu'il y avait quand même autre chose qui me travaillait. A l'occasion d'un camp SMJ (Service Missionnaire des Jeunes), j'ai rencontré Hubert qui rentrait chez les Salésiens et qui m'a fait connaître Ephata et Don Bosco. Lors de ma première marche Ephata, j'ai été très touchée par la manière de faire des Salésiens : beaucoup de joie, beaucoup de chaleur. Et ça a été le déclic ! J'ai continué l'animation. Mon chemin était tout tracé ! Ensuite, j'ai eu l'occasion de voyager au Togo et au Bénin avec le VIDÈS. Je me suis occupée de la formation des jeunes sœurs. Puis j'ai été Provinciale de la Belgique Sud.

 

DBA : Qu'est-ce que toutes ces expériences vous ont fait découvrir ?

Sr G. P. : En approfondissant le charisme salésien, je me suis rendu compte que Don Bosco a tellement de facettes qu'il y a un réel risque de n'en présenter que quelques-unes ou de s'arrêter à des clichés. On a tout intérêt à essayer de toujours mieux comprendre le pourquoi de son action et à le recontextualiser pour faire le lien entre sa vie et le monde actuel. Egalement avec Marie-Dominique Mazzarello !

 

DBA : Vous habitiez en communauté dans la ville universitaire de Louvain-la-Neuve. Quels étaient les objectifs de ce foyer d'étudiants ?

Sr G. P. : C'était un véritable défi d'amener les jeunes à accueillir l'autre différent et de le respecter. Nous avons eu la grande joie de les voir grandir en humanité car comme disait Xavier Thévenot : « La joie est ce qui surgit quand on a réussi à faire croître l'humanité en soi-même et en autrui ». C'était un grand bonheur de voir les aînés acquérir ce charisme salésien et prendre la relève auprès des plus jeunes ou des nouveaux !

 

DBA : Quels sont les défis que l'Église et la Famille salésienne devront relever ?

Sr G. P. : Un des défis majeur réside dans la manière dont ensemble, religieux, religieuses, laïcs, jeunes, nous chercherons à nous laisser transformer par la rencontre du Christ, dans sa Parole, dans l'autre, pour devenir missionnaires de joie et d'espérance. Faire l'unité dans notre vie quotidienne entre vie spirituelle, vie fraternelle et vie missionnaire.

 

DBA : Et pour vous-même ?

Sr G. P. : A chaque tournant de ma vie, j'essaye d'accueillir ce qui vient comme un lieu où Dieu est présent. Je me dis toujours que là où je mûris, j'accueille, j'aime le Seigneur. Là où j'essaie de vivre ma vocation à fond, il y aura des bienfaits pour les autres ! Dieu se donne dans le présent. Le reconnaître est ce qui me donne de l'enthousiasme et de l'énergie.

 

Propos recueillis par Annou MERCIER
17 décembre 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

Lorsque Jean Bosco découvre la misère des jeunes, son premier objectif n’est pas de trouver une église ou de construire une école mais d’avoir un terrain pour jouer !

Aux éducateurs, il conseille : « Donnez ample liberté de sauter, de courir, de crier à cœur joie ». Et Marie-Dominique écrit aux sœurs de St-Cyr-sur-mer: « Dites bien aux filles que je veux qu’elles soient joyeuses, qu’elles sautent, qu’elles rient, qu’elles chantent… ! »

La cour de récréation est pour nos fondateurs, le cœur de tout acte éducatif, le centre de toutes les rencontres, de la détente, du petit mot de l’éducateur à l’oreille du jeune, du jeu collectif où chacun est vraiment lui-même, sans artifice, ni crainte ; où les aînés prennent en charge les plus petits et les timides ; où les adultes jouent avec les jeunes ; où l’on découvre ensemble les règles du vivre ensemble…

Tant et si bien qu’on dira : « Don Bosco parmi les jeunes, c’est Don Bosco dans la cour de récréation. »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite