soeur genevieve pelsser Il y a bientôt cinq mois, Geneviève Pelsser a été nommée Provinciale des sœurs salésiennes de Don Bosco pour la nouvelle province, Notre Dame des Nations, qui regroupe la France, la Belgique et la Tunisie. C'est l'occasion de revisiter son parcours.

 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Sr Geneviève, vous voici à la tête de la nouvelle Province. Mais avant d'en arriver là, quel a été votre parcours ?

Sr Geneviève Pelsser : À seize ans, j'ai fait une retraite où la question de la vie religieuse m'a effleurée. Ce qui ne m'a pas empêchée de continuer une vie normale d'ado ; j'avais un petit copain, j'aimais danser, j'en faisais voir de toutes les couleurs aux religieuses de l'internat mais je sentais qu'il y avait quand même autre chose qui me travaillait. A l'occasion d'un camp SMJ (Service Missionnaire des Jeunes), j'ai rencontré Hubert qui rentrait chez les Salésiens et qui m'a fait connaître Ephata et Don Bosco. Lors de ma première marche Ephata, j'ai été très touchée par la manière de faire des Salésiens : beaucoup de joie, beaucoup de chaleur. Et ça a été le déclic ! J'ai continué l'animation. Mon chemin était tout tracé ! Ensuite, j'ai eu l'occasion de voyager au Togo et au Bénin avec le VIDÈS. Je me suis occupée de la formation des jeunes sœurs. Puis j'ai été Provinciale de la Belgique Sud.

 

DBA : Qu'est-ce que toutes ces expériences vous ont fait découvrir ?

Sr G. P. : En approfondissant le charisme salésien, je me suis rendu compte que Don Bosco a tellement de facettes qu'il y a un réel risque de n'en présenter que quelques-unes ou de s'arrêter à des clichés. On a tout intérêt à essayer de toujours mieux comprendre le pourquoi de son action et à le recontextualiser pour faire le lien entre sa vie et le monde actuel. Egalement avec Marie-Dominique Mazzarello !

 

DBA : Vous habitiez en communauté dans la ville universitaire de Louvain-la-Neuve. Quels étaient les objectifs de ce foyer d'étudiants ?

Sr G. P. : C'était un véritable défi d'amener les jeunes à accueillir l'autre différent et de le respecter. Nous avons eu la grande joie de les voir grandir en humanité car comme disait Xavier Thévenot : « La joie est ce qui surgit quand on a réussi à faire croître l'humanité en soi-même et en autrui ». C'était un grand bonheur de voir les aînés acquérir ce charisme salésien et prendre la relève auprès des plus jeunes ou des nouveaux !

 

DBA : Quels sont les défis que l'Église et la Famille salésienne devront relever ?

Sr G. P. : Un des défis majeur réside dans la manière dont ensemble, religieux, religieuses, laïcs, jeunes, nous chercherons à nous laisser transformer par la rencontre du Christ, dans sa Parole, dans l'autre, pour devenir missionnaires de joie et d'espérance. Faire l'unité dans notre vie quotidienne entre vie spirituelle, vie fraternelle et vie missionnaire.

 

DBA : Et pour vous-même ?

Sr G. P. : A chaque tournant de ma vie, j'essaye d'accueillir ce qui vient comme un lieu où Dieu est présent. Je me dis toujours que là où je mûris, j'accueille, j'aime le Seigneur. Là où j'essaie de vivre ma vocation à fond, il y aura des bienfaits pour les autres ! Dieu se donne dans le présent. Le reconnaître est ce qui me donne de l'enthousiasme et de l'énergie.

 

Propos recueillis par Annou MERCIER
17 décembre 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite