floriant volontaire madagascar vides 002 Florian Lucchini est bien connu dans le réseau du Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) ainsi qu'au VIDÈS ! Sa dernière aventure à Madagascar en juillet 2014 auprès des enfants incarcérés l'a tellement marqué, qu'il a décidé de consacrer six mois auprès des jeunes de Mahajanga dans un centre Don Bosco. Voici quelques lignes sur sa nouvelle vie.

 

 

« Dimanche 8 novembre 2015, 5h30 du matin à l'aéroport de Marseille. Un dernier regard sur ma ville à travers le hublot, la gorge nouée. Je viens de passer un des moments les plus durs de ma vie. Je me retrouve très vite pour 11h d'avion, et plein de questions en tête. Arrivé à l'aéroport d'Antananarivo, capitale de Madagascar, à 1h du matin je rencontre le Père Julien, directeur de la communauté de Majunga, où je vais passer ces six prochains mois.

 

J'entends : « on est heureux d'avoir un français avec nous »

« Le Centre Don Bosco comporte la communauté avec cinq salésiens, quatre prêtres et un frère, l'aspirandat où logent les aspirants et le Lycée Don Bosco, où 320 jeunes étudient. Il comporte six filières professionnelles : Ouvrage Bois, BTP, Ouvrage Métallique, Fabrication Mécanique, Froid et Climatisation, et Electromécanique.

 

« C'est à l'oratorio que je rencontre les quinze aspirants, la première étape pour se lancer dans la vie salésienne. Ces jeunes, qui ont entre 18 et 23 ans, ont tous pour but de devenir salésien. Dès le premier jour, j'entends : « on est heureux d'avoir un français avec nous », « on a besoin de toi pour améliorer notre niveau de français ». Avec eux je me sens à l'aise tout de suite. Quel magnifique accueil !

 

On me donne 4h de cours de français par semaine avec les aspirants !

« Les premiers jours je ne fais pas grand-chose. Mais très vite on me donne 4h de cours de français par semaines avec les aspirants. Mon gros problème, c'est que je ne suis pas prof ! Alors quelquefois, j'aime bien faire des jeux avec eux, en français bien sûr. Je les fait parler un peu la langue de Molière. Et puis j'apprends beaucoup sur leur culture, sur l'histoire du pays, et donc la nôtre aussi.

 

Je reste un peu frustré au départ... j'adore l'animation

floriant volontaire madagascar vides 001 Mon projet comme volontaire, c'était de pouvoir faire de l'animation, et avec l'oratorio, cet immense espace, et les 700 enfants qui y jouent, j'allais bien m'éclater. Mais avec trois jours d'ouverture par semaine.. il ne me reste que le dimanche où je pourrai faire de l'animation. Sur le coup, j'étais un peu frustré, car j'adore l'animation. Mais comme le dis Sœur Marie Bé1 : « une mission ça ne se choisit pas, ça se reçoit ». Donc s'ils ont besoin de moi pour du français, eh bien qu'il en soit ainsi. J'aide comme je peux. Mais je ferai tout mon possible pour organiser un Waki Waki en début de l'oratorio, c'est au moins ça !!!

 

Les jours passent et mon emploi du temps reste trop vide ! Je repense aux témoignages d'anciens volontaires, notamment à celui de Guillaume, qui était dans la même communauté il y a quelques années. Je me mets à la recherche d'occupations éducatives !

 

Je développe alors des animations à l'orphelinat Don Bosco

Maintenant, mon emploi du temps est très rempli. Je vais très souvent avec les électromécaniciens au lycée et les fait parler en français ! J'ai été pendant six ans dans cette section en France au lycée Don Bosco de Marseille. Je les aide aussi dans leur matière principale. Je me rends à « l'orphelinat Don Bosco » tous les samedis, à cinq minutes à vélo de la communauté. Les enfants sont toujours très contents de me voir. Ce n'est pas tous les jours qu'ils ont l'occasion de jouer avec un « Vazaha ».

 

« Ils sont 17 enfants, la plupart entre 5 et 7 ans. La première rencontre fut très intense. Je me suis très vite retrouvé avec 4 ou 5 enfants agrippés à moi, jouant à cache-cache, derrière mon dos. Certains ont été abandonnés à la naissance à cause de leur handicap, l'un d'eux a été retrouvé au milieu des ordures, un autre sur la plage. Des histoires comme cela, il y en a beaucoup !

 

Je devrais être bilingue à la fin de mon volontariat

J'apprends tous les jours de nouveaux mots malgaches. Entre les aspirants et les lycéens, je devrais être bilingue d'ici la fin de mon volontariat. Je trouve que c'est aussi un respect d'apprendre leur langue. Je viens dans leur pays, eux doivent apprendre ma langue pour progresser dans la vie, donc je me dois d'apprendre au moins quelques mots. Puis ça fait toujours sensation quand, au lycée, je sors un « à plus tard » ou même parfois un « taisez-vous » en malgache. Ça les fait rire, et ça contribue beaucoup à mon acceptation.

 

Je ne pensais pas me retrouver un jour à corriger des copies

Pendant les cours, certains me donnent des textes à vérifier. Je ne pensais pas me retrouver un jour à corriger des copies, que je n'ai même pas demandé d'ailleurs. Ce n'est pas en France que l'on verrait cela ! Ils ont envie de progresser, et ils font tout pour cela. Je corrige sur le temps de mes soirées, et même si je préfèrerais regarder un film sur mon ordinateur, c'est toujours avec bon cœur que je me plonge dans mes corrections.

 

Quel plus beau sentiment que de se sentir utile, aimé et accepté ?

floriant volontaire madagascar vides 003 Ma mission principale, ce sont les aspirants. Ces jeunes malgaches qui veulent devenir salésiens et qui n'ont aucune confiance en eux. Mon gros défi : leur faire prendre conscience qu'ils sont bourrés de talents, qu'ils peuvent faire de grandes choses, et que dans la vie, il faut se surpasser pour se découvrir. Je passe beaucoup de temps avec eux, que ce soit en cours ou dans la vie de tous les jours. Je les aide aussi quand je peux dans leurs tâches quotidiennes. Et même si ça les dérange de laisser un vazaha éplucher des pommes de terre, je pense qu'ils sont heureux que je participe. C'est important, pour moi, de leur montrer que si j'étais venu pour avoir mon confort et mes habitudes françaises, je serais resté en France.

 

J'aime bien ma vie ici et c'est en grande majorité grâce aux aspirants. Quel plus beau sentiment sur terre que de se sentir utile, aimé et accepté ! Tous les jours, ils me remercient d'être avec eux, de les aider en français. Mais c'est moi qui les remercie infiniment de l'accueil qu'ils me font. J'ai fêté mon premier mois sur l'île rouge avec eux. J'ai mangé à leur table, et je leur ai fait découvrir le gâteau au yaourt. Au début, ils étaient gênés car ils mangeaient seulement du riz accompagnés de quelques légumes à chaque repas. Mais là aussi, il a fallu que je leur fasse comprendre que si je voulais manger français, je ne serais pas venu à Madagascar. Je suis très heureux de partager, toutes les semaines, ce moment avec les aspirants.

 

De temps en temps, je dis un mot du soir... c'est pour moi un honneur

Je leur fait aussi, de temps en temps, le mot du soir, si personne de la communauté n'est disponible. C'est toujours pour moi un honneur quand ils me demandent cela. Me tenir devant eux, leur dire une parole avant qu'ils se couchent, sachant que ce sont les dernières phrases qu'ils entendent avant d'aller dormir. Pour moi, le mot du soir est une parole de sagesse, et c'est réservé à Jean-Marie Petitclerc2, ou quelqu'un d'aussi grand que lui, pas à moi.

 

J'ai oublié de dire : ils lisent Don Bosco Aujourd'hui. Ils me connaissaient avant que je n'arrive grâce à la lecture du site ! Je leur fais découvrir le MSJ, le Campobosco, et toutes les activités salésiennes auxquelles je participe en France. »

 

 

Florian Lucchini
28 janvier 2016

 

 

 

1 : Sœur Marie-Bé est responsable du Volontariat salésien international, le VIDÈS <revenir à la source>

2 : Le père Jean-Marie Petitclerc est notamment directeur du Campobosco.

 

 

Pour aller plus loin

Sur la page publique Facebook "Mon Aventure Malgache" de Florian

Le VIDÈS, Volontariat salésien international

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : La famille des comtes de Maistre

      Chateau de Beaumesnil dr La famille de Maistre a fourni des hommes de valeur au service des rois de Piémont-Sardaigne, de l’empereur Alexandre Ier de Russie, et des Etats Pontificaux. Don Bosco était accueilli familièrement dans cette famille, qui l’a très généreusement soutenu dans ses œuvres.

      Lire la suite

    • Don Bosco à Kenitra !

      Don Bosco Kenitra 2019 08 Un mois après la visite du Pape François, le 1 Mai 2019, le Recteur Majeur Père Ángel Fernández Artime, 10è successeur de Don Bosco, a inauguré sa visite de l’Œuvre salésienne de Don Bosco à Kénitra, au Maroc. Une première visite officielle d’un Recteur Majeur au Maroc dans l’histoire de la Congrégation !

      Lire la suite

    • Les salésiens de France et Belgique-Sud en chapitre

      chapitre don bosco 2019 11 Les salésiens religieux de la Province France-Belgique Sud ont célébré leur chapitre à Lyon, du 22 au 26 avril 2019. Tous les trois ans, comme le veulent les constitutions, ils se retrouvent en assemblée constituée par les responsables de la Province et les délégués élus par les confrères. Avec les invités, ils étaient environ 70.

      Lire la suite

    • Couleurs salésiennes 2019 : Prêt ?

      don bosco couleurs salesiennes 2019 Chaque région salésienne se prépare à vivre les couleurs salésiennes. Comme l’année dernière, ce sera une beau moment de convivialité : célébration, repas partagé, animation-jeu… chaque lieu s’organise.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : un dossier sur les élections européennes

      Don Bosco Aujourd hui 998 Du 23 au 26 mai, auront lieu les élections européennes. L’heure est-elle au repli ou à la poursuite de la construction européenne ? Des personnes engagées dans le réseau Don Bosco ou au Parlement européen osent une parole. Elles révèlent les difficultés rencontrées, leurs insatisfactions, mais aussi leur désir de voir cette Europe grandir. Vers quelles valeurs l’Europe doit-elle évoluer ?

      Lire la suite

    • Echos de la visite du Recteur Majeur, le P. Angel Artime

      Echos de la visite du Recteur Majeur Du 21 au 24 février, le responsable international des salésiens de Don Bosco, le P. Angel Artime a rendu visite à la province France – Belgique Sud. Quatre jours de rencontre, de travail, d’échange, de célébration, de fête ! Tout au long de cette visite, le Recteur majeur a pu découvrir la réalité du charisme salésien. 22 personnes, de la famille salésienne et du réseau Don Bosco, partagent ce que les ont marqués de cette visite.Logo video80

      Lire la suite

  • Société

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite