floriant volontaire madagascar vides 002 Florian Lucchini est bien connu dans le réseau du Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) ainsi qu'au VIDÈS ! Sa dernière aventure à Madagascar en juillet 2014 auprès des enfants incarcérés l'a tellement marqué, qu'il a décidé de consacrer six mois auprès des jeunes de Mahajanga dans un centre Don Bosco. Voici quelques lignes sur sa nouvelle vie.

 

 

« Dimanche 8 novembre 2015, 5h30 du matin à l'aéroport de Marseille. Un dernier regard sur ma ville à travers le hublot, la gorge nouée. Je viens de passer un des moments les plus durs de ma vie. Je me retrouve très vite pour 11h d'avion, et plein de questions en tête. Arrivé à l'aéroport d'Antananarivo, capitale de Madagascar, à 1h du matin je rencontre le Père Julien, directeur de la communauté de Majunga, où je vais passer ces six prochains mois.

 

J'entends : « on est heureux d'avoir un français avec nous »

« Le Centre Don Bosco comporte la communauté avec cinq salésiens, quatre prêtres et un frère, l'aspirandat où logent les aspirants et le Lycée Don Bosco, où 320 jeunes étudient. Il comporte six filières professionnelles : Ouvrage Bois, BTP, Ouvrage Métallique, Fabrication Mécanique, Froid et Climatisation, et Electromécanique.

 

« C'est à l'oratorio que je rencontre les quinze aspirants, la première étape pour se lancer dans la vie salésienne. Ces jeunes, qui ont entre 18 et 23 ans, ont tous pour but de devenir salésien. Dès le premier jour, j'entends : « on est heureux d'avoir un français avec nous », « on a besoin de toi pour améliorer notre niveau de français ». Avec eux je me sens à l'aise tout de suite. Quel magnifique accueil !

 

On me donne 4h de cours de français par semaine avec les aspirants !

« Les premiers jours je ne fais pas grand-chose. Mais très vite on me donne 4h de cours de français par semaines avec les aspirants. Mon gros problème, c'est que je ne suis pas prof ! Alors quelquefois, j'aime bien faire des jeux avec eux, en français bien sûr. Je les fait parler un peu la langue de Molière. Et puis j'apprends beaucoup sur leur culture, sur l'histoire du pays, et donc la nôtre aussi.

 

Je reste un peu frustré au départ... j'adore l'animation

floriant volontaire madagascar vides 001 Mon projet comme volontaire, c'était de pouvoir faire de l'animation, et avec l'oratorio, cet immense espace, et les 700 enfants qui y jouent, j'allais bien m'éclater. Mais avec trois jours d'ouverture par semaine.. il ne me reste que le dimanche où je pourrai faire de l'animation. Sur le coup, j'étais un peu frustré, car j'adore l'animation. Mais comme le dis Sœur Marie Bé1 : « une mission ça ne se choisit pas, ça se reçoit ». Donc s'ils ont besoin de moi pour du français, eh bien qu'il en soit ainsi. J'aide comme je peux. Mais je ferai tout mon possible pour organiser un Waki Waki en début de l'oratorio, c'est au moins ça !!!

 

Les jours passent et mon emploi du temps reste trop vide ! Je repense aux témoignages d'anciens volontaires, notamment à celui de Guillaume, qui était dans la même communauté il y a quelques années. Je me mets à la recherche d'occupations éducatives !

 

Je développe alors des animations à l'orphelinat Don Bosco

Maintenant, mon emploi du temps est très rempli. Je vais très souvent avec les électromécaniciens au lycée et les fait parler en français ! J'ai été pendant six ans dans cette section en France au lycée Don Bosco de Marseille. Je les aide aussi dans leur matière principale. Je me rends à « l'orphelinat Don Bosco » tous les samedis, à cinq minutes à vélo de la communauté. Les enfants sont toujours très contents de me voir. Ce n'est pas tous les jours qu'ils ont l'occasion de jouer avec un « Vazaha ».

 

« Ils sont 17 enfants, la plupart entre 5 et 7 ans. La première rencontre fut très intense. Je me suis très vite retrouvé avec 4 ou 5 enfants agrippés à moi, jouant à cache-cache, derrière mon dos. Certains ont été abandonnés à la naissance à cause de leur handicap, l'un d'eux a été retrouvé au milieu des ordures, un autre sur la plage. Des histoires comme cela, il y en a beaucoup !

 

Je devrais être bilingue à la fin de mon volontariat

J'apprends tous les jours de nouveaux mots malgaches. Entre les aspirants et les lycéens, je devrais être bilingue d'ici la fin de mon volontariat. Je trouve que c'est aussi un respect d'apprendre leur langue. Je viens dans leur pays, eux doivent apprendre ma langue pour progresser dans la vie, donc je me dois d'apprendre au moins quelques mots. Puis ça fait toujours sensation quand, au lycée, je sors un « à plus tard » ou même parfois un « taisez-vous » en malgache. Ça les fait rire, et ça contribue beaucoup à mon acceptation.

 

Je ne pensais pas me retrouver un jour à corriger des copies

Pendant les cours, certains me donnent des textes à vérifier. Je ne pensais pas me retrouver un jour à corriger des copies, que je n'ai même pas demandé d'ailleurs. Ce n'est pas en France que l'on verrait cela ! Ils ont envie de progresser, et ils font tout pour cela. Je corrige sur le temps de mes soirées, et même si je préfèrerais regarder un film sur mon ordinateur, c'est toujours avec bon cœur que je me plonge dans mes corrections.

 

Quel plus beau sentiment que de se sentir utile, aimé et accepté ?

floriant volontaire madagascar vides 003 Ma mission principale, ce sont les aspirants. Ces jeunes malgaches qui veulent devenir salésiens et qui n'ont aucune confiance en eux. Mon gros défi : leur faire prendre conscience qu'ils sont bourrés de talents, qu'ils peuvent faire de grandes choses, et que dans la vie, il faut se surpasser pour se découvrir. Je passe beaucoup de temps avec eux, que ce soit en cours ou dans la vie de tous les jours. Je les aide aussi quand je peux dans leurs tâches quotidiennes. Et même si ça les dérange de laisser un vazaha éplucher des pommes de terre, je pense qu'ils sont heureux que je participe. C'est important, pour moi, de leur montrer que si j'étais venu pour avoir mon confort et mes habitudes françaises, je serais resté en France.

 

J'aime bien ma vie ici et c'est en grande majorité grâce aux aspirants. Quel plus beau sentiment sur terre que de se sentir utile, aimé et accepté ! Tous les jours, ils me remercient d'être avec eux, de les aider en français. Mais c'est moi qui les remercie infiniment de l'accueil qu'ils me font. J'ai fêté mon premier mois sur l'île rouge avec eux. J'ai mangé à leur table, et je leur ai fait découvrir le gâteau au yaourt. Au début, ils étaient gênés car ils mangeaient seulement du riz accompagnés de quelques légumes à chaque repas. Mais là aussi, il a fallu que je leur fasse comprendre que si je voulais manger français, je ne serais pas venu à Madagascar. Je suis très heureux de partager, toutes les semaines, ce moment avec les aspirants.

 

De temps en temps, je dis un mot du soir... c'est pour moi un honneur

Je leur fait aussi, de temps en temps, le mot du soir, si personne de la communauté n'est disponible. C'est toujours pour moi un honneur quand ils me demandent cela. Me tenir devant eux, leur dire une parole avant qu'ils se couchent, sachant que ce sont les dernières phrases qu'ils entendent avant d'aller dormir. Pour moi, le mot du soir est une parole de sagesse, et c'est réservé à Jean-Marie Petitclerc2, ou quelqu'un d'aussi grand que lui, pas à moi.

 

J'ai oublié de dire : ils lisent Don Bosco Aujourd'hui. Ils me connaissaient avant que je n'arrive grâce à la lecture du site ! Je leur fais découvrir le MSJ, le Campobosco, et toutes les activités salésiennes auxquelles je participe en France. »

 

 

Florian Lucchini
28 janvier 2016

 

 

 

1 : Sœur Marie-Bé est responsable du Volontariat salésien international, le VIDÈS <revenir à la source>

2 : Le père Jean-Marie Petitclerc est notamment directeur du Campobosco.

 

 

Pour aller plus loin

Sur la page publique Facebook "Mon Aventure Malgache" de Florian

Le VIDÈS, Volontariat salésien international

 

 

 


Mot du jour

« Que veux-tu que je fasses pour toi ? »

Dieu à l’écoute de mon désir profond, mon désir de vivre malgré les circonstances de la réalité complexe.

Il est proche de ceux qui l'invoquent, De tous ceux qui l'invoquent en vérité.

Il répond au désir de ceux qui le craignent ; Il écoute leur cri : il les sauve (Ps 145)

Le psaume le dit avec enthousiasme : dès que nous exprimons la moindre envie de vivre, au moment où notre volonté de vivant bourgeonne à nouveau, Dieu veut lui aussi y répondre, même si cela prend du temps dans notre existence humaine. Il ne rate jamais une occasion de satisfaire notre demande de vie, surtout quand c’est devenu pour nous une affaire de vie ou de mort.

Et si nous n’en voulons plus, parce que nous n’en pouvons plus …

Alors demandons-Lui de renaître à son désir à Lui.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent : Tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

Tu ouvres ta main : Tu rassasies pour tout vivant, le plaisir, la volonté.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Don Bosco et les rois de Piémont - Savoie

      don bosco et les rois 01 Don Bosco respectait et aimait ses souverains, tout en donnant son avis lors de certaines réformes qui s’en prenaient à la religion et au Pape. Deux rois ont été bienveillants à son égard et soutiens de ses œuvres : Charles-Albert et Victor-Emmanuel II. Qui était ces rois ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : un dossier sur Don Bosco Action Sociale

      dba 995 couv Cette année ont eu lieu les premières assises du réseau Don Bosco Action Sociale. Un rendez-vous important où les cadres des associations qui constituent ce réseau ont pu exprimer leurs attentes et définir des pistes d’actions à venir. Pourquoi se fédérer ? Quels sont les enjeux ? Les acteurs de l’action sociale du réseau témoignent.

      Lire la suite

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite

    • Venue du P. Angel Artime, 10è successeur de Don Bosco, en février 2019 en France et Belgique-Sud

      SAVE THE DATE* !!! Le 10è successeur de Don Bosco, le Père Angel Artime, rendra visite à notre province salésienne France-Belgique Sud en février 2019. Il sera en région PACA le 21 février, à Lyon le 22 février, à Paris le 23 février et à Bruxelles le 24 février. Quelle joie de l'accueillir parmi nous ! Cela n'arrive pas tous les ans !!! Faisons de cette occasion une fête. Profitons de sa venue pour nous rassembler avec les jeunes en famille salésienne et en réseau Don Bosco. Certes, la date prévue n'est pas sans doute pas idéale, mais nous dépendons de son calendrier bien chargé... Soyons créatifs pour rendre chaque journée inoubliable et refléter fidèlement l'actualité du charisme de notre fondateur bien vivant en France et en Belgique Sud. (* Réservez la date !)

    • Couleurs Salésiennes : réunis par région autour de Don Bosco

      couleurs salesiennes 2018 04 C’est à Liège, en région lyonnaise - au château du Passage - (1er mai), Paris (22 mai) et Lille (30 mai), qu’ont eu lieu les journées régionales des Couleurs Salésiennes. L’objectif est de renforcer l’esprit de famille entre les différentes branches de la Famille salésienne et d’ouvrir les horizons. Une belle occasion d’inviter les proches, les parents d’élèves… Le pari a été réussi ! Découvrez les témoignages de participants.

      Lire la suite

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

  • Société

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite

    • Une sélection de films pour l’été

      film ete 2018 Alors que nous commençons les vacances d’été, Don Bosco Aujourd’hui vous propose une sélection de films à voir après la plage, en famille. Voici quelques coups de cœur de la rédaction, proposés par Florent Leruste, salésien de Don Bosco.

      Lire la suite

    • Carnet d’exil, le voyage de Khairollah

      Khairollah Karl Joseph 1 Émus par le témoignage de Khairollah, jeune réfugié Afghan de 15 ans, une classe de Bac Pro en Aquaculture de l’ISETA de Poisy (établissement d'Annecy associé au réseau Don Bosco) a décidé de faire de son récit un livre. Leur but ? Toucher le lecteur avec cette histoire qu’ils ont partagée avec émotion.

      Lire la suite