temoignage quentin campus pouille 027 Dans l’élan du Défi Citoyenneté, Quentin Chauveau, 17 ans, en Terminal Bac pro paysagiste au Campus de Pouillé, près d’Angers, a pris de nombreuses responsabilités. Qu’est ce qui anime ce jeune de l’Ouest ? 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Que fais-tu cette année, en dehors de tes études ?

Quentin Chauveau : Je suis délégué d'établissement et délégué des conseils de discipline des établissements agricoles (CNEAP) de ma région. Je fais également partie du groupe des éco délégués du Campus et du nouveau Conseil Citoyen de Vie Lycéenne (CCVL). Et, en dehors du cadre scolaire, j'ai passé mon diplôme d'initiateur en aviron pour entrainer les débutants.

 

DBA : Qu’est ce qui t’a amené à prendre des responsabilités ?

Quentin : La première raison est liée à l’établissement salésien, le Campus de Pouillé, qui a su me donner des responsabilités. La seconde est le jour où j'ai participé au rassemblement "Sur les pas de Don Bosco" où j’ai préparé la veillée d'accueil. Cela m'a permis de découvrir qui est Don Bosco. Cela m’a donné envie de m'investir dans mon lycée.

 

DBA : Le fonctionnement de la République des enfants a-t-il inspiré tes projets ?

Quentin : L’intervention de Simon-Pierre dans notre lycée m’a permis de comprendre le fonctionnement et l’utilité de la République des Enfants. Nous avons élaboré de groupes pour former un grand village, constitué de petites fraternités. Ensemble nous avons simulé un problème dans un groupe, le vol d’un portable. Nous l’avons résolu de la même façon que s’il avait eu lieu à la République des Enfants. Cela m’a permis de comprendre quel pouvait être mon rôle dans un établissement.

 

DBA : Pour te présenter comme délégué d’établissement, tu as choisi l’image du leader. Qu’est-ce qu’un bon leader pour toi ? Pourquoi cette image t’inspire ?

Quentin : C’est une personne qui est là pour montrer l'exemple aux autres, mais surtout pour les aider à faire avancer leurs projets dans les moments difficiles. Cela m'inspire car j'ai trouvé une réelle vocation à aider les autres. Je me suis rendu compte que cela m'apportait beaucoup.

 

DBA : Au cours de la journée à Bruxelles tu as parlé de l’un de tes talents : savoir parler aux adultes. Quels sont les autres rôles importants que doivent tenir les jeunes quand vous montez un projet ?

Quentin : Les jeunes peuvent s’impliquer dans des tas de rôles : la gestion, la communication, l'étude du projet. Par exemple, lors d'une soirée des terminales au Campus, un groupe devait s’occuper des fonds pour la location du matériel, un autre de la création des équipes, un autre de la communication... Nous avons également besoin d’un très bon animateur. C’est primordial pour ces soirées-là !

 

DBA : Quels sont les ingrédients d’un projet réussi ?

Quentin : Il faut une bonne organisation et surtout beaucoup d'envie. C'est l’envie qui fait vivre un projet.

 

temoignage quentin campus pouille 026 Le CCVLDBA : Peux-tu donner un exemple d’une bonne collaboration élèves/adultes ?

Quentin : A l’occasion du Carême, l’établissement nous demande de donner le nom d’une association à laquelle l’un de nous participe pour que les ressources de « l’assiette frites » lui soient reversées. Du coup, nous avons dû nous organiser pour communiquer et faire fonctionner le jury. Le choix de l'association est maintenant soumis à un règlement qui permet de choisir la demande d’aide la plus pertinente.

 

LE CCVL

 

Le Conseil Citoyen de Vie Lycéenne au Campus de Pouillé, créé en novembre 2015, est composé de dix jeunes. Chaque section de l’établissement est représentée : générale et professionnelle. Deux réunions ont lieu tous les mois : une réunion avec les adultes, une réunion entre jeunes.

DBA : Qu’est-ce que tu préfères le plus dans un projet : la recherche d’idées, le dialogue avec les adultes, le management ?

Quentin : Ce que je préfère dans un projet, c’est le moment où chaque personne donne ses idées. Nous fonctionnons ainsi dans notre nouveau Conseil Citoyen de Vie Lycéenne. C’est génial. Car, après le tour de table, on colle bout à bout les idées et cela nous donne un super projet. Et surtout quand le projet aboutit et que ça plait à toutes les personnes. Là on peut dire que "c'est la cerise sur le gâteau".

 

« Je me suis redécouvert avec Don Bosco »

 

DBA : Et pour toi ? Qu'est-ce que cela t'apporte ? 

Quentin : Je me suis redécouvert avec Don Bosco,  il m'a permis de libérer toute mon énergie positive et de la mettre au service des autres. La phrase importante pour moi c’est : "Sans toi je ne peux rien faire". Aussi "J'ai fait le brouillon mettez-y les couleurs". C'est vrai que c'est à nous, les jeunes, de changer les choses d'aujourd'hui pour demain.

 

 

Propos recuillis par Hélène Boissière Mabille
30 juin 2016

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite