Gerard Schaffhauser Wittenheim L'année 1994, Gérard Schaffhauser est retenu par les religieuses salésiennes pour diriger le lycée professionnel Don Bosco de Wittenheim. Vingt ans plus tard, il est l'heure pour lui de partir à la retraite. Aujourd'hui, le lycée de Wittenheim fait figure de lycée technologique exemplaire, résolument tourné vers les jeunes en difficulté. Bilan de ces vingt années d'exercice.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Quelle était la mission qui vous tenait le plus à cœur ?

Gérard Schaffauser : Du tac au tac : « s’adresser aux plus humbles ». Les religieuses ont démarré l’école ménagère en 1938 en vue de former des épouses et des mamans en bonne chrétienne. Mais, très vite, elles se sont lancées dans les métiers nouveaux : sténo-dactylo, employés techniques de collectivité, et ont ainsi participé à l’indépendance de la femme. C’est un élément qui m’a séduit dès mon arrivée au lycée Don Bosco Wittenheim.

D.B.A. : Comment avez-vous vécu votre venue dans une école Don Bosco ?

G.S. : Comme une continuité ! Durant ces années 80-90, ma femme et moi avons connu et accompagné de nombreux chamboulements dans notre paroisse. Nous avons organisé, les premiers camps mixtes ! Ce n’était pas toujours bien vu par les autorités. Alors, travailler au sein de la famille salésienne a été totalement en accord avec mes pratiques et mes idées.

D.B.A. : Quelle ont été vos plus belles réussites dans l'établissement ?

G.S. : J'en compte trois. Une équipe qui y croit, qui se plie en quatre pour faire progresser les jeunes qui n’aiment pas trop l’école. Un cadre de travail agréable, transformé pour accueillir des élèves avec des équipements adaptés. Des projets menés en parfaite intelligence avec les partenaires extérieurs, la ville de Wittenheim, le diocèse de Strasbourg, la Région Grand Est, les parents d’élèves, les anciens, les coopérateurs et tous les amis qui ont du respect et de la reconnaissance envers l’établissement. Autres satisfactions, l’aménagement de la chapelle St François de Sales et la création du groupe Sawio qui prolonge l'esprit de la maison où vivaient les sœurs avant leur triste départ l'an dernier. Toute une histoire !

D.B.A. : Quels ont été les plus fidèles alliés ?

G.S. : J’ai pu compter sur des personnes dévouées et passionnées. Les membres du Comité Directeur (OGEC) qui m’ont suivis dans des projets inattendus et originaux, mes proches collaborateurs, le conseil de direction. Sans oublier mes collègues avec lesquelles nous avons expérimenté le co-enseignement en Quatrième Techno puis ensuite en SEGPA. Que du bonheur ! Et l’équipe pastorale, avec qui l’interreligieux a pris toute sa place dans notre établissement aux 1000 couleurs.

D.B.A. : Une anecdote ?

G.S. : Il y a de quoi écrire un livre ! Une qui m’est restée gravée, c’était au cours d’un conseil de discipline. Eh oui ! J’en ai fait quelques-uns car, après avoir épuisé tous les dispositifs, il faut à un moment savoir gérer. Nous étions installés dans le salon, et le papa de l’élève concerné nous a avoué être arrivé à pied car son fils lui a emprunté sa voiture ! Ce fils mineur, n’avait pas le permis ! La sanction a été de le «mettre à distance » (selon le Père Jean-Marie Petitclerc). Pas chez lui mais chez son oncle au Sénégal. J'ai appris dernièrement que cet éloignement lui a été bénéfique, il est revenu auprès des siens, employé dans les métiers de l’automobile, marié et père de famille.

D.B.A. : Et une déception ?

G.S. : Il m’en reste une : c’est la fermeture du CAP GDPU (Gestion de Déchets et Propreté Urbaine) que nous avons assuré pendant dix ans avec des élèves orientés par défaut. C’est vrai que l’appellation n’était pas encourageante : dans la maison nous l’avons appelé MDE (Métiers de l’Environnement) puis ECOTRI. Un excellent souvenir quand même : nos élèves ont participé au nettoyage des plages de Belle-Ile après la catastrophe de l’Erica. Mais on s’épuise à force... et nous l’avons transformé en ECMS (Employé de Commerce Multi-Spécialités) avec la « bénédiction » du Rectorat.

D.B.A. : La session de formation des chefs d'établissements du réseau salésien a eu pour thème le bien-être au travail. Que pensez-vous de ce thème ?

G.S. : Cela a toujours été ma préoccupation. Dans mon premier emploi de technicien-dépanneur en usine, j’ai été syndiqué et élu au service des ouvriers et employés. Dans mon second emploi, professeur de Techno, je me suis engagé davantage dans la vie associative. Comme directeur, le bien-être se vit davantage au quotidien, cela passe parfois par de toutes petites choses. Ce qui est drôle, c’est que la prochaine AG de l’UNETP (Union nationale de l'enseignement technique privé), à laquelle je participe comme vice-président, portera sur le même thème !

Pour moi, la phrase de Conficius est toujours d’actualité : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez jamais à travailler un seul jour dans votre vie ».

Le nouveau directeur de Wittenheim 

Depuis la rentrée de septembre 2016, Gérard Schaffhauser a été remplacé par Dominique Picques.

D.B.A. : Qu’aimeriez-vous dire à un futur directeur qui entre dans le réseau salésien ?

G.S. : Qu’il entre dans une famille formidable, qu’il est possible d’aller au bout de bien des projets, que l’écoute est au service du progrès. Je dirais aussi que dans une maison, qui est avant tout un lieu de formation, il n’y a pas de fin. C’est un éternel recommencement sans aucune routine ni ennui !

 

Propos recueillis par Hélène Boissière-Mabille

 


Mot du jour

Dans toute recherche de foi, il n’y a pas un catalogue de valeurs mais une personne : Jésus, qui nous pose une question : « Pour vous qui suis-je ? » Certains répondront un sage, un des grands inspirés de notre histoire humaine !

« Tu es le Messie de Dieu ». Jésus accepte cette profession de foi de Pierre, mais tout de suite, il chasse les rêves de puissance et de triomphe des disciples.

Souvent nous sommes habités par des rêves de réussite, de reconnaissance. Au cœur de notre marche de foi, il y a quelqu’un qui nous invite à Le reconnaître. Reconnaître qui est Jésus, c’est accepter son chemin de serviteur souffrant et marcher librement à sa suite. L’Evangile n’est pas un carcan, mais un appel à nous livrer, telle une voile, au vent de l’Amour !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Les Salésiens de Don Bosco dans un pays
en mutation : le Vietnam
Voir l'article

Jean-Marie Petitclerc, sdb : l’utilité
du système préventif (3/3)
Voir l'article

Père Fabio Attard : Comment peut-on faire
évlouer la pastorale des jeunes ?
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

    • Don Bosco dans la collection « Grande Figure de la Spiritualité Chrétienne »

      grande figure spiritualite chretienne Jean-Marie Petitclerc, Michael Lonsdale, un magnifique duo réuni dans un livre : Don Bosco, édité au sein de la collection : Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne. 40 volumes consacrés à 40 saints. La collection « Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne », dirigée par Michael Lonsdale, présente le saint patron des salésiens dans un beau livre accompagné d’un CD.

      Lire la suite

    • « Un jeune à la foi » : 24 jeunes écrivent sur leur foi. Un livre pour tous !

      Un jeune a la foi C’est à partir de la description d’un objet que 24 jeunes du MSJ (Mouvement Salésien des Jeunes) ont souhaitaient exprimer leur foi… Une foi vivante et présente dans le quotidien de chacun… Le credo se vit au détour d’une rose, d’une chemise scoute, d’un abonnement de train, d’un peignoir, d’un diamant ou encore d’une paire de skis. Une invitation à regarder ce qui nous entoure… autrement !Logo video80

      Lire la suite

    • « La refonte du site des Editions Don Bosco est une belle expérience. »

      site EDB Comme l’a voulu Don Bosco, la communication des livres et des ouvrages est un levier essentiel de développement des jeunes. Le site des Éditions Don Bosco, editions-donbosco.fr, permet ainsi de se procurer tous les livres de la bibliothèque par correspondance, de manière simple. La refonte de ce site est une belle aventure menée par plusieurs bénévoles, dont Françoise Quéval, une ancienne élève de l’école la Providence et David Viagulasamy, responsable de projet internet et digitaux.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Éduquer à l’esprit critique

      Couverture DBA 993 Assez de préjugés et d’idées toutes faites ! Attention aux gourous, aux vérités « absolues » qui s’habillent d’idéalisme. Mais qui croire dans le foisonnement de propositions et de « vérités » partielles ? Voici le nouveau numéro Don Bosco Aujourd’hui. Son thème ? Eduquer à l’esprit critique.

      Lire la suite

  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite

    • Développer l’esprit critique dans toutes les matières

      esprit critique educateurs Avec les nouveaux moyens de communication, les jeunes ont bien du mal à prendre du recul par rapport aux informations qu'ils reçoivent dans leur entourage ou par les médias. Qu'en disent les profs ?

      Lire la suite

    • Pourquoi des cours d’Enseignement Moral et Civique ?

      esprit critique dossier lacomba 02 Suite aux attentats, l’Education Nationale a demandé aux professeurs « une grande mobilisation pour les valeurs de la République. » Comment cela se traduit concrètement ? Par la mise en place d’Enseignement Moral et Civique. Don Bosco Aujourd’hui est allé interroger, Hélène Lacombat, professeur au lycée Notre Dame des Minimes.

      Lire la suite