jalil animateur a ganshoren 002 Chaque année, le camp Don Bosco Ganshoren ouvre ses portes à une centaine d'enfants encadré par dix animateurs et deux sœurs salésiennes. Parmi ces dix animateurs, de nombreux jeunes ont eux-mêmes été enfants du centre. Ils se construisent aussi leur identité d'adulte après un parcours d'adolescent parfois compliqué. Celui de Jallil était particulièrement chaotique. Aujourd'hui, il est exemplaire.

 

Dans ma vie, je n’ai pas toujours été un ange mais grâce au camp Don Bosco Ganshoren, je commence à m’en sortir. Vous pouvez écrire tout ce que je vais vous dire car Don Bosco m’a aidé et si, à mon tour, je peux en aider d’autres alors je raconte sans problème mes erreurs.

« Vous pouvez écrire tout ce que je vais vous dire car Don Bosco m’a aidé »

J’étais dans un lycée pour me préparer à devenir animateur sportif et éducateur, dans une classe mal fréquentée. Je me suis laissé entraîner et les problèmes ont commencé. D’abord au lycée où je me mettais en colère très vite : une petite parole que je trouvais blessante pouvait déclencher en moi une violence terrible. J’ai été arrêté plusieurs fois par la police. Une fois, au volant d’une voiture volée - mais je ne savais pas qu’elle était volée. Une autre fois, assis à l’arrière d’une moto et le gars a démarré comme une bombe... Et une autre fois, parce que les policiers m’ont entendu employer l’expression « poulet » à proximité d’eux...

jalil animateur a ganshoren 001 jalil animateur a ganshoren 004

 

« Au moindre faux pas, c’est la prison pour mineur »

Enfant, j’ai vécu avec un cousin plus grand que moi qui m’était très cher. Il m’apprenait beaucoup de choses ; il venait me chercher à l’école pour me protéger des grands. C’était mon modèle. Et un jour, parce qu’il tournait mal, il a été envoyé chez son père au Maroc. J’ai eu la haine en moi depuis ce moment-là.

Cette année, cinq ans après son départ, mon cousin est revenu en Belgique. Quand j’ai vu ce qu’il était devenu, j’ai eu un choc. Et c’est seulement là que j’ai compris que si je le suivais, je glisserai sur la mauvaise pente. Je ne veux pas devenir comme lui. Surtout qu’on m’a dit qu’au moindre faux pas, c’est la prison pour mineur.

On m’a demandé d’aller rencontrer quelqu’un dans une association pour la prévention de la délinquance. La dame qui m’a reçue m’a dit : « J’ai vu tous les rapports de justice sur toi, je vais essayer de t’aider. » J’ai rencontré une psychologue - si on m’avait dit, il y a un an, que j’accepterais de rencontrer une psychologue, je ne l’aurai jamais cru. Mais j’y suis allé et j’ai pu dire toute la haine, la violence contenue en moi. Elle m’a écouté et cela m’a beaucoup aidé. La responsable de l’association m’a proposé de m’inscrire dans un club de boxe pour que toute la charge de violence en moi puisse sortir.

« Certains pensent que l’école, la famille sont une prison.
Mais c’est le contraire »

Depuis que j’ai eu le rendez-vous avec cette psy, je me sens beaucoup mieux. Dès le lendemain du premier rendez-vous, j’avais retrouvé la joie de vivre. Depuis, je me suis mis à lire, j’écoute des débats. Je comprends que l’école, la famille sont là pour nous aider à nous construire. Certains pensent que l’école, la famille sont une prison. Mais c’est le contraire. Tout le monde devrait aller visiter le cimetière, l’hôpital et la prison : ce sont trois lieux que tout le monde devrait avoir visité pour comprendre la valeur de la vie.

« Le cimetière, l’hôpital et la prison : tout le monde
devrait les visiter pour comprendre la valeur de la vie »

 Animation Don Bosco à Ganshoren

« On pourrait faire quelque chose pour les jeunes du quartier » a dit un jour un jeune interne de Ganshoren (Bruxelles). Ainsi a commencé ce camp de loisirs, il y a 10 ans. Cet été, il a réuni 80 enfants et adolescents et 20 jeunes animateurs du quartier, de toutes confessions religieuses et de toutes cultures pendant 15 jours. Le tout coordonné par quatre sœurs salésiennes. Au programme : ateliers créatifs, grands jeux, mais aussi sortie à la piscine, à la mer, rencontres de témoins… sans oublier le spectacle  final offert à tous les parents.

J’apprends à parler avec celui que je ne peux pas encaisser et à la fin on peut même devenir amis et s’entraider. Dans la vie, il faut se donner des objectifs et non pas vivre au jour le jour seulement pour gagner de l’argent.

Au centre de loisirs, « je ne faisais pas de bêtises »

Dans toutes ces difficultés, le camp Don Bosco Ganshoren que j’ai fait chaque année m’a beaucoup aidé. Les jeunes que j’y ai rencontrés m’ont donné envie de revenir. Là, je ne faisais pas de bêtises. Et, un jour, on m’a fait confiance et je suis devenu animateur. Ici, à Don Bosco, ce que j’aime c’est la communication entre animateurs. On peut parler ouvertement, dire ce qui ne va pas. Il y a quelquefois des débordements mais tout se règle par la parole et non pas par la violence. On ne garde pas tout sur le cœur et on dort tranquille quand on s’est parlé. C’est un peu comme une famille. On se connaît depuis 10 ans. Les nouveaux, enfants ou jeunes, sont toujours très bien accueillis. On essaye de les intégrer dans nos groupes d’âge, quelle que soit la couleur de leur peau, leur culture d’origine. Chacun trouve à qui parler. On pense à tout le monde. Même si on a plus d’amitié pour l’un ou l’autre, on s’ouvre à tous.

jalil animateur a ganshoren 005 jalil animateur a ganshoren 006  

 

« Je peux parler avec des jeunes qui ont vécu quelque chose de difficile »

Quand on est animateur, on repère un jeune qui nous semble avoir l’étoffe d’un animateur et on le prend un peu sous son aile pour le former à devenir animateur à son tour. Mon maître à moi, c’était Renaud et à mon tour, maintenant je forme Nassim.

Dans ma vie, je n’ai pas grandi avec tout ce que je voulais. J’ai perdu des proches très vite et à cause de ce que j’ai vécu, je peux parler avec des jeunes qui ont vécu quelque chose de difficile. Je veux essayer de les aider.
A la rentrée, je vais dans un tout autre quartier où personne ne me connaît, dans une nouvelle école pour devenir « agent d’éducation ». C’est comme une page blanche qui s’ouvre devant moi.


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite