jalil animateur a ganshoren 002 Chaque année, le camp Don Bosco Ganshoren ouvre ses portes à une centaine d'enfants encadré par dix animateurs et deux sœurs salésiennes. Parmi ces dix animateurs, de nombreux jeunes ont eux-mêmes été enfants du centre. Ils se construisent aussi leur identité d'adulte après un parcours d'adolescent parfois compliqué. Celui de Jallil était particulièrement chaotique. Aujourd'hui, il est exemplaire.

 

Dans ma vie, je n’ai pas toujours été un ange mais grâce au camp Don Bosco Ganshoren, je commence à m’en sortir. Vous pouvez écrire tout ce que je vais vous dire car Don Bosco m’a aidé et si, à mon tour, je peux en aider d’autres alors je raconte sans problème mes erreurs.

« Vous pouvez écrire tout ce que je vais vous dire car Don Bosco m’a aidé »

J’étais dans un lycée pour me préparer à devenir animateur sportif et éducateur, dans une classe mal fréquentée. Je me suis laissé entraîner et les problèmes ont commencé. D’abord au lycée où je me mettais en colère très vite : une petite parole que je trouvais blessante pouvait déclencher en moi une violence terrible. J’ai été arrêté plusieurs fois par la police. Une fois, au volant d’une voiture volée - mais je ne savais pas qu’elle était volée. Une autre fois, assis à l’arrière d’une moto et le gars a démarré comme une bombe... Et une autre fois, parce que les policiers m’ont entendu employer l’expression « poulet » à proximité d’eux...

jalil animateur a ganshoren 001 jalil animateur a ganshoren 004

 

« Au moindre faux pas, c’est la prison pour mineur »

Enfant, j’ai vécu avec un cousin plus grand que moi qui m’était très cher. Il m’apprenait beaucoup de choses ; il venait me chercher à l’école pour me protéger des grands. C’était mon modèle. Et un jour, parce qu’il tournait mal, il a été envoyé chez son père au Maroc. J’ai eu la haine en moi depuis ce moment-là.

Cette année, cinq ans après son départ, mon cousin est revenu en Belgique. Quand j’ai vu ce qu’il était devenu, j’ai eu un choc. Et c’est seulement là que j’ai compris que si je le suivais, je glisserai sur la mauvaise pente. Je ne veux pas devenir comme lui. Surtout qu’on m’a dit qu’au moindre faux pas, c’est la prison pour mineur.

On m’a demandé d’aller rencontrer quelqu’un dans une association pour la prévention de la délinquance. La dame qui m’a reçue m’a dit : « J’ai vu tous les rapports de justice sur toi, je vais essayer de t’aider. » J’ai rencontré une psychologue - si on m’avait dit, il y a un an, que j’accepterais de rencontrer une psychologue, je ne l’aurai jamais cru. Mais j’y suis allé et j’ai pu dire toute la haine, la violence contenue en moi. Elle m’a écouté et cela m’a beaucoup aidé. La responsable de l’association m’a proposé de m’inscrire dans un club de boxe pour que toute la charge de violence en moi puisse sortir.

« Certains pensent que l’école, la famille sont une prison.
Mais c’est le contraire »

Depuis que j’ai eu le rendez-vous avec cette psy, je me sens beaucoup mieux. Dès le lendemain du premier rendez-vous, j’avais retrouvé la joie de vivre. Depuis, je me suis mis à lire, j’écoute des débats. Je comprends que l’école, la famille sont là pour nous aider à nous construire. Certains pensent que l’école, la famille sont une prison. Mais c’est le contraire. Tout le monde devrait aller visiter le cimetière, l’hôpital et la prison : ce sont trois lieux que tout le monde devrait avoir visité pour comprendre la valeur de la vie.

« Le cimetière, l’hôpital et la prison : tout le monde
devrait les visiter pour comprendre la valeur de la vie »

 Animation Don Bosco à Ganshoren

« On pourrait faire quelque chose pour les jeunes du quartier » a dit un jour un jeune interne de Ganshoren (Bruxelles). Ainsi a commencé ce camp de loisirs, il y a 10 ans. Cet été, il a réuni 80 enfants et adolescents et 20 jeunes animateurs du quartier, de toutes confessions religieuses et de toutes cultures pendant 15 jours. Le tout coordonné par quatre sœurs salésiennes. Au programme : ateliers créatifs, grands jeux, mais aussi sortie à la piscine, à la mer, rencontres de témoins… sans oublier le spectacle  final offert à tous les parents.

J’apprends à parler avec celui que je ne peux pas encaisser et à la fin on peut même devenir amis et s’entraider. Dans la vie, il faut se donner des objectifs et non pas vivre au jour le jour seulement pour gagner de l’argent.

Au centre de loisirs, « je ne faisais pas de bêtises »

Dans toutes ces difficultés, le camp Don Bosco Ganshoren que j’ai fait chaque année m’a beaucoup aidé. Les jeunes que j’y ai rencontrés m’ont donné envie de revenir. Là, je ne faisais pas de bêtises. Et, un jour, on m’a fait confiance et je suis devenu animateur. Ici, à Don Bosco, ce que j’aime c’est la communication entre animateurs. On peut parler ouvertement, dire ce qui ne va pas. Il y a quelquefois des débordements mais tout se règle par la parole et non pas par la violence. On ne garde pas tout sur le cœur et on dort tranquille quand on s’est parlé. C’est un peu comme une famille. On se connaît depuis 10 ans. Les nouveaux, enfants ou jeunes, sont toujours très bien accueillis. On essaye de les intégrer dans nos groupes d’âge, quelle que soit la couleur de leur peau, leur culture d’origine. Chacun trouve à qui parler. On pense à tout le monde. Même si on a plus d’amitié pour l’un ou l’autre, on s’ouvre à tous.

jalil animateur a ganshoren 005 jalil animateur a ganshoren 006  

 

« Je peux parler avec des jeunes qui ont vécu quelque chose de difficile »

Quand on est animateur, on repère un jeune qui nous semble avoir l’étoffe d’un animateur et on le prend un peu sous son aile pour le former à devenir animateur à son tour. Mon maître à moi, c’était Renaud et à mon tour, maintenant je forme Nassim.

Dans ma vie, je n’ai pas grandi avec tout ce que je voulais. J’ai perdu des proches très vite et à cause de ce que j’ai vécu, je peux parler avec des jeunes qui ont vécu quelque chose de difficile. Je veux essayer de les aider.
A la rentrée, je vais dans un tout autre quartier où personne ne me connaît, dans une nouvelle école pour devenir « agent d’éducation ». C’est comme une page blanche qui s’ouvre devant moi.


Mot du jour

Dans nos activités de tous les jours, il nous arrive d’être fatigués et même découragés.

Écoutons St François de Sales nous encourager : « Hé ! Ne connais-tu pas que tu es en chemin ? Et que le chemin n’est pas fait pour s’asseoir mais pour marcher ? Il est tellement fait pour marcher que marcher s’appelle : cheminer. »

Cheminons vers la vie, cheminons vers Dieu !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Les Salésiens de Don Bosco dans un pays
en mutation : le Vietnam
Voir l'article

Jean-Marie Petitclerc, sdb : l’utilité
du système préventif (3/3)
Voir l'article

Père Fabio Attard : Comment peut-on faire
évlouer la pastorale des jeunes ?
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

    • Don Bosco dans la collection « Grande Figure de la Spiritualité Chrétienne »

      grande figure spiritualite chretienne Jean-Marie Petitclerc, Michael Lonsdale, un magnifique duo réuni dans un livre : Don Bosco, édité au sein de la collection : Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne. 40 volumes consacrés à 40 saints. La collection « Les Grandes Figures de la Spiritualité Chrétienne », dirigée par Michael Lonsdale, présente le saint patron des salésiens dans un beau livre accompagné d’un CD.

      Lire la suite

    • « Un jeune à la foi » : 24 jeunes écrivent sur leur foi. Un livre pour tous !

      Un jeune a la foi C’est à partir de la description d’un objet que 24 jeunes du MSJ (Mouvement Salésien des Jeunes) ont souhaitaient exprimer leur foi… Une foi vivante et présente dans le quotidien de chacun… Le credo se vit au détour d’une rose, d’une chemise scoute, d’un abonnement de train, d’un peignoir, d’un diamant ou encore d’une paire de skis. Une invitation à regarder ce qui nous entoure… autrement !Logo video80

      Lire la suite

    • « La refonte du site des Editions Don Bosco est une belle expérience. »

      site EDB Comme l’a voulu Don Bosco, la communication des livres et des ouvrages est un levier essentiel de développement des jeunes. Le site des Éditions Don Bosco, editions-donbosco.fr, permet ainsi de se procurer tous les livres de la bibliothèque par correspondance, de manière simple. La refonte de ce site est une belle aventure menée par plusieurs bénévoles, dont Françoise Quéval, une ancienne élève de l’école la Providence et David Viagulasamy, responsable de projet internet et digitaux.

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Éduquer à l’esprit critique

      Couverture DBA 993 Assez de préjugés et d’idées toutes faites ! Attention aux gourous, aux vérités « absolues » qui s’habillent d’idéalisme. Mais qui croire dans le foisonnement de propositions et de « vérités » partielles ? Voici le nouveau numéro Don Bosco Aujourd’hui. Son thème ? Eduquer à l’esprit critique.

      Lire la suite

  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite

    • Développer l’esprit critique dans toutes les matières

      esprit critique educateurs Avec les nouveaux moyens de communication, les jeunes ont bien du mal à prendre du recul par rapport aux informations qu'ils reçoivent dans leur entourage ou par les médias. Qu'en disent les profs ?

      Lire la suite

    • Pourquoi des cours d’Enseignement Moral et Civique ?

      esprit critique dossier lacomba 02 Suite aux attentats, l’Education Nationale a demandé aux professeurs « une grande mobilisation pour les valeurs de la République. » Comment cela se traduit concrètement ? Par la mise en place d’Enseignement Moral et Civique. Don Bosco Aujourd’hui est allé interroger, Hélène Lacombat, professeur au lycée Notre Dame des Minimes.

      Lire la suite