Laure Helene Cooperatrice pteIl n'est pas courant de voir aujourd'hui des jeunes s'engager comme salésiens coopérateurs. Et pourtant ! Laure-Hélène Randon, une jeune femme de vingt-quatre ans de Poitiers, vient de faire avec joie sa promesse de salésienne coopératrice. C'était lors du Campobosco 2012 en présence de très nombreux jeunes. Portrait d'une jeune femme pleine d'enthousiasme.

 

 

DBA. Comment as-tu connu les Salésiens de Don Bosco ?


Laure-Hélène : On peut dire que je suis tombée dans la marmite salésienne quand je suis née : je suis la petite cousine du père Albert Chambe, un prêtre salésien. C'est lui qui m'a baptisée. Mes parents ont également rencontré au Congo, un autre prêtre salésien, le père Alain Vandamme, qui m'a fait faire ma première communion. C'est grâce à lui que j'ai redécouvert la foi car je dois dire que je n'avais pas compris grand-chose au catéchisme. C'était très sympa : il venait chez nous. On s'installait dans le jardin et il faisait ainsi le catéchisme à toute la famille en même temps.Malheureusement, ce père que nous aimions tant est mort dans un accident et le père Chambe rapidement après, ce qui a un peu coupé nos ponts avec la famille salésienne.

 

DBA. Après cette rupture, comment as-tu renoué alors avec Don Bosco ?


L-H : Quand on est arrivé à Poitiers, nous nous sommes lancés dans le scoutisme. Nous y sommes devenus très amis de jeunes dont les parents étaient Salésiens coopérateurs. Ils ont proposé à mes parents de faire partie de leur groupe et c'est ainsi que mes parents sont devenus salésiens coopérateurs à leur tour. Nous, les enfants, on les suivait à ces rencontres avec beaucoup de bonheur.

 

SALESIENS COOPERATEURS

Les salésiens coopérateurs sont actifs en France et en Belgique. Ce sont des laïcs qui s'efforcent de vivre chaque jour la mission proposée par Don Bosco.

 

Les coopérateurs sont des chrétiens auxquels le Saint-Esprit a inspiré et fait choisir de vivre toutes les valeurs de la vie chrétienne laïque de manière salésienne sous une forme fraternelle. 

 

Ils sont organisés en communion avec les autres branches de la Famille salésienne, mais ils sont insérés dans l'Église locale et universelle où ils s'engagent selon leur situation personnelle et leurs capacités personnelles.

 

 

 

DBA. Qu'est-ce qui t'a donné envie de devenir salésienne coopératrice ?


L-H : Le témoignage de mes parents et de ces amis. Ici à Lyon, vivre le quotidien salésien est facile : il y a les paroisses salésiennes, les communautés religieuses et beaucoup de propositions pour vivre l'esprit de Don Bosco. Mais à Poitiers, c'est moins facile. Mes parents, malgré les décès de nos amis prêtres salésiens, malgré la difficulté de se trouver loin de toute présence salésienne, nous ont élevés dans l'esprit de don Bosco. Ils se sont accrochés et c'est pour moi un très beau témoignage.

 

DBA. Comment envisages-tu de vivre ta vocation de salésienne coopératrice ?


L-H : A court terme, je souhaite continuer mes engagements auprès des Salésiens comme le MSJ ou le Vides. A plus long terme, vivre selon Don Bosco dans la vie de tous les jours. C'est-à-dire vivre la rencontre de l'autre dans l'esprit salésien : lui porter de l'intérêt, avoir de la bienveillance à son égard, cultiver la joie, la simplicité. Et enraciner tout cela dans une vie de prière et de foi chrétienne.

 

DBA. Tu viens de finir tes études d'infirmière, quel projet d'avenir as-tu ?


L-H : Je voudrais d'abord travailler en Europe pour prendre de bonnes habitudes professionnelles. J'avais fait le projet de partir ensuite quelques mois en volontariat au Kenya dans une mission salésienne. Mais vu la situation politique actuelle du pays, ce n'est pas sûr. On verra bien.

 

DBA. As-tu un message à faire passer à l'occasion de ta promesse ?


L-H : C'est grâce à tous les jeunes que j'ai rencontrés à Campobosco que j'ai pu faire cette promesse. Ce sont eux qui m'en ont donné le désir. Je veux les en remercier.

Propos recueillis par Joëlle DROUIN

14 février 2013

 


Pour aller plus loin

Consultez le site du Campobosco : Le Campobosco.

Rassemblement national de jeunes de 13 à 25 ans, un lieu de fête, de joie, de prières, de partages, de débats, de témoignages, d'échanges, d'expressions artistiques, de sports...

 

En savoir plus sur le Vidès Le Volontariat Vidès permet à des jeunes adultes de soutenir en actes et sur une durée de plusieurs mois, des missions salésiennes dans le monde.

 

 

 

laure helene coopératrice

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e7

À entendre nos jeunes interviewés, la famille est au cœur de tous les apprentissages. Parfois contradictoires. Apprendre « à faire confiance aux gens », « à ne faire confiance qu’à soi-même. », « à toujours me méfier », « à ne jamais dépendre de quelqu’un.

Au-delà de ces divergences, il y a un socle commun de valeurs. Les parents, ce sont eux qui apprennent la vie résume simplement Tiphaine. L’apprentissage du respect revient souvent associé à celui des valeurs. «Mes parents m’ont tout appris… Ils ont fait ce que je suis, la femme que je suis » souligne Anaïs. « Ils m’ont appris à être heureux, à être quelqu’un de bien » (Nicolas).

Question : L’apprentissage semble aller de soi au sein de la famille mais prenons-nous assez le temps de réfléchir à ce compagnonnage primordial ?

Voir le 7è épisode : Qu’as-tu appris de tes parents ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite