La mer, une école de vie

29 septembre 2020 à 10:32

La mer, une école de vie

Depuis une semaine, écoliers, collégiens et lycéens échangent joyeusement leurs souvenirs de vacances sur les cours de récréation ; « Moi », dit fièrement Matthieu a ses camarades, « j’ai conduit un voilier en pleine tempête ! » et l’on sent, au ton inhabituel chez ce garçon d’ordinaire plus réservé, combien cette expérience l’a marqué. Il est vrai que, durant la seconde quinzaine de Juillet, il naviguait en Manche avec un groupe d’ados, sur un voilier de 14 mètres, affrêté par l’association Diamond, qui fait partie du réseau des « Maisons Don Bosco »

  • Quel est donc l’objet de cette association ?

C’est une association que j’ai fondée en 1987, avec quelques amis, alors que je dirigeais dans la banlieue de Caen un foyer accueillant des adolescents confiés par les services sociaux ou les juges pour enfants. Depuis lors, ce sont plus de 1500 ados qui ont pris la mer, ce qu’ils n’auraient jamais pu faire sans le soutien de cette association, qui porte le nom de son premier bateau. Chaque été, je continue d’encadrer des séjours. La pratique de la croisère en mer n’est pas à envisager sous le seul angle de la détente et du loisir. Elle est une véritable « école de la vie », pour reprendre le slogan de l’association !

  • Qu’apporte cette expérience sur le plan éducatif ?

Je dirai tout d’abord qu’elle implique la nécessité de quitter les sécurités de la terre ferme, pour s’adapter au monde mouvant de la mer. Celle-ci interdit de tricher avec soi-même, et oblige les jeunes à ôter leur masque, de manière à découvrir leur vrai visage. Ceux qui sont « grandes gueules » à terre ne sont pas forcément les plus à l’aise à bord ! La mer est une véritable école du courage …

Elle suppose aussi une vie de groupe bien réglée. Les indispensables règles de vie qui, à terre, paraissent souvent aux jeunes bien artificielles, et qu’ils ont tendance à vouloir parfois rejeter, doivent, en mer, être rigoureusement appliquées, si l’équipage ne veut pas mettre sa vie en danger. Un point particulier réside dans l’entretien du matériel et la nécessité du rangement.

Elle nécessite également l’exercice de la co-responsabilité, et l’acceptation de l’autorité du skipper. Les membres de l’équipage doivent se partager les tâches (navigation, apprentissage de la barre, manoeuvres de voile, cuisine, tenue du bord ….) Pour des jeunes qui rencontrent parfois des difficultés dans le rapport à la loi, à l’autorité, une telle expérience est bénéfique.

Je parlerai enfin de cette prise de recul que permet le dépaysement de la mer. Les journées passées en mer sont propices aux échanges en profondeur entre membres de l’équipage. La beauté de la mer, dont le visage change sans cesse avec le vent, ne laisse jamais insensible et pousse à la contemplation.

Oui, la mer est une véritable école de la vie, et tous les jeunes sortent grandis d’une telle expérience de la croisière hauturière.

 Jean-Marie Petitclerc

* Durant un an, salésiens et salésiennes de Don Bosco se partageront l’antenne le mercredi matin à 6h55. Voici le lien vers la page RCF.

 

En savoir plus sur  RCF

Mot du jour