A Veyrier, les CE2 s’éclatent !

18 juin 2015 à 7:50

A Veyrier, les CE2 s’éclatent !

C’est sous un soleil radieux et le regard bienveillant de Don Bosco que les classes de CE2 de la région Rhône-Alpes se sont réunies à Veyrier le 29 mai dernier, dans l’enceinte de l’établissement La Salésienne. Une première qui en appelle d’autres, tant la joie des enfants a été manifeste tout au long de la journée !

 

Dans le car qui conduit les CE2 de Mme Anne-Laure Ducroux (Directrice et institutrice de l’école Notre-Dame des Minimes à Lyon), les enfants serinent une chanson vieille comme le temps : « Trois petits chats, trois petits chats, trois petits chats chats chats ». Levés de bonne heure, ils n’en sont pas moins surexcités à l’idée de partir en excursion de l’autre côté de la frontière franco-suisse, à Veyrier (à 3km de Genève) ! Même la technique ancestrale du Roi du silence n’a aucun effet…

 

Pour la première fois, les classes de CE2 des écoles salésiennes de Lyon, Thonon, Briançon, Gières et Veyrier se sont données rendez-vous en Suisse pour se rencontrer, partager, échanger, jouer et prier. Ou, pour reprendre les termes de Daniel Federspiel durant la célébration : pour vivre « une journée de joie, d’amitié et de prière ».

 

Jeux et magie

Accueillis par une petite collation, les élèves sont bientôt mélangés et dispersés dans 24 petits groupes. Le Directeur de La Salésienne Alain Thiébaud explique les consignes : pendant deux petites heures, ils vont participer à des jeux sportifs qui exigeront coopération et entraide. Le cor des Alpes donne le coup d’envoi vers 10h30 : les enfants accourent vers les 6 ateliers, dispersés dans la cour et le préau. Au programme : « échasses », quizz, relais divers, course au ballon, jeu de construction…

 

Au milieu des rires et des cris, Papi et Bagatelle assistent stoïquement aux exploits des uns et des autres. Et quand, d’aventure, certains ateliers s’achèvent plus tôt que d’autres, les enfants se rassemblent aussitôt autour de la marionnette pour réclamer des tours de magie à son propriétaire ! « Choisis une carte », demande alors le clown Papi. Systématiquement, le même étonnement, le même émerveillement face aux tours de passe-passe. Et la même question : « comment tu fais ? »

 

« Dans une école Don Bosco, il faut des élèves et des adultes joyeux »

Mais après le repas, Papi a disparu. Rassemblés dans le préau, quelques 650 jeunes vont vivre un temps de célébration. Il est 13h30 quand la chorale accueille le Père Daniel et le Père Jean-Michel, Prêtre de la paroisse de Gap et membre du trio des Prêtres. « Ce matin, commence le Provincial Daniel Federspiel, je me suis présenté devant vous en clown. Mais maintenant, je suis le Père Daniel ! ». Des « oh ! » étonnés accueillent la révélation.

 

Les enfants écoutent attentivement l’épisode des Noces de Cana. Le Père Daniel commente : « Ici, pas besoin de mariage, mais c’est la fête, et pour la fête : il faut la joie ! Qui ressentait de la joie ce matin ? » Des mains se lèvent spontanément. « Dans une école de Don Bosco, il faut des élèves et des adultes joyeux… »

 

Après un petit concert de cuivres et une démonstration de théâtre par les 8e année (équivalent de la 6e en France), les groupes se dispersent dans les autocars. Pour les chefs d’établissement, cette première est un succès. Durant le trajet qui les ramène à Lyon, elle et sa classe, Mme Ducroux avoue espérer que cette « première ouvrira sur d’autres expériences communes ».

 

Les enfants aussi, sans aucun doute !

 

 

 

 

Rémi Favresse

18 juin 2015

 

 

A lire aussi sur 2015.don-bosco.net…

  • Fête du bicentenaire à l’établissement Jeanne-d’Arc de Thonon !
  • Guînes : Don Bosco « à la mode de chez nous » !
  • Les écoles de la région Nord préparent la « Don Bosco Academy »
  • Chef d’établissement : une belle aventure, témoignage d’Alain Thiébaut

Oeuvres salésiennes