Conjuguer les émotions et la réflexion

9 mai 2018 à 5:15

Conjuguer les émotions et la réflexion

Le Centre de Rencontre et Hébergement au Domaine de Farnières, propose de former des « Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires ». Les jeunes commencent par apprendre à identifier leurs émotions. La méthode est originale : toutes les émotions sont vécues « sur place » et relues avec les accompagnateurs. On vit avec le cœur et la raison… en harmonie !

 

Les émotions ! Il faut à la fois s’en libérer, et en même temps les vivre. C’est toute la problématique des animations menées au Centre de Rencontre et Hébergement au Domaine de Farnières. On s’active, puis on relit ! « Qu’est-ce qui, dans cet exercice ou dans cet échange te fait vibrer de plaisir ou engendre une ? Qu’est-ce qui bloque ta réflexion ou la provoque ? » Dans les animations proposées aux jeunes, on consacre une large place à ce travail des émotions. Geneviève, Jérémie et Yves ne sont pas à court d’idées.

Des émotions en couleurs

Yves propose aux jeunes de mimer des émotions et la faire deviner aux autres. Il invite ensuite à lire un texte en exprimant la joie, puis relire le même texte sur le ton de la tristesse ou le ton de la colère. Ensuite, Yves propose de jouer au « monopoly » : certains joueurs ont des pénalités selon les races, le sexe tandis que d’autres sont nettement favorisés : cela engendre de la colère, du découragement … et incite à revoir les règles. Les émotions liées au sentiment d’injustice sont vécues « à vif ».

Dire ses émotions, à soi, aux autres

Une autre activité, inspirée du dessin animé « Vice versa », propose à quatre élèves représentant les quatre émotions – colère, tristesse, joie, déception – à réagir quand on leur raconte une histoire. D’autres expériences sont proposées : demander à chaque jeune d’écrire une lettre à soi-même au sujet d’une personne tirée au sort que l’on a observée durant le séjour ; il s’agit de dire ses sentiments, avec respect, avec humour… Faire une balade nocturne dans les bois est une belle expérience dans le parc de Farnières. Les jeunes, envoyés un par un, vivent des émotions fortes : cela fait du bien ensuite de les partager aux autres.

 

Geneviève, qui est artiste, joue avec les portraits d’artistes peintres pour travailler sur l’identité personnelle.

  • Avec Picasso, une partie du visage est un masque – ce que je présente aux autres – l’autre partie est le regard que je pose sur moi.
  • Avec Mirò, il y a ce qui me protège du monde extérieur et ce qui m’habite à l’intérieur, ce qui me fait vibrer.
  • Avec Paul Klee, les taches de couleur inégales représentent mes peurs, mes joies, mes colères, mes tristesses, ce qu’il m’est difficile de dire aux autres.

« La relecture des exercices est
toujours un moment révélateur »

 

Différentes niveaux de responsabilité et d’engagement

La notion d’engagement personnel est abordée. Tout le monde ne donne pas la même importance à certaines valeurs et ne les vit pas la même façon. Afin d’en prendre conscience, Geneviève s’inspire de Keith Haring : les jeunes dessinent une grille avec des cases de différentes grandeurs et donnent à ces cases le nom d’une valeur, choisie dans une liste. Ils y placent ensuite des bonshommes (des silhouette de Keith Haring) qui, par leur attitude, expriment que l’on est bien installé dans cette valeur, ou que l’on est encore en train de s’efforcer d’y arriver, ou que la joie éclate parce que l’on a atteint un but.

La relecture des exercices est toujours un moment révélateur, quand les élèves peuvent dire leur ressenti, ou se rendent compte de leur difficultés à se dire. Cela peut également conduire à évoquer des situations concrètes : comment chacun est amené à réagir face à tel professeur, à un échec, à une punition collective, au rejet de quelqu’un ?

 

Pour aller plus loin

Le CRH de Farnières

Oeuvres salésiennes