FestiClip 2019 : l’excellence !

1 juillet 2019 à 9:06

FestiClip 2019 : l’excellence !

Fondé il y a 15 ans le FestiCLip vient de boucler sa quatorzième édition. Elle est sous le signe de l’excellence. D’année en année, nous constatons une progression dans la qualité des productions. Qualité de la technique, déjà constatée, mais aussi qualité des scénarios et du jeu des acteurs.

 

Une thématique revient dans de nombreux films de cette édition : les jeunes, parfois mieux que les adultes, peuvent venir au secours de leur camarades. Cela rejoint une des grandes convictions de Don Bosco : les jeunes peuvent être éducateurs des jeunes.

Le harcèlement, un thème récurent

Le harcèlement est un thème désormais récurent ces dernières années. En 2019, nous n’y échappons pas. Au nombre des addictions, celle au téléphone portable est également présente. La question de l’homosexualité apparaît comme une réelle préoccupation ainsi que le respect des femmes. Nouveauté : pour la première fois la prostitution des très jeunes filles est traitée.

Des outils de réflexion

Tous ces films ont un rôle de lanceur d’alerte pour les éducateurs et les adultes. On peut tous les visionner sur notre site (www .festiclip.eu) et les télécharger librement. Ils peuvent être d’utiles outils de réflexion pour groupes de jeunes et adultes.

Au-delà des films présentés, le FestiClip a été l’occasion de fructueux échanges entre jeunes et adultes. Ils ont pu partager leurs expériences de cameramen, d’acteurs et de scénaristes. Une façon de se préparer à de futurs tournages. Pour la quinzième édition du FestiClip, n’en doutons pas.

 

Les films primés au FestiCLip 2019 

Prix du jury

  • « L’ombre du second » par le lycée Don Bosco de Landser – théme : sexualité
  • « Le prix de liberté » par l’aumônerie de la Paroisse Don Bosco de Paris – thème : abus sexuel, amitié

Prix du public

  • « Addiction » de Don Bosco Marseille.

Prix de la meilleure bande son

  • « La cascade » de l’aumônerie de Bourgoin-Jallieu – thème : harcèlement – pardon

« Clin d’œil à la créativité »

  • « Identité » de l’Institut Lemonnier de Caen – théme : migrants

Prix du meilleur film étranger

  • « No son tonterias » à la Fundacion Angel Tomas d’Espagne – thème : sexualité

Des film qui n’ont pas démérités

  • « Exclus de la société » par Sévigné de Marseille – thème : sexualité
  • « La vie d’Aurélien » par le campus de Pouillé – thème : le harcèlement
  • « Thank you » par le Salesian college de Celbridge en Irlande – thème : relation père-fils
  • « Mixzapping » de l’équipe de Lyon Minimes – thème : rapports hommes-femmes
  • « Des réseaux pas très sociaux » par l’Internat Costa de Beauregard de Chambéry – thème : réseaux sociaux
  • « Em terra de Cegos » (Au royaume des aveugles les borgne sont rois) du groupe de Porto du Portugal – thème : sainteté
  • « JT Bosco » par le lycée Don Bosco de Lyon – thème : choix d’un métier

L’équipe de Don Bosco Marseille
partage ses motivations
à la participation au projet 

Camille : « J’ai participé au projet « FestiClip » car le fait de partager ma passion avec les autres me procure un énorme plaisir ; depuis petite je suis fascinée par les courts métrages et cela m’a permis d’avoir une chance de réaliser mon rêve. »

Léa : « J’ai choisi de participer au projet « FestiClip » car je voulais surmonter ma peur et ma timidité ; ça m’a plu parce qu’on a bien rigolé avec les autres acteurs qui ont participé au projet. »

Vincent : « parce que c’est toujours une expérience de plus à découvrir ou à faire, parce que j’aime tenir mes engagements dans un projet utile et j’aime bien faire du théâtre ; et aussi car je souhaitais que mon investissement dans le projet donne un exemple aux autres et on reçoit beaucoup du public. »

Ryan : « J’ai choisi de participer au projet « FestiClip » car je suis passionné de montage vidéo, puis le fait de jouer le rôle principal, d’être acteur, c’était une très belle expérience que je recommande à tous. J’aime beaucoup créer de nouvelles choses et faire un court métrage avec une équipe d’acteurs, c’était vraiment passionnant. Je me languis d’être l’année prochaine afin de faire un tout nouveau court métrage ! »

Un adulte : Pour moi, il est essentiel de travailler sur des projets, et surtout pouvoir sortir du contexte classe pour voir les élèves se réaliser en dehors de mes matières, sur des compétences différentes. Quel bonheur donc de les voir s’intéresser à leur domaine de prédilection, la vidéo, les réseaux, le montage, la création artistique ! J’ai autant appris que ce que je leur ai appris. Travailler avec des jeunes sur un projet moderne, avec des thématiques intéressantes me semblait une évidence et j’avais envie de découvrir des élèves avec un regard et un rôle différent de celui de « simple enseignant ».

Un adulte : Les jeunes que nous accueillons viennent chez nous parce que les années de collège sont des souvenirs très douloureux et ils ont perdu confiance dans leurs capacités et avec ça certains sont démotivés. Notre rôle d’adultes consiste donc à proposer des projets fédérateurs qui permettent aux jeunes de voir l’école autrement. Nous essayons de créer une ambiance de joie. Ça marche et nous sommes tous heureux d’avoir fait un chemin ensemble. C’est un échange permanent. Pour moi, ça entre dans le défi citoyenneté parce que l’essentiel du travail est fait par les jeunes, surtout le montage et le tournage.

 

Oeuvres salésiennes