Le projet de la citoyenneté se porte bien !

15 août 2019 à 2:40

Le projet de la citoyenneté se porte bien !

Pour la troisième fois consécutive les établissements de l’Ouest ont organisé un séjour de quatre jours dans le cadre du défi citoyenneté. Mais cette fois avec l’ambition de former les élèves investis dans la vie des établissements. Emmanuel Petit, de l’Institut Lemonnier, nous donne des précisions.

Vous êtes retournés à Biville : était-ce le même projet que l’année dernière ?

Comme l’année dernière, nous reprenons à don Bosco l’idée de proposer aux jeunes les plus engagés une expérience éducative approfondie ; mais cette année les chefs d’établissements ont voulu mettre l’accent sur la formation des membres des CVL, ces « bureaux des élèves » du lycée. Du coup, nous avons revu complètement le rythme des activités, avec deux journées entières préparées par les jeunes, un peu à la façon d’un BAFA. En revanche, nous avons maintenu notre collaboration avec l’association Diamond, et la disponibilité d’un voilier sur lequel chaque jeune a pu naviguer.

Avez-vous réussi ce changement de perspective ?

A vrai dire nous n’y croyions pas au départ, tant les profils des jeunes qui sont venus étaient variés. Beaucoup des plus impliqués ont décliné l’invitation du fait de la proximité du BAC, et se sont donc agrégés d’autres élèves très motivés, mais plus jeunes. Et pourtant, le projet a très bien pris et le camp a été une franche réussite. En effet, l’ambiance salésienne a permis à chacun de trouver sa place, de prendre ses marques, et de donner le meilleur de lui-même. Au final, cette mixité de profils a été l’ingrédient le plus précieux pour réaliser notre objectif : former les jeunes à prendre et assumer des responsabilités vis-à-vis dans leur lycée.

Pouvez-vous nous partager l’un ou l’autre temps fort de ce camp ?

Ce qui fait la magie de Biville s’est incontestablement ces superbes dunes et cette plage immense en contre-bas. Nous avons eu la chance d’un beau soleil, mais pour certains des jeunes, la chaleur plus des complications physiques rendaient l’effort exigeant. Et pourtant tous ont participé pendant toute la journée de samedi aux jeux et animations préparés et proposés par leurs camarades.

Oeuvres salésiennes