Volontaires VIDES Pendant que des jeunes se préparent à partir en volontariat, d’autres jeunes se préparent à revenir. Ils sont partis cette année. Ils vivent des rencontres sincères avec les enfants ou les étudiants dont ils ont la charge... ils observent, découvrent, admirent. Ils sont heureux ! Découvrons-les.

 

Samuel

Samuel habite Digne dans les Alpes de Haute Provence. Titulaire du Bac, il a fait de l’animation avec une association locale, en particulier auprès de jeunes handicapés.. Il est parti pour se trouver, savoir quel sens et quelle direction donner à sa vie.

 

Il est à Puerto Monte, dans le sud du Chili, pour accompagner les jeunes de l’internat permanent à la Fondation Cenlavi chez les salésiens.

 

Anaëlle

Cette jeune alsacienne est une amie d’Eléonore partie à Madagascar en 2015. Durant ses études de psychologie, elle a travaillé comme aide-soignante dans une maison de retraite ainsi que dans un centre de loisirs. Elle dit aimer apprendre des autres, découvrir de nouvelles choses et accorde beaucoup d’importance aux valeurs, au respect, à l’égalité, à l’humilité. Elle part pour aider les personnes qui en ont besoin et voir la vie sous un nouvel angle.

 

Elle est à Yaounde au Cameroun chez les sœurs salésiennes. Elle est active dans les différents secteurs : école, centre de jeunes, centre de pastorale catéchétique et paroissiale. Elle collabore également avec les salésiens aux éditions Don Bosco.

 

Jean-Baptiste

Il vient lui aussi de Dignes. Dans ses années lycée, il a été chef scout et animateur en aumônerie. Il désire devenir moniteur-éducateur mais trouvé trop jeune par les membres du jury, il a souhaité faire une expérience de service en Afrique de l’ouest et ensuite, repasser le concours.

 

Il est en Cote d’Ivoire à Abidjan. La communauté des frères salésiens se consacre à la grande paroisse populaire St François d’Assise et accueille également beaucoup de jeunes à l’Oratorio et au centre de jeunes. Jean Baptiste donne son temps et son énergie aux enfants de cette grande maison.

 

Béatrice

Franco-italienne, Béatrice possède une licence en Sciences de l’éducation et Italien. Elle réalise un rêve nourri par le scoutisme dans la joie du service et de la rencontre de l’autre. Elle veut devenir enseignante, et veut prendre un an de césure pour faire le point et se ressourcer avant le master. Bénévole au Valdocco de Lille depuis deux ans, Béatrice est aussi membre du MSJ.

 

Elle est à Manille, capitale des Philippines chez les sœurs salésiennes depuis le mois de septembre et vit pleinement sa mission auprès des jeunes dans l’établissement scolaire, auprès des plus pauvres à l’Oratorio... Elle nous parle d’eux, de leur joie malgré la pauvreté et les aléas météorologiques, de leur courage au quotidien. Son témoignage est à lire dans la dernière lettre du Vides.

 

Florian

Florian est marseillais, ancien élève du lycée Don Bosco de Marseille, établissement fondé par Don Bosco lui-même appelé alors « oratoire St Léon ». Le jeune homme fait partie du MSJ (Mouvement salésien des jeunes) et a participé à plusieurs Campobosco. Il est allé à Madagascar en 2014 avec le groupe en mission auprès des mineurs du centre de détention et de la prison de Tananarive.

 

Depuis novembre 2015, il est à Madagascar dans la communauté des salésiens, il se donne à fond auprès des jeunes avec joie, créativité et chaleur humaine. Il écrit son expérience régulièrement dans sur sa page Facebook « Mon aventure Malgache ».

 

 

Don Bosco Aujourd'hui
30 juin 2016

  

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

Pour aller plus loin

Le site internet du VIDÈS (France et Belgique)

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite