Sœur Catherine Fino sur RCF : “Comment sortir d’un confinement en demeurant sur place ?”

9 avril 2021 à 10:00

Sœur Catherine Fino sur RCF : “Comment sortir d’un confinement en demeurant sur place ?”

Chaque mercredi matin, RCF diffuse sur ses ondes nationales la chronique des Salésiens. Cette semaine, soeur Catherine Fino, salésienne de Don Bosco, théologienne à l’Institut Catholique de Paris, nous propose : “Comment sortir d’un confinement en demeurant sur place ?”
Comment sortir d’un confinement en demeurant sur place ? Nous pourrions profiter de ces temps immobiles pour nous ressourcer et nous préparer à l’action. Ainsi de la « maison natale » décrite par Gaston Bachelard (La poétique de l’espace), où on se met à l’abri, où on apprend à dépasser sa peur en descendant à la cave, où on se réfugie au grenier pour rêver à l’avenir, et où il est toujours possible de retourner et même de la recréer en imagination, pour reprendre des forces. Il ne s’agit pas de se recentrer sur soi, car l’imagination rend présents des visages aimés ou s’aventure vers de nouvelles rencontres. Ce sont les fenêtres de la maison d’où on peut commencer à regarder vers l’extérieur en étant protégé.

 

On comprend que les départs massifs des citadins vers leur « maison de campagne » leur permettent de se ressourcer, mais cette solution n’est pas accessible à tous ?

Certes, nombreux sont ceux qui restent sur le bord du chemin, ou plutôt qui ne peuvent même pas prendre la route, parce que la maison-source n’existe plus ou n’a jamais existé, ou elle est bien trop loin. Leur seul refuge est celui où ils se sentent désormais condamnés à l’isolement et au désœuvrement, ou à l’inverse à un activisme desséchant, entre télétravail et école à la maison. Et que dire de ceux dont la maison est la rue, plus hostile que fraternelle ?

 

Et dans ce cas, que fait-on pour sortir de ces enfermements qui se prolongent ?

Il est alors possible d’user d’une autre manière de « sortir de chez soi », celle que François de Sales nomme « l’extase de l’action », lorsque je me laisse embarquer dans un projet, que je rends service au fil des journées, que je partage, même à distance, une espérance commune qui dépasse la solitude ou l’oppression qui m’enserre. Ce n’est plus un cadre idéal, réel ou imaginaire, qui me sécurise, mais l’incertitude et le manque partagés qui nous sortent de notre égo, et aussi les joies de l’autre qui deviennent notre joie.

 

Et l’avantage, c’est que « l’extase de l’action » ne requiert de moi qu’un art d’user de ce que j’ai sous la main, par exemple mon smartphone, cette nouvelle « maison » où tant de jeunes et de moins jeunes rangent soigneusement la mémoire de leur identité au moyen de multiples photos, tout en disposant des fenêtres numériques qui assurent l’ouverture vers l’extérieur… Je peux n’en faire qu’un « doudou » pour retrouver un peu de douceur dans un monde oppressant, ou bien nous pouvons grâce à lui rester reliés, solidaires et ouverts à l’inattendu qui se manifeste même en distanciel, « lorsque deux ou trois sont réunis » au nom de Dieu ou au nom des hommes, et aujourd’hui toujours plus au nom de tous les vivants qui nous aident, comme le disait déjà Isaïe (54,2), à élargir « l’espace de nos tentes ».

Catherine Fino

En savoir plus sur  RCF


Notre site don-bosco.net se fait l’écho de multiples initiatives, actions, interventions, réflexions menées au sein du réseau Don Bosco. Si vous le souhaitez, vous pouvez être avertis par mail des principales mises à jour en vous abonnant à notre newsletter.

La famille salésienne dispose aussi d’un magazine, Don Bosco Aujourd’hui. Y êtes-vous abonnés ? Vous abonner, c’est d’abord garder le lien, c’est aussi soutenir cette revue. On compte sur vous ! S’abonner à la revue à la revue Don Bosco Aujourd’hui.

Nous sommes évidemment également présents sur les médias sociaux.

Sur facebook, nous vous invitons à « aimer » notre page FB.

Sur twitter, suivez-nous par ce lien.

A très vite, dans la fidélité à saint Jean Bosco et à Marie-Dominique Mazarello !

Revue de presse