P. Jean-Marie Petitclerc sur RCF : “Vacances d’été”

2 juillet 2021

P. Jean-Marie Petitclerc sur RCF : “Vacances d’été”


Chaque mercredi matin, RCF diffuse sur ses ondes nationales la chronique des Salésiens. Cette semaine, le père Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco, éducateur, coordinateur du réseau Don Bosco Action Sociale (DBAS), nous propose : “Vacances d’été”.
Voici donc que l’été est enfin revenu …avec cet air de liberté donné par la levée progressive des contraintes de la crise sanitaire.
Jamais peut-être les vacances n’auront été si attendues … en particulier par les enfants et les adolescents … Quel bonheur ces retrouvailles familiales permettant de revoir grands parents, oncles et tantes, cousins et cousines …Et voici qu’il devient possible de reprendre les activités scoutes, et de participer à un centre de vacances avec ses amis ! Mais, après une année marquée pour beaucoup par l’ennui et le désoeuvrement, le risque de la sur-occupation ne guette-t-il pas ?

Que voulez-vous dire par là ?
Je rencontre parfois des parents qui ont le souci pour leur progéniture de voir toutes les journées occupées 24h sur 24… Il n’est pas inutile de rappeler que le mot « vacances » a la même racine que l’adjectif « vacant », autrement dit « vide ». Combien il me paraît important de préserver pour l’enfant ces temps de silence, où il puisse contempler, en s’émerveillant, la beauté de la création… et s’ouvrir à l’Amour du Créateur. Prendre le temps de regarder les vagues battre le rivage, la montagne s’élever vers le ciel, la rivière serpenter au milieu de la verte campagne, mais aussi prendre le temps d’échanger avec l’autre, l’inconnu ou bien l’ami, sans être pris dans un rythme effréné et ainsi découvrir que la rencontre en présentiel est plus enrichissante que celle en distanciel, comme on dit aujourd’hui Puisse l’été permettre ces temps de contemplation et de rencontre de l’autre en profondeur !
Mais n’oublions pas, au démarrage de cet été, tous ces enfants, – et ils sont nombreux en ce temps de crise économique -, qui ne peuvent pas partir en vacances.

Et ceux-là, il ne faut pas les oublier ?
Surtout pas ! Et si les familles qui ont la chance de pouvoir emmener leurs enfants en vacances se sentaient un peu plus solidaires de celles qui, malheureusement, regrettent de ne pouvoir le faire ? Pourquoi alors ne pas soutenir des associations telles le Secours catholique, qui proposent des départs d’enfants en vacances, et pourquoi pas aussi, la fondation Don Bosco ? La famille salésienne organise tout au long de l’été des séjours de vacances : camps inter-jeunes, séjours à bord d’un voilier, camp Alpibosco en Haute Savoie, CampoBosco lors desquels sont appelés à se rassembler, fin Aout, juste avant la rentrée, des jeunes âgés de 13 à 25 ans à Trie Château dans l’Oise, à la Crau dans le Var, à Nandax dans la Loire, à Farnières en Belgique, pour vivre un temps qualifié de RAP (Réflexion, Animation, Prière). Si vous souhaitez que le manque de moyens financiers de certaines familles ne deviennent pas un obstacle à la participation de leurs enfants et de leurs adolescents à ces différentes activités d’été, il est possible d’effectuer un don à la fondation Don Bosco. D’avance, je vous remercie pour votre solidarité et votre générosité.

www.fondationdonbosco.org

Jean-Marie Petitclerc

En savoir plus sur  RCF

 


Notre site don-bosco.net se fait l’écho de multiples initiatives, actions, interventions, réflexions menées au sein du réseau Don Bosco. Si vous le souhaitez, vous pouvez être avertis par mail des principales mises à jour en vous abonnant à notre newsletter.

La famille salésienne dispose aussi d’un magazine, Don Bosco Aujourd’hui. Y êtes-vous abonnés ? Vous abonner, c’est d’abord garder le lien, c’est aussi soutenir cette revue. On compte sur vous ! S’abonner à la revue à la revue Don Bosco Aujourd’hui.

Nous sommes évidemment également présents sur les médias sociaux.

Sur facebook, nous vous invitons à « aimer » notre page FB.

Sur twitter, suivez-nous par ce lien.

A très vite, dans la fidélité à saint Jean Bosco et à Marie-Dominique Mazarello !

Revue de presse