Les paroisses salésiennes en dialogue

14 mai 2019 à 4:40

Les paroisses salésiennes en dialogue

Samedi 6 avril, les paroisses salésiennes de la Province de France-Belgique ont envoyé d’Argenteuil, Liège, Lille, Lyon, Nice et Paris des salésiens, des coopérateurs et des paroissiens pour une « Rencontre des paroisses confiées aux salésiens » organisés au pied du sanctuaire de Saint Jean Bosco à Paris.

 

Les joies partagées

Occasion de réfléchir à ce qui fait nos joies, nos craintes et nos attentes pour ces paroisses. Joie de la rencontre et de partager les signes de croissance de certaines communautés, en particulier chez les jeunes générations, comme à Lille. Des marques de progrès, toujours fragiles mais très visibles, chez les personnes et la communauté elle-même, comme à Argenteuil. Des communautés fraternelles, cellules d’Eglises ouvertes et accueillantes, soulignées notamment à Lyon et à Paris. La motivation des jeunes, que l’on voit s’approcher de Jésus avec foi invite les plus anciens à se remettre en question à se renouveler.

Les difficultés et les craintes

La joie n’a pas occulté les difficultés et les craintes. En effet, l’enthousiasme de la communauté n’efface pas toujours les traces de découragements ; cela doit conduire au soutien des pasteurs et à une expression vraie des difficultés ressenties et à travailler. Le charisme des paroisses salésiennes ne doit pas faire oublier leur place dans le paysage diocésain local, nous permettre d’être accueillants aux nouveaux arrivants.

Les évolutions sociologiques locales sont aussi un défi à relever, de même que les changements que la vie de l’ordre des salésiens entraîne nécessairement dans les mouvements de prêtres dans ces paroisses. Le souci réciproque, en vue du bien-être de tous, des communautés salésiennes locales pour toutes les composantes des paroisses confiées, les familles, les jeunes… et des paroisses envers la communauté salésienne présente sont une marque d’attention fraternelle.

Les attentes

Il en est ressorti des attentes concrètes pour ces paroisses : ouvrir les portes et les fenêtres pour trouver des synergies avec d’autres paroisses locales ; être des lieux d’accueil évangélique du plus faible ; trouver d’autres modes d’ancrage dans les quartiers avec des cellules de vie chrétienne capables de rejoindre les périphéries ; prendre une mentalité de projet en relisant avec réalisme ce qu’on vit ; trouver des moyens de ressourcement, dans la prière, la retraite en commun, des journées de rencontres paroissiales… Renouveler la collaboration et même les coresponsabilités entre les prêtres et les laïcs ; soutenir les laïcs dans leurs initiatives et accompagner aussi bien les prêtres, les religieux et les laïcs.

Vers une fraternité missionnaire

Plusieurs des paroisses salésiennes ont commencé une réflexion sur leur projet pastoral et ces travaux vont nourrir les réflexions. Chacun est reparti avec les pistes concrètes pour aller vers une fraternité missionnaire, dans laquelle les jeunes notamment seront intégrés à leur place, non pas pour faire pour eux, mais pour faire avec eux.

Pour cela le « Cadre de référence de la pastorale salésienne des jeunes » peut être un guide au bénéfice des jeunes mais aussi de tous les membres de la communauté. Car c’est un chemin de tendresse sur lequel le Seigneur Jésus nous accompagne : un chemin graduel et progressif d’amitié avec le Christ ; une ouverture à toutes les initiatives et groupes qui font Eglise, en particulier de la famille salésienne ; une éducation à la saveur de la liturgie et des sacrements pour notre vie ; une attention aux plus faibles de notre société et à l’étranger ; une animation de la communauté paroissiale locale en coresponsabilité ; une communauté qui accueille tous avec une préférence pour les jeunes, auxquels s’adresse le projet salésien d’un système préventif, à savoir une expérience spirituelle et éducative, dans une maison qui accueille.

Oeuvres salésiennes